Catégories
Actualité e-marketing

Google et la fin des cookies tiers

Google et les cookies

La grand nouvelle qui bouleverse le monde du web, Google annonce début 2020 la fin des cookies tiers pour fin 2022. Cette nouvelle forçant l’écosystème du digital utilisant cette techno à l’abandonner pour ce diriger vers de nouvelles façon de tracker les utilisateurs. Finalement le géant des GAFA revient sur la date afin de repousser cette échéance en 2023 et laisser plus de temps à la transformation numérique. 

Comment fonctionnent les cookies tiers ? 

Les cookies souvent utiliser dans le ciblage publicitaire tiers, ils ne sont pas collecté par le propriétaire du site web mais par un tiers, celui-ci lui permettent de récupérer des informations et comprendre le comportement des utilisateurs le chemin du visiteur sur le site web, par la suite il est possible de mettre en place une publicité personnalisée au contenu de l’internaute. Nous avons  tous déjà fait des recherches sur Google et revoir le produit sur un autre site ou sur les réseaux sociaux. 

Comment remplacer le ciblage publicitaire ? 

Google présente le FLoC Federated Learning of Cohorts (apprentissage fédéré de cohortes) comme ça nouvelle méthode de ciblage et permettrai de remplacer les cookies tiers. Le but du FLoC est de remplacer le traçage individuel par un traçage par groupe d’individu ou cohorte avec relativement les mêmes centres d’intérêt avec pour objectif final de délivrer un message collectif plutôt qu’individuellement. 

Pourquoi supprimer les cookies tiers par un nouveau système de traçage ? 

Les internautes éduqué on prit conscience d’être tracés et préoccuper par la collection de datas à leur sujet, Google à préféré accompagner ce changement plutôt que lutter contre. 

Google annonce que le FLoC permettrai également de lutter plus sérieusement contres les fraudes publicitaires avec l’API Trust Token qui permet de savoir si l’internaute et vraiment ce qui prétend être et non un bot. De plus avec la nouvelle reforme de la RGPD qui annonce si l’ont l’utilisateur accepte ou refuser les cookies cela provoque d’important perte de Tracking pour le secteur de la pub, le FLoC serait la solution entre les utilisateurs et les entreprises du secteur digitale. 

Catégories
e-marketing infographie Non classé Social Media

Infographie – Le Marketing Mix B2B en 2021

Le Marketing Mix B2B en 2021 (infographie)

Le marketing mix B2B est principalement basé sur une stratégie digitale. Découvrez en infographie les axes stratégiques et budgétaires favorisés par les marketeurs B2B. La pandémie a fait émerger de nouvelles priorités et de nouvelles méthodes. Les professionnels du B2B sont de plus en plus actifs sur les réseaux sociaux. Il utilisent désormais fréquemment des réseaux a priori B2C comme Facebook, Instagram ou Youtube. Je vous présente quelques unes de leurs motivations.

Pour aller plus loin & Sources:

Catégories
Data world e-marketing UX web

Les Dark Patterns, le côté obscur de l’UX Design

Les Dark Patterns, le côté obscur de l’UX Design

Les Dark Patterns en UX Design

S’il vous est déjà arrivé de cliquer sur une publicité sans le vouloir, de vous abonner à une newsletter sans vous rappeler avoir donné votre consentement, de lire une vidéo sans l’avoir demandé, vous avez probablement vécu un « dark pattern ».

Qu’est-ce qu’un dark pattern ?

Depuis l’émergence du e-commerce, les interfaces web sont de véritables leviers pour développer le chiffre d’affaires et récolter des données sur les internautes. Les sites internet ou les applications web sont conçus par des webdesigners, experts de l’expérience utilisateurs.

