Catégories
Apps Economie collaborative Entreprendre Marketing Automation Social Media Tech & Innovation

Mes meilleurs outils collaboratifs

Pendant que certains profitent encore des vacances, en période hors saison, la majorité d’entre nous ont fait leur rentrée depuis plus d’un mois maintenant.

Nous sommes tous conscients que dans une organisation, le digital prend de plus en sa place. Face à la pandémie – crise Covid.19 -, la façon de travailler a été complètement revue. Alors que vous soyez en présentiel, en hydride (présentiel & télétravail), en télétravail indéterminé, ou comme moi en full remote ; il devient important de miser sur les meilleurs canaux de travail.

De la gestion de projet aux échanges avec équipe, il est essentiel d’avoir à sa portée de bons outils collaboratifs.

L’occasion pour moi de vous présenter, mes meilleurs outils collaboratifs dans le cadre du travail à distance.

Pour rappel, le full remote est une variante du télétravail qui permet de travailler quand il veut, bien évidemment en respectant le cadre horaire de son contrat, et où il veut.

Découvrez sans plus attendre ma sélection des outils collaboratifs pour communiquer

Microsoft Teams

Bien connu au sein du MBADMB, puisqu’il a été notre meilleur allié de l’année.
Comme vous le savez tous, cette plateforme est une solution multi-fonction qui vous permet d’échanger de façon instantanée avec la messagerie interne, de stocker des fichiers, de planifier et participer à des visioconférences. Il s’agit tout simplement d’une suite Office pour travailler ensemble et à distance.

Des salons de discussion peuvent être crées en fonction d’équipes. L’avantage majeur est qu’il est possible d’inviter des participants externes à notre réseau, ainsi tout le monde peut participer à l’échange. C’est une fonctionnalité très appréciée pour les réunions avec des clients, partenaires ou fournisseurs.

Cette suite est majoritairement utilisée à titre payant pour avoir recours à toutes les meilleures fonctionnalités mais elle peut se présenter de façon gratuite de façon limitée dans ses usages.

SLACK

Outil le plus utilisé en entreprise pour communiquer rapidement avec efficacité. Il est disponible sur mobile et desktop.

L’outil fonctionne sous forme de canaux qui permettent de hiérarchiser les projets et/ou sujets ainsi que de partager des fichiers. Les membres du Slack peuvent également échanger par messagerie privée, s’appeler et organiser des visioconférences. L’automatisation permet d’attribuer des tâches comme des rappels de rendez-vous, deadline ou tout simplement pour souhaiter un bon anniversaire sur le canal général ! 

Slack peut également intégrer des outils externes comme ceux de Google, Trello et plus encore pour faciliter le travail collaboratif. Disponible sur tous les systèmes informatiques.

Tout comme Microsoft teams, une version gratuite est disponible mais elle est limitée dans ses fonctionnalités. Le freemium reste une bonne occasion de pouvoir la tester.

WHAT’S APP

Application principalement utilisée sur mobile, elle reste très appréciée également sur Desktop. Elle a été récemment rachetée par Facebook, bien qu’ils aient leur propre plateforme collaborative professionnelle : workplace.

What’s app reste l’incontournable messagerie instantanée à travers le monde avec une utilisation quotidienne partagée entre le privée et le professionnel.

Avec un parcours simplifié, l’application permet de créer des groupes de discussion, passer des appels et organiser des visios.

HANGOUTS

Hangouts est le service de messagerie instantanée propre à Google qui permet d’envoyer des messages instantanés à ses contacts, de créer des groupes de discussion ou encore, d’organiser des visio. Pour en profiter, il faut avoir un compte Gmail. 

GOOGLE MEET

Google Meet quant à lui vous permet de réaliser vos visioconférences avec des personnes internes ou externes en partageant l’URL de votre room. Il faut être néanmoins connecté à Meet pour créer une “room”, mais un utilisateur externe peut se connecter grâce au lien de partage. Il faut évidemment posséder une adresse mail rattachée à Google pour être admis sur Google Meet.

DISCORD

Vous pouvez créer des salons vocaux pour échanger avec vos collègues tout en ayant la possibilité de partager votre écran. Des rôles peuvent être donnés aux membres. 

Les personnes du pôle marketing de votre équipe peuvent avoir le rôle “market” et être mentionnées lorsque vous utilisez la fonction @marketing.

L’ajout de bots et d’applications externes sont autorisés pour automatiser certaines tâches (annoncer un nouveau post sur les réseaux sociaux par exemple) et collaborer plus facilement. 

D’autres serveurs externes à votre entreprise peuvent être créés vous offrant la possibilité de réunir sur un seul outil, un serveur commun, avec votre équipe et ceux avec vos clients, partenaires et fournisseurs. Les membres de l’équipe concernés par tels ou tels projets peuvent être ajoutés aux autres serveurs. 

Discord est disponible gratuitement et est disponible via navigateur, IOS et Android. La version payante Nitro vous permet d’aller plus loin dans son utilisation.

C’est au tour des outils utilisés dans la gestion de projet désormais :

GOOGLE DRIVE

Google Drive reste un incontournable, il est normalement utilisé de tous, il fait intégralement partie du monde Google et propose à ses utilisateurs de pouvoir stocker tout type de fichier, de créer des dossiers et de pouvoir les partager avec d’autres membres.

Google Drive nous permet de profiter des outils suivants :

  • Google Docs équivalent à Word
  • Google Sheets équivalent à Excel
  • Google Slides équivalent à Powerpoint

Les membres de l’équipe peuvent interagir en temps réel et à plusieurs sur ses différents outils, évitant ainsi les envois de fichiers. Un gain de productivité lorsque l’on travaille à plusieurs sur une présentation par exemple. Il reste aussi un gain de temps car il est une véritable armoire à dossier virtuelle, donc il est très facile de retrouver « ses affaires » ou une information quelconque.

L’outil peut être utilisé gratuitement par quiconque dispose d’un compte Gmail. Néanmoins sa capacité de stockage est limitée à 15 GO.

MICROSOFT ONE DRIVE

Concurrent de Google Drive, il est utilisé par les utilisateurs d’Outlook. Son cloud permet aux collaborateurs de créer des dossiers, de les partager afin de profiter de la suite Office via Word, Excel, PowerPoint, SlideShare et d’autres.

TRELLO

Très connue et sollicitée en organisation type agence, il est la star des outils dans la gestion de projet. En effet, il reprend la méthode Kanban qui se présente sous la forme de tableau avec différentes cartes qui représentent les actions et des colonnes symbolisant les différentes étapes du projet. Ces cartes peuvent ensuite être attribuées aux membres d’une équipe, qui ont la possibilité de commenter, déplacer, ou bien archiver la carte. Cette hiérarchisation permet via un code couleur d’organiser des priorités.

Vous l’aurez compris cet outil est simple d’utilisation pour organiser au mieux ses tâches au sein d’un groupe, ou même à titre personnel.

L’avantage est qu’il est possible de connecter d’autres outils à la plateforme comme notamment Dropbox, Google Drive ou bien Slack, par exemple.

C’est un outil gratuit disponible pour tous.

TEAMSMART

Plateforme collaborative française qui regroupe un bon nombre d’outils pour permettre à vos équipes de travailler ensemble tout en étant à distance.

Elle regroupe un réseau social interne d’entreprise, un écosystème dédié à la gestion de projet dans lesquels peuvent intervenir des outils semblables à Trello vu précédemment, un calendrier virtuel, des salles de conférences virtuelles pour les meeting.

Afin de se distinguer des autres outils présents sur le marché, la plateforme mise le bien-être professionnel qui offre la possibilité de partager via un baromètre ses humeurs, une boîte à question, des sondages internes ou encore une boîte à idée pour toujours garder cet esprit d’évolution du plaisir et du confort.

Il s’agit d’une solution payante.

A vous de jouer !

Catégories
French Tech innovations Non classé Sport Transformation digitale

La 5G pour une nouvelle génération de Stade

Que cela soit pour les vaccins ou dans les stades, la 5G fait parler d’elle. Les promesses sont grandes ! Une accélération conséquente des débits, une réduction de la latence et un désengorgement des zones denses. Les stades sont des zones denses par définition. C’est pourquoi, ce sont des laboratoires pour développer la 5G qui doit révolutionner le divertissement sportif.