Malheureusement, l’UX design présente aujourd’hui un côté obscur appelé le Dark UX, Dark Pattern ou en français les pièges à utilisateurs. L’objectif est de manipuler les internautes et les inciter à réaliser une action sans qu’il ne s’en rende compte. Cette pratique est rendue possible grâce à une expérience utilisateur trompeuse, confuse et considérée comme non éthique. Par exemple, provoquer un achat, ajouter un service additionnel, souscrire à une newsletter ou cliquer sur une publicité.

Pourquoi certains sites web développent des dark patterns au sein de leur parcours utilisateur ?

–       Pour récolter de la data comme une adresse mail

–       Faire augmenter le panier moyen

–       Générer davantage de trafic

–       Générer davantage de clics 

 

Les différents types de dark patterns 

Forced continuity

 Quand nous souhaitons tester une plateforme avec abonnement payant, il existe souvent une période gratuite de quelques jours. Même si cette période ne doit engager aucun frais pour l’utilisateur, il arrive qu’on lui demande de renseigner ses données de carte bancaire. La « forced continuity » ou perpétuation d’abonnement est une pratique selon laquelle l’utilisateur est débité dès la fin de sa période d’essai sans être averti. 

Dark Pattern - Forced continuity

Roach Motel

Cette expression provient d’une marque américaine de piège à cafard. En effet, cette pratique consister à piéger l’utilisateur. Lorsque celui-ci tente d’ouvrir un compte par exemple, l’action est réalisée en deux-trois clics seulement. C’est très rapide car il suffit de remplir une ou deux informations comme l’adresse mail. L’utilisateur rentre dans le piège avec une grande facilité.

 Toutefois, pour en sortir, l’affaire se complique. La pratique de « roach motel » cherche à rendre le processus de désinscription compliqué, long et fastidieux dans l’espoir de le décourager. Vous êtes face à ce phénomène quand il vous est presque impossible de trouver le chemin pour supprimer votre compte et qe vous deviez fouiller le site de A à Z. L’excellent exemple est Amazon, essayez de supprimer votre compte. 

Privacy Zuckering

 Autrement appelée, la technique Zuckerberg, cette pratique joue sur le fait que les utilisateurs ne lisent jamais les conditions générales ou les politiques de confidentialité d’un site. Nous acceptons tous machinalement sans prendre le temps de les consulter. En agissant ainsi, les utilisateurs acceptent sans le savoir que leurs données personnelles soient utilisées ou même vendues par le réseau social qui les hébergent. 

Dark Pattern - Privacy Zuckering

Misdirection

 Très utilisé par les compagnies aériennes ou les sites de comparateurs, le détournement d’attention consiste à attirer l’attention de l’utilisateur vers l’option la plus chère ou la plus avantageuse pour le site internet. Des techniques graphiques sont utilisées pour tromper et inciter l’utilisateur à faire un choix, souvent contre son grès : inverser la couleur des boutons, encadrer une option plutôt qu’une autre etc.

Dark Pattern - Misdirection

Hidden costs

 En français, ils sont appelés les coûts cachés car on les découvre généralement à la fin du processus d’achat. Il s’agit souvent de frais de livraison ou de taxes. Airbnb n’hésite pas à utiliser cette pratique en affichant les tarifs par nuit mais nous apprend à la fin qu’il y a aussi des frais de ménage à prendre en compte par exemple.

Dark Pattern - Hidden costs

Bait and switch

 Certains sites attirent les utilisateurs avec un contenu qui peut être considéré comme un appât. Dans le cas où le contenu est un article, les utilisateurs cliquent dans le but de lire ce dernier. Pendant leur lecture, ils rencontrent un message leur expliquant que ce contenu est réservé aux membres et qu’il faut renseigner son adresse mail pour continuer. Certains remplissent le champ sans réaliser qu’ils sont entrain d’ouvrir un compte ou de s’inscrire à une newsletter. Le tour est joué !

dark pattern - bait and switch

Confirmshaming

 C’est le fait de culpabiliser l’utilisateur quand il entreprend une action qui va à l’encontre des objectifs du site. Par exemple, supprimer un compte, refuser de passer à l’abonnement premium etc. Le site joue sur les mots pour pointer du doigts la « mauvaise » action réalisée par l’internaute.

dark pattern - confirmshaming

*Non je préfère me vider de mon sang.