Doper la fan expérience

Alors que l’expérience dans un stade se vit de plus en plus via son smartphone, le même « refrein et frein » revient toujours : « je ne capte pas ». Cela s’explique par une 4G et un wifi saturé par la concentration de mobiles. 5 000, 20 000, 60 000 places, la 5G doit offrir à tous les titulaires d’un forfait une connexion bien meilleure.

Les smartphones connectés à la 5G seront le lien entre les spectateurs et de nouvelles expériences. Statistiques en temps réel, angles de caméra différent, réalité augmentée et bien d’autres seront disponibles sur nos écrans pendant l’évènement. Le partage de l’expérience vécue sera aussi grandement simplifié.

Si la 5G pourra faire passer le temps, elle vous en fera aussi gagner. La gestion des foules est l’un des points, souvent négatifs qui sera amélioré. L’échange de données en temps réel permettra de diriger facilement les spectateurs vers une porte, leur place, le stand ou les toilettes les moins fréquentés.

Pour les diffuseurs

L’arrivée de la 5G dans les stades améliora aussi l’expérience des fans, devant leur télé. En effet, le travail des diffuseurs sera facilité avec le nouveau réseau mobile. La plupart des câbles ne seront plus nécessaires, laissant place à la créativité des réalisateurs disposant de plus de caméras.

Une logistique qui sera aussi allégée par la possibilité d’utiliser une régie à distance et d’éviter le déplacement de matériels et de ressources humaines.

Le laboratoire de la 5G

Bien avant le déploiement de la 5G pour le grand public, les opérateurs se sont associés avec des stades et clubs pour tester leur produit. L’exemple français est le bien nommé «Orange Vélodrome » où sont développés les services de demain, rendus possible par la 5G.

Une solution IoT est en place pour améliorer les performances environnementales du stade. Pour les supporters, des flux audio à la carte et la réalité virtuelle, sont déjà en place dans le stade de l’Olympique de Marseille.

Les ligues également passent à la 5G et les places au centre de leur innovation. La NFL avec Verizon a récemment signé un partenariat sur 10 ans afin d’équiper, entre autres, certains stades américain.

La 5G se positionne comme une obligation dans les stades pour être en mesure de développer la « fan expérience » de demain. Un partenariat pour co-innover qui profite autant aux opérateurs qu’aux clubs et qui doit engager encore plus les fans.

Catégories
Apps Blog Création d'entreprise E-ducation Ed Tech Entreprendre Fin Tech French Tech Inside Digital Revolution Robots & IA Startup Tech & Innovation

Échange avec la DG d’EdTech France, Anne-Charlotte Monneret

Diplômée de Science Po, ancienne professeure de Lettres, membre de l’association “Le choix de l’école”, Anne-Charlotte Monneret est aussi animatrice du podcast « EdTech France », mais surtout déléguée générale de l’association éponyme, qui, comme indiqué sur son site internet, “fédère les entrepreneurs français qui ont décidé de rendre la technologie et l’innovation utiles à l’éducation, à l’enseignement supérieur et à la formation tout au long de la vie”.

Me questionnant sur l’accompagnement des enseignants par le numérique pour la rédaction de mon mémoire de fin d’études au MBADMB, c’est une évidence pour moi de recueillir l’expertise et l’avis d’Anne-Charlotte pour étoffer ma réflexion. C’est elle-même qui me le confirme : “Au sein d’EdTech France, nous sommes sur l’Education nationale, l’enseignement supérieur et la formation professionnelle, mais l’Éducation c’est le segment de marché que je connais le mieux, car je suis passée de l’autre côté de la barrière.”

Je suis ravie de vous partager notre échange dans cet article, qui viendra enrichir mon mémoire sur la place du numérique dans l’enseignement.

Le lien juste ici : https://www.linkedin.com/pulse/%25C3%25A9change-avec-la-dg-dedtech-france-anne-charlotte-monneret-goirand/?trackingId=1y8Z0b2%2BQ6yD5MGDJFV55g%3D%3D

 

Catégories
Entreprendre Startup

Paris est-elle devenue la capitale européenne des startups ?

En 2017, la ville de Paris s’est vue remettre le prix de la Capitale Européenne de l’innovation par la Commission Européenne. Paris s’est imposé peu à peu en Europe comme un lieu privilégié pour la création et le développement des startups.

Grâce à un effort conjoint des pouvoirs publics et des acteurs privés, la capitale française a réussi à créer un écosystème startup viable, dynamique et attractif reposant sur trois piliers fondamentaux : des infrastructures de travail, du financement et des talents.

Une championne des incubateurs et du co-working

La ville de Paris a permis depuis quelques années, l’émergence d’infrastructures dédiées à l’innovation. Avec plus de 80 espaces de co-working, une soixantaine d’incubateurs et près de 30 Fab Labs consacrés au numérique, Paris a conçu des lieux et un cadre dans lesquels les startups peuvent se développer.

Véritable figure de proue de ce mouvement, l’incubateur Station F a ouvert ses portes aux startups il y a plus de 3 ans. Situé dans l’ancienne Halle Freyssinet dans le XIIIème arrondissement, il peut accueillir jusqu’à 1000 startups : un record mondial. Xavier Niel, son principal investisseur, a voulu servir un de ses projets : « faire de Paris la capitale mondiale des startups ».

Un système de financement de l’innovation en pleine croissance

Une des étapes clés de la vie d’une startup est son financement (levée de fonds ou prêt obligataire). Il permet de nourrir la croissance d’une société grâce au recrutement par exemple. Le réseau de financement parisien est l’un des plus importants en France et même en Europe. Selon le baromètre EY, au premier semestre 2017, 76% des investissement dans des startups ont eu lieu dans la région du grand Paris, la France étant le deuxième pays le plus dynamique en matière de levée de fonds.

Ce réseau est composé :

  • de protagonistes publics comme la BPI (banque publique d’investissement) qui finance l’écosystème grâce à ses investissements et ses subventions
  • de puissants acteurs privés comme les réseaux de Business Angels
  • des fonds de capital-risque (qui se multiplient depuis le début des années 2000).

Une ville qui attire des talents voulant travailler en startup

Pour créer un écosystème fondé sur l’innovation il faut ajouter un troisième ingrédient : des talents. Pour en disposer, deux possibilités existent : les former ou les recruter. La formation a eu ainsi un rôle majeur dans le développement de l’innovation à Paris. Toutes les grandes écoles d’ingénieur ou de commerce de la capitale possède leur incubateur et leur parcours entrepreneuriat. Et cela dans le but de former nos générations à l’innovation. Mais d’autres formes d’enseignement ont aussi émergé comme la fameuse école 42, des bootcamps pour apprendre à coder ou bien les fameux MOOC.

Enfin on a vu de nombreux cadres expérimentés et de jeunes diplômés travaillant à Paris décider de quitter leurs postes dans des grands groupes, des banques ou des cabinets de conseils, afin de se lancer dans l’expérience de l’entrepreneuriat.

Armés de talents, de financement et d’infrastructures dédiées à l’innovation, Paris a maintenant les cartes en main pour incarner la « capitale européenne des startups ».

Catégories
Alumni MBADMB Digital Marketing Entreprendre interview Interviews & Rencontres

Rencontre avec un alumni : Antoine Voland-Logerais

10 questions à Antoine Voland-Logerais.

Rencontre avec Antoine Voland-Logerais, ex-dmbien (promo 2016-2017) aujourd’hui très investi dans les alumnis.
Associé fondateur de Puzzle, agence de marketing et de design digital, il nous présente son parcours atypique et nous confie ses meilleurs moments du MBADMB : la semaine d’intégration, la première compétition…
Une année riche en rencontres, qui s’est révélée déterminante pour son avenir professionnel.
Antoine nous parle aussi de l’agence qu’il a co-fondée et des valeurs qu’il véhicule.
L’occasion de donner quelques conseils aux futurs diplômés du DMB et de partager ses lectures incontournables.