Disguised ads

 Les publicités déguisées sont celles qui apparaissent sur notre écran indépendamment de notre volonté. Elles sont très fréquentes sur les sites de streaming ou de téléchargements et sont cachées derrière des faux boutons comme « regarder en HD » ou « télécharger gratuitement ». En cliquant sur ces boutons, une nouvelle fenêtre publicitaire s’ouvre et perturbe la navigation initiale. 

Friends spam

 Lorsqu’un site nous demande de synchroniser nos contacts avec nos amis Facebook ou notre réseau LinkedIn pour « faciliter » notre expérience, il s’agit d’un stratagème pour avoir accès à une nouvelle liste de personnes à spammer. De même lorsqu’un site vous propose de vous créer un compte en utilisant votre compte Facebook, LinkedIn, Twitter ou Google. Ces sites profitent de votre réseau pour les toucher à leur tour.

En tant qu’utilisateur, comment éviter les dark patterns ? 

La bonne nouvelle est que nous nous ne faisons pas avoir deux fois. Une fois qu’une personne a rencontré un dark pattern sur un site internet, elle revient rarement. L’expérience utilisateur a souvent été très mauvaise. De plus, tous les webdesigners ne sont pas tombés dans le côté obscur de la force. Certains même développent de nouvelles techniques pour tendre vers ce qu’on appelle le Green UX. Nous voilà rassurés !

Néanmoins, il existe des réflexes à adopter pour contourner les pièges à utilisateurs qui peuvent se trouver sur les nouveaux sites visités comme :

–       Faire attention aux cases cochées par défaut

–       Ne pas cliquer trop vite au risque de cliquer sur une publicité qui apparaît au dernier moment

–       Bien observer les boutons qui sont parfois inversés, le bouton « valider » ou « s’inscrire » est à droite en gras encadré en vert et « refuser » est à peine lisible dans un coin

–       Préférer votre propre bouton « retour » sur votre navigateur plutôt que celui du site qui pourrait ouvrir une pop-in publicitaire ou vous rediriger vers une nouvelle page non désirée

–       Utiliser des bloqueurs de publicités comme Adblock quand vous allez sur des sites e-commerce douteux

–       Essayer la touche « échap » quand une publicité apparaît soudainement et vous ne trouvez pas la petite croix pour fermer la fenêtre

–       Informer votre entourage quand vous avez identifié un site au design trompeur et mal intentionné

En bref, comme le disaient sûrement vos parents quand vous avez reçu votre premier ordinateur, restez vigilent sur internet ! 

Sources :

https://youtu.be/kxkrdLI6e6M

https://www.google.fr/amp/s/www.axellescom.com/blog/le-dark-pattern-la-bete-noire-de-lexperience-utilisateur-ux/amp/

https://www.adimeo.com/blog/dark-patterns-ou-comment-gacher-l-experience-utilisateur

https://www.definitions-marketing.com/definition/dark-ux/ 

https://www.novaway.fr/blog/ui-ux-design/dark-pattern-experience-utilisateur

https://graphism.fr/mieux-comprendre-et-eviter-les-dark-patterns/

https://www.sharing.agency/dark-patterns/

Catégories
Actualité Digital Marketing e-Business e-marketing Entreprendre Evénements French Tech Startup Transformation digitale

VIVA TECH – Speed coaching by L’escalator

Speed coaching by L’escalator – VIVA TECH

La VIVA TECH c’est LE rendez-vous annuel « consacré à l’innovation technologique et aux start-up ». Grâce au MBA Spécialisé Digital Marketing & Business de l’EFAP, nous avons pu assister à son format hybride.

Chaque année, les étudiants du MBA DMB sont sollicités pour animer certains ateliers et aujourd’hui je vais donc vous parler de mon expérience en tant que reporter du Speed coaching organisé par L’Escalator, un incubateur inspirant.

L’EFAP, Microsoft et Publicis sont partenaires fondateurs de l’incubateur l’Escalator. Et le 19 juin dans le « VIVA LOUNGE » a eu lieu une session de speed coaching pour les jeunes entrepreneurs de 18 à 28 ans. Mon rôle ? Etre social media reporter de l’événement et documenter la journée sur les réseaux sociaux.

Alors, quoi de mieux qu’une petite vidéo sympathique pour faire le recap de cette journée ?

Pour en savoir plus sur le contenu même de la VIVA tech et découvrir les nombreuses innovations, rendez-vous sur l’article de ma collègue Gaëlle COLLOS ou bien ici pour l’article de Marine OKORI

REMERCIEMENTS : 

– Le MBA Digital Marketing & Business et toute l’équipe pédagogique, pour nous avoir donner la chance de participer à cet évènenement.

– l’Escalator et Mazéguéla MEITE, pour nous avoir fait confiance en tant que Social Media Reporter de cette journée Speed coaching.

– Ma promo Success 404, pour avoir partagé ces beaux moments et ces belles journées, même à distance.

– Aux interviewés:

Agnès LAW-DUNE, co-fondatrice et CEO del a start up « Goods station »

David BARRIET, étudiant à Polytech Lyon et président de l’assocation Polyenco

Florian CHARPENET, étudiant à l’ECAM EPMI et à la recherche d’une alternance en énergie mineur data

 

 

 

Catégories
Content Marketing Création d'entreprise Digital Marketing e-Business e-marketing e/m Commerce Entreprendre fiche de lecture Startup

Fiche de lecture : « Le Growth Hacking »

growth hacking

Vous gérez un business ou vous voulez créer un site web, un e-commerce, une entreprise ? Vous connaissez le marketing conventionnel ? Le livre vous présente la méthode du Growth Hacking pour booster l’activité de votre affaire et doubler la concurrence par des actions concrètes en 8 semaines. Bonne lecture !

Le Growth Hacking traite de quel sujet ? 

Les auteurs écrivent en 2020 la seconde édition du livre « Le Growth Hacking : 8 semaines pour doubler le nombre de vos prospects » après une première édition en 2017. Il augmente en volume de texte de 30% et s’enrichit des évolutions du marketing, d’expériences des auteurs et des retours des 3 000 lecteurs de la première édition.

L’ouvrage révèle un programme d’actions qui se fonde sur la méthode du Growth Hacking. Il permet au lecteur de lancer un produit ou une offre de services. Il précise comment créer sa structure pour vendre et croître avec vélocité. Il s’applique en particulier à des projets sur Internet. Le livre parle des techniques récentes du marketing sans préciser les fondamentaux et prévient que le Growth Hacking ne représente pas une recette miracle, mais il nécessite de la créativité et une réflexion stratégique.

  • growth-hacking
  • growth hacking
  • growth hacking
  • growth hacking
  • growth hacking

Ne partez pas sans plan de bataille : sur un marché, il y a toujours des concurrents plus faibles… Ces entreprises sont soit dépassées technologiquement, soit en retard sur l’application des nouvelles techniques de marketing digital, soit dans la tourmente. Vous devez donner une bonne raison à leurs clients de changer leurs habitudes, tout en réduisant le risque de changer de fournisseur. Il faut donc construire un arsenal d’outils d’aide à la vente pour à la fois séduire de manière factuelle et émotionnelle les clients de vos concurrents.