Catégories
Blog e-Business Entreprendre innovations Tech & Innovation UX web

Test UX: qu’est-ce que c’est ?

Mettre un produit sur le marché est stressant. Mettre sur le marché un produit ou service défaillant est un sentiment qu’aucun professionnel ne devrait avoir à ressentir. C’est là qu’intervient le Test UX. Avec lui, vous pouvez avoir une idée de la performance de votre produit, campagne ou initiative une fois développé. Alors que les entreprises valident généralement leurs produits en testant l’adéquation produit-marché, comment pouvez-vous tester quelque chose (produit, service, expérience ou campagne) qui n’est qu’une idée dans votre tête ? 

1-Qu’est-ce que le test ux ? 

La définition du test ux est une méthode de recherche qui consiste à recueillir les commentaires de vos clients ou de votre public cible pour valider un concept avant de le mettre sur le marché.

Alors que les idées se vendent un sou, les tests de concept permettent aux équipes (produit, recherche, conception et marketing) de gagner du temps et de l’argent en les aidant à déchiffrer les mauvaises idées des bonnes avant de les développer davantage. Tester un concept peut être aussi rapide et facile ou aussi itératif et sophistiqué que vous le souhaitez. 

2-Pourquoi les tests ux sont-ils importants ? 

Le test ux est crucial car il vous aide à prédire le succès ou l’échec d’un produit fini au début du processus. Que vous en soyez aux premiers stades de l’examen de nouveaux produits, de la refonte d’une campagne marketing, du lancement d’un nouveau logo ou du lancement d’un programme de fidélité, pensez à tester votre concept. Ce faisant, vous collecterez des informations précieuses sur les clients et mieux prédire si vous investissez ou non dans quelque chose que personne n’utilisera. 

Les tendances de consommation évoluent plus rapidement, le risque d’investir des ressources dans le développement d’une idée déjà dépassée est trop coûteux. Au lieu de cela, pour créer un produit ou une expérience réussi, assurez-vous que vos idées trouvent un écho auprès de votre client actuel ou potentiel. 

3-Exemple de test ux (experience utilisateur)? 

Imaginez que votre équipe produit organise une session de brainstorming pour développer des améliorations innovantes ou un tout nouveau produit. Par la suite, il y aurait trop d’options sur la table pour avoir confiance en chacune d’elles. Pour déterminer quels concepts sont les meilleurs, vous pouvez poser les questions suivantes à votre public : 

  • Le produit résout-il un réel problème pour vous ?
  • Existe-t-il déjà quelque chose sur le marché qui répond à ce besoin ?
  • Achèteriez-vous mon produit par rapport à la concurrence ?
  • Comment ce produit s’intégrerait-il dans votre vie ? 

Les réponses à ces questions permettront de choisir plus facilement le concept à utiliser et en fin de compte, elles aideront au développement du produit. Faire un projet de test ux comme l’exemple ci-dessus peut sembler retarder votre démarrage, mais cela permettra à votre organisation d’économiser du temps et de l’argent à la fin et d’éviter des remaniements coûteux.

4-Comment réalisez-vous un test ux ? 

Les tests ux peuvent impliquer des nombreuses méthodes différentes, vous devez donc choisir celle qui vous convient le mieux. 

a-Test ux quantitatif

 Traditionnellement, les tests ux sont effectués sous forme d’enquête. En effet, les sondages sont un moyen efficace d’obtenir les commentaires de votre public cible, surtout si vous devez toucher des nombreuses personnes. Parce que les sondages sont faciles à créer et à distribuer, ils constituent un premier choix logique pour quiconque cherche à évaluer un concept. Les données quantitatives fournissent des informations telles que le nombre de personnes d’accord pour dire que vous avez un bon concept ou des échelles d’évaluation qui relaient la satisfaction pour l’idée, ce qui est utile pour comprendre si vous êtes sur la bonne voie. Cependant, il ne peut vous raconter qu’une partie d’une histoire. Même si vous savez que vous êtes (ou n’êtes pas) sur la bonne voie, vous ne comprendrez pas nécessairement pourquoi. Sans « le pourquoi » derrière vos données. C’est pourquoi il est judicieux d’associer vos données quantitatives à des informations qualitatives. 

b-Test de concept qualitatif

 Les tests de concepts qualitatifs vous permettent d’apporter plus de couleur aux données quantitatives mentionnées ci-dessus. vous pouvez utiliser un logiciel de test deux pour tester n’importe quel concept, qu’il s’agisse d’un visuel, d’une copie, d’une expérience en personne ou de quelque chose de physique comme un package. De cette façon, les tests de concept vous permettent de voir et d’entendre vos clients cibles car ils donnent une perspective à vos idées.