Le Growth Hacking, les auteurs

Architecture du livre Le Growth Hacking

Le livre présente un programme comme un entrainement sur 8 semaines pour maîtriser des techniques qui boostent une affaire. Chaque semaine constitue un chapitre et débute par un briefing, se subdivise en 3 à 7 paragraphes numérotés qui constituent des entrainements et se conclue par une mission concrète de 3 à 5 actions à réaliser en 2 ou 3 jours pour réaliser le thème de la semaine. L’ouvrage détaille des cas pratiques, des astuces de Growth Hacker et des exemples concrets relatifs à des business web. Enfin, il précise que les méthodes et techniques expliquées resteront pérennes même si certaines astuces peuvent devenir inefficaces du fait de l’évolution du web.

Pour finir, le livre dispose d’un espace privé sur le web avec des contenus additionnels : le site, TraficCommando.com. Celui-ci offre aussi un coaching vidéo et la possibilité d’échanger avec d’autres lecteurs. Enfin il présente un entrainement renforcé de 8 heures.

Le Growth Hacking, sommaire

Le livre possède les mêmes titres de semaine, leur sujet et les entrainements. La liste suivante présente le sujet des chapitres :

Semaine 1 : Valider votre concept et son produit sur la connaissance client, le tunnel de vente

Semaine 2 : Créer un site web qui crée du trafic et qui convertit assez de prospects en clients

Semaine 3 : Investir pour recruter des prospects

Semaine 4 : Réaliser du content hacking pour booster la production de contenu efficace

Semaine 5 : Recruter des rédacteurs et des influenceurs pour croître par délégation de tâches

Semaine 6 : Gagner en visibilité au-delà de votre sphère d’influence

Semaine 7 : Réaliser une campagne de publicité et automatiser des actions

Semaine 8 : Monter en puissance par l’optimisation de la conversion, de la rétention et du revenu

Bonus : Améliorez votre business actuel par l’approche AARRR

Le briefing final

growth hacking
Je vends plus avec le Growth Hacking

Qu’est-ce que le Growth Hacking ?

L’auteur débute par une définition du Growth Hacking : une démarche structurée et parfois non conventionnelle pour accélérer la croissance. La méthode s’avère efficace pour les startups à petit budget. Ensuite, il décrit le hacking comme le fait de trouver des astuces avec une certaine prise de risques pour aller plus vite.

growth hacking

Il cite en exemple, le gain obtenu en 1992 par Stefan Mandel qui prend le risque d’acheter des millions de billets de loto pour gagner le gros lot de 27 millions.

Le framework AARRR représente le cycle des ventes : ​

• ​Acquisition : comment attirer des prospects ? ​

• ​Activation : l’utilisateur va-t-il utiliser votre produit ?

​• Rétention : l’utilisateur revient-il et comment obtenir un nouvel achat ?

​Recommandation : la satisfaction conduit-elle à un bouche-à-oreille ?

​• ​Revenus : quand et comment gagnez-vous de l’argent ?

growth-hacking

Il précise que les étapes du framework doivent aboutir sur une optimisation maximum et fournit des détails sur chacune des étapes qui s’appliquent à un e-commerce. L’auteur ajoute que suivre trop d’indicateurs peut nuire à l’activité, il préconise d’appliquer la formule One Metric That Matter ou OMTM. En plus d’une méthode, le Growth Hacking relève d’un état d’esprit inventif et qui procède selon l’expression : test, fail and learn.

Le Growth Hacking semaine 1 : Avant de vous lancer dans la bataille 

growth hacking

Cette semaine vous apprend comment valider un concept, cibler les bons prospects et tester votre produit. Le Growth Hacking place le client au centre du business, il utilise la méthode Agile avec un produit évolutif. Si développer un avantage concurrentiel dure un certain temps, il existe quelques méthodes pour disrupter un marché. L’auteur décrit celle de « l’océan bleu » utilisée par Apple, Free ou Airbnb, celle de « la vache pourpre », enfin le « Judo Marketing » utilisé par Dunkan.

1. Définir sa cible avec la méthode des personas

L’auteur explique comment créer des personas, tester leur pertinence sur les réseaux sociaux et identifier des influenceurs afin d’établir un parcours client le plus exact possible. Il précise comment obtenir une vision du processus de vente, de l’information jusqu’à l’achat en incluant le SAV. Cette démarche concrétise le ‘Sales Funnel’ ou entonnoir de vente. L’auteur suggère de considérer les offres de repli.  

2. Comment être sûr de répondre aux besoins du client ?

growth hacking

Pour l’élaboration d’un produit minimum viable, l’auteur propose de réaliser une étude qualitative, un prototype et une étude quantitative. Pour modéliser une application, le site JustInMind.com permet de créer une maquette de produit. Puis il contacte une dizaine de prospects pour la tester afin d’obtenir un feedback. Enfin, l’étude quantitative sur le prix se fait au moyen de Google Ads pour obtenir 5 informations qu’il détaille et aussi à l’aide de Google Trends. Il explique comment réaliser une étude par une campagne publicitaire associée à une landing page qui présente l’offre pour moins de 500 €.

3. La communication et l’expérience client, les clés de la réussite !

Cette partie contient une définition de l’Unique Selling Proposition et 3 questions dont les réponses vous permettent d’établir votre USP. Puis vous la décrivez par un pitch concis qui s’écrit sous la forme : Nom du produit + 5 autres éléments constitutifs. Sur TraficCommando.com il existe une vidéo de 25 minutes qui explique comment réussir une USP et un pitch.

Votre mission : Vous lecteur devez effectuer les 4 actions listées sur 2 jours pour réaliser les entrainements de la semaine 1 qui confirmeront que votre offre répond à un marché solvable.

Le Growth Hacking semaine 2 : Mettez en place votre camp de base

Le briefing

L’auteur propose de réaliser un site web : les éléments nécessaires pour attirer et convaincre les prospects.

Il s’agit d’obtenir un bon emplacement, le SEO, une bonne visibilité sur les réseaux visités par les prospects et un bon produit.

growth hacking

1. L’équipement de base du Growth Hacker

L’auteur donne un lien vers un site qui présente 150 outils utiles. En complément le lecteur trouvera une liste de 150 outils actualisée régulièrement sur TraficCommando.com. Pour aider le lecteur à créer son arsenal, il propose aussi des solutions avec leur prix et leur spécificité :

  • Hébergement
  • Création de site web
  • Emailing avec messages automatisés
  • Montage graphique et bannières
  • Médias sociaux pour amplifier la visibilité
  • Tracking des conversions
  • Chat avec IA pour engager la conversation
  • Film de l’activité d’un visiteur sur un site
  • Montage vidéo et screencasts
  • Analyse de mots-clés
  • Planification de publication de contenu
  • A/B Testing pour un bon versioning de page
  • Place de marché pour trouver des partenaires
  • Outils de Growth Hacking pour agir à 110% sur les réseaux sociaux
  • Outil d’extraction de données de site
  • Outils d’enrichissement d’email
  • Outil de récupération de numéros de téléphone

Enfin 1 astuce : L’auteur propose 3 sites où trouver des prestataires low cost à gérer selon la qualité fournie.

2. Le terrassement du camp de base et le tunnel de vente

Il s’agit de déterminer une offre, un parcours client et des contre-mesures en cas d’inefficacité. L’auteur suggère d’utiliser un site de vente avec un blog et de débuter par une Landing Page produit ou formulaire. Il décrit une structure de site idéale.

Ensuite il donne des informations pour la création du funnel de vente qui représente la méthode pour vendre une offre. Il ajoute des précisions pour une offre complexe de type pack. Par exemple, celui-ci peut inclure une communication avec des incitations à l’achat par l’urgence. De plus, s’agit-il de vendre un produit de 10 ou de 6 000 € ? Enfin il présente la création du funnel en 6 étapes.

3. Construire une landing page qui convertit

L’auteur donne une définition de la Landing Page et une description des informations qu’elle contient. Elle constitue une page spécifique créée pour un objectif, une cible, un positionnement, un produit précis, avec une possible association avec une campagne de publicité. Puis il présente la différence entre une Landing Page et un site web : un objectif précis de conversion conduit à une architecture particulière.

Ensuite l’auteur expose une méthode de création : il insiste sur le Copywriting et propose plusieurs sites en guise d’outils de création. Il valorise aussi l’optimisation et le tracking.

growth hacking
growth hacking

4. Dopez la conversion de votre site web

L’auteur recommande une liste d’outils pour utiliser les fonctionnalités suivantes :

  • Chat proactif et propose des solutions
  • Pop-ups à format slide-in sur un scroll
  • Notifications via le navigateur

Astuce : Lors de l’affichage d’une pop-up, prendre en compte la durée de navigation s’avère efficace.

5. Le marketing automation

Le livre définit le Marketing Automation et conseille des outils. Le procédé le plus simple appelé autorépondeur consiste à envoyer des emails prédéfinis à un contact qui a donné ses coordonnées ou un email. L’auteur précise que le Marketing Automation doit prendre en considération une segmentation comportementale des prospects pour établir des scénarios d’emails séquencés.

Astuce : Comment récupérer des témoignages client ?

Votre mission sur 3 jours :

  1. Créer un site avec un design agréable
  2. Réalisez une Landing Page
  3. Mettre en place un Test A/B sur la Landing Page
  4. Installer un chat et des pop-ups
  5. Etablir une séquence d’emails automatisés

Le Growth Hacking semaine 3 : Recrutez rapidement vos premiers prospects

Le briefing

Vous emploierez l’acquisition par Outbound Marketing pour obtenir les premiers prospects par 2 moyens : la publicité et l’identification des carrefours d’audience de vos prospects.

Les outils payants de génération de prospects représentent le sujet de la semaine divisé en 5 entrainements.

Ils permettent aussi de tester l’offre et la Landing Page.

growth hacking

1. Comment construire une campagne Google Ads rentable ?

Pour réaliser une campagne de publicité l’auteur donne 7 conseils :

growth hacking
J’ai trouvé les mots-clés par le Growth Hacking !
  • Choisir le type de réseau de diffusion
  • Paramétrer une campagne
  • Trouver des mots-clés
  • Optimiser les performances
  • Améliorer la qualité des données
  • Utiliser un logiciel conseillé
  • Quelques astuces

Enfin, il ajoute une fiche pratique pour préparer sa campagne et 2 exemples.

2. Réaliser une étude de marché et générer des leads grâce à Facebook Ads

L’auteur explique la différence en Facebook Ads et Google Ads. Dans cette partie il décrit comment lancer une campagne Facebook Ads. Une étude de marché permet de répondre à 3 questions précisées relatives à l’offre.

Il fournit des détails pour :

  • Paramétrer un compte
  • Etablir un parcours séquencé afin de concrétiser l’action que le prospect doit réaliser
  • Obtenir des données qui mesurent les conversions
  • Comment et où créer une conversion personnalisée

En complément, il propose une vidéo sur le pixel sur TraficCommando.com. L’auteur précise les 2 types de conversion qui existent dans Facebook. Il apporte des informations sur le comportement de ce réseau après avoir déterminé une audience et un type d’objectif.

Il explique de plus :

  • Comment répartir le budget
  • Quel est le bon type d’audience
  • Quelle est la structure d’une publicité
  • Comment tester une publicité pour l’optimiser
  • Qu’est-ce qu’un bon CTR

Il raconte en exemple la stratégie de publicités de la startup Loha qui met en relation des artistes et des organisateurs d’événements.

Astuce de Growth Hacker : Comment créer des visuels ? Il liste aussi une dizaine d’astuces pour une bonne publicité avec des points de vigilance et des définitions de métrique.

3. LinkedIn, Twitter, Snapchat… des challengers à tester !

L’auteur dit quand utiliser les autres réseaux : LinkedIn, Bing, Twitter, Snapchat, Taboola & Outbrain, leur coût et leur spécificité. Il ajoute l’intérêt d’utiliser l’IP Tracking en B2B et fournit une liste de 6 outils avec leur prix. Il suggère d’acheter des leads et donne 4 vendeurs.

4. Le SEO hyperciblé

Pour faciliter la phase d’achat, l’auteur propose plusieurs moyens et un profiling des acheteurs répartis en 4 types. Puis il présente en quelques lignes l’exemple de Frédéric qui réalise la promotion d’un éditeur de solution de CRM avec les types de pages qu’il a créées.  

5. Basez votre succès sur vos collaborateurs et leurs contacts

Les réseaux sociaux permettent de conduire des actions virales pour créer un effet de levier. L’auteur propose d’augmenter la visibilité d’un site e-commerce par un système de réseau et un partage de contenu. Il s’agit d’améliorer l’efficacité d’un e-commerce par le bouche-à-oreille. L’exemple de Frédéric explique la mise en place d’un processus de Social Selling en entreprise.

Votre mission : Trois actions conduiront à l’analyse de la performance d’une Landing Page.

Le Growth Hacking semaine 4 : Faites de la Blitzkrieg grâce au content hacking

Le briefing

L’auteur révèle une méthode pour booster la production de contenu performant, que ce soit des textes, des vidéos ou des podcasts.

Les chapeaux représentent la prise de risque dans les décisions marketing.

growth hacking

1. Produire du contenu pour plaire à Google et à vos prospects

L’auteur rappelle les 2 règles essentielles du SEO relatives au contenu, puis il détaille deux stratégies pour le choix des mots-clés et 3 outils pour les trouver. Une fiche pratique présente l’essentiel du référencement naturel SEO. Ensuite il précise pourquoi utiliser des contenus existants et propose 3 sites pour transformer des vidéos en texte. Un exemple montre comment Frédéric, Webmarketeur, a réalisé un audit de contenu existant.

Astuce : Comment trouver du contenu de qualité et pour en savoir plus le lecteur doit se rendre sur TraficCommando.com. En fiche pratique : Comment être sûr d’écrire un bon contenu ?

2. Créez du bon contenu sans vous prendre la tête

Dans cette partie vous trouvez des idées pour produire du contenu de qualité avec rapidité. En exemple : L’auteur explique comment il retranscrit ses web séminaires à l’aide de 6 sites. L’auteur propose 4 outils pour réaliser des screencasts et des podcasts avec leur prix. Pour rendre plus efficace la diffusion de contenu, sur traficcommando.com se trouve une méthode.

Astuce : Utilité des outils de reconnaissance vocale.

3. Le contenu qui attire du trafic

Le livre explique pourquoi et comment trouver un influenceur.

Il apporte 5 conseils pour obtenir une interview.

Il ajoute 2 fiches pratiques : élaborer un livre blanc collaboratif en 9 points et la construction d’un web séminaire planifié sur 11 points.

En exemple il donne un programme d’annonces sur les réseaux sociaux pour recruter les participants d’un Web Séminaire.

Le livre propose de diffuser du ‘snack content’ : vite consommé et partagé facilement.

Les infographies et animations vidéo s’utilisent aussi pour mettre en avant un article.

En exemple, Frédéric explique comment il met en avant un article qui traite du service client avec 70 images sur 1 an diffusées sur les réseaux sociaux. Le livre propose deux logiciels de création.

Sur TraficCommando.com vous trouvez les clés de la curation de contenu.

Enfin, l’auteur explique comment monétiser une newsletter et cite 3 outils utiles.

4. Cherchez le trafic chez les influenceurs

Après la production du contenu, une réflexion sur sa diffusion s’impose. Une jeune entreprise comme une start-up ne bénéficie pas d’une forte réputation. La solution réside dans le ‘guest posting’. Une fiche pratique