5-Comment utiliser les tests ux dans chaque rôle ?

Le test ux peux être utilisé dans toute l’organisation. 

a-Test ux pour les concepteurs

 L’un des outils les plus importants pour un concepteur est le feedback.       les conceptions doivent également être testées régulièrement avec vos utilisateurs, vos clients et votre public cible. Intégrez les commentaires du public tout au long de votre processus de conception pour vous assurer que vous suivez l’évolution des tendances. 

b-Test ux pour les marketeurs 

La plupart des spécialistes du marketing admettent qu’ils ne reçoivent pas des commentaires réguliers de leur public cible. Traditionnellement, tester des concepts était prohibitif, c’est pourquoi de nombreux spécialistes du marketing font de leur mieux avec ce qu’ils ont. De plus, ils sont habitués à mesurer les performances d’une campagne après son lancement. Le test ux change le concept pour les spécialistes du marketing, car ils leur permettent de valider rapidement des idées marketing avant d’investir du temps et de l’argent dans la création d’une campagne marketing. 

c-Test ux pour les chefs de produits

 Les chefs de produits sont les plus à l’aise avec l’idée de tester des concepts, mais cela ne signifie pas qu’il n’y a aucune opportunité de croissance. Pour des meilleurs résultats, testez tôt et souvent en incorporant des boucles de rétroaction rapides dans votre processus. 

Un dernier mot sur les tests de concept Le comportement, le sentiment et les attentes des consommateurs évoluent rapidement. Il est sûr de dire que les personnes et les entreprises qui comprennent leurs clients répondent à leurs besoins et offrent une expérience précieuse réussiront. En ajoutant des tests de concept à votre processus, vous pouvez aider à combler le fossé de l’empathie. Qu’il s’agisse d’un produit physique ou d’une expérience numérique, vous êtes plus susceptible de répondre et de dépasser les attentes des clients si vous tenez compte des commentaires des clients tout au long du processus de développement, des tests de concept à la livraison. Ensuite, créez des solutions et des expériences qui correspondent à ce que recherchent vos clients.

Je vous invite a visiter le site web https://test-ux.com/fr

Test UX est une plateforme d’analyse de données quantitative et qualitative qui met en situation une application client et une large communauté de testeurs pour optimiser l’expérience utilisateur.

Catégories
Blog Digital Marketing Entreprendre Inside Digital Revolution Interviews & Rencontres

À la rencontre de Camille Lefebvre

Qui est Camille Lefebvre ? Anciennement blogueuse, elle a aujourd’hui la double casquette de développeuse web et intervenante au MBA Digital Marketing et Business. Dans le cadre de ce Master, une de nos tâches étaient d’interviewer une personne faisant partie du MBA DMB. Pour ma part, j’ai choisi Camille car son parcours m’inspirait. Ayant ouvert un blog sur WordPress il y plus d’un an et demi, c’est donc naturellement que je me suis retrouvée dans le parcours de Camille et voulais en savoir plus. Pour découvrir l’interview, c’est par ici !

Camille Lefebvre

Catégories
Apps Blog Startup Tech & Innovation web

Le no-code

Le no-code : plus besoin d’être un master du code pour créer un site web !

Le code est un langage technique, pas souvent simple à comprendre et qui nécessite du temps et de la motivation pour apprendre à le maîtriser. Désormais, avec le no-code, plus besoin d’être un master du code pour créer un site web, une application ou une autre plateforme digitale.

code informatique

Il existe, avec le no-code, des interfaces comme Microsft PowerApps ou encore Bubble qui permettent de créer des supports informatiques sans langage html, css, javascript ou autres. Ces solutions no code prennent la forme d’interfaces visuelles de type « glisser-déposer » qui n’impliquent aucun codage.

De plus, cette alternative est beaucoup plus économique que de faire appel à une équipe de concepteurs/développeurs interne ou externe à l’entreprise. L’utilisation de solutions sans code vous permet donc de prendre de l’avance et d’utiliser un minimum de temps et de ressources.

Les plateformes sans notion de code permettent aussi de créer des outils utiles pour le marketing tels que des outils de mailings, de paiements, de formulaires et de gestion de bases de données.

Aujourd’hui avec l’accélération du développement digital des entreprises, la place des solutions informatiques simples et rapides est permis grâce à différents outils.

Les mots clés du no code :

#simplicité

Les plateformes sont généralement très accessibles et extrêmement intuitives.

#efficacité

L’outil va directement à l’essentiel et permet de répondre à une problématique précise.

Quelques limites

Mais attention, ces outils ont leurs limites. Mieux vaut pour les gros projets digitaux d’être entouré de développeurs pour mettre en place des produits avancés qui correspondent à des besoins spécifiques.

Ils ont une vraie plus-value dans les premières phases de gestion de projet : prototypage, test, idéation, voir landing page… Arriver à un certain niveau, faire tout son site en no-code va donner lieu à des blocages. Par exemple, pour la personnalisation d’interface de création d’outil qui répond à des besoins particuliers pour des fonctionnalités précises, un simple logiciel ne pourra pas suffire. Les résultats seront standards, avec des designs basiques. Prenons par exemple la bibliothèque de thèmes wordpress. Le no-code ne va pas forcément créer de proposition de valeur ou de stratégie de différenciation.

Se rendre dépendant d’un outil présente des risques : En effet si ce dernier présente des mises à jour, toute la mise en place peut-être impactée.

Il est conseillé d’avoir des connaissances de base en codage afin de pouvoir créer un projet un peu plus original qui correspond à une identité propre à votre marque.

Le no-code est une révélation pour les personnes n’ayant pas de connaissances techniques, plus sur la gestion de projet ou le management. Les plateformes sont intuitives et permettent d’obtenir des retours très rapidement.

Exemples d’outils no-code

En résumé, le no-code est l’outil qu’il vous faut pour tester et déployer des idées facilement et rapidement. 

Voici des outils intéressants : 

Catégories
Blog Digital Marketing Entreprendre French Tech interview Média, Cinema et Streaming Startup Tech & Innovation Transformation digitale

Interview du cofondateur de Tracktl, le social jukebox made in France.

Interview du cofondateur de Tracktl, le social jukebox made in France.

Louis Aubert a d’abord étudié à KEDGE Marseille, puis à l’université de San Diego en Californie, où il a découvert le monde de l’entrepreneuriat. De retour en France, Louis a notamment travaillé avec Mounir Mahjoubi, ancien secrétaire au numérique, sur plusieurs projets web, avec d’autres entrepreneurs.

C’est habité de l’envie de monter sa propre structure entrepreneuriale que Louis a cherché à s’associer et a rencontré Thibault Taupin, tout juste sorti de Centrale Paris. Tous les deux cofondent Jukeo, devenue par la suite Tracktl, puis l’ont nourrit et enrichit pendant plus de 8 ans. Dans un premier temps, Tracktl est née d’un désir de démocratisation de la musique pour des soirées entre amis, et a rapidement trouvé sa place dans l’animation d’événements en entreprise, en boutique, en restauration, en hôtellerie etc..

Cette plateforme musicale made in France a poussé notre façon de consommer la musique au maximum du collaboratif, puisqu’elle permet aux participants de choisir les musiques diffusées sur un lieu ou un événement, depuis leur mobile via un système de vote, tel un jukebox 2.0.

Retrouvez l’intégralité de l’article sur Linkedin : https://www.linkedin.com/pulse/interview-du-cofondateur-de-tracktl-le-social-jukebox-camille-goirand/

Pour en savoir plus sur Tracktl : https://www.tracktl.com/fr/index.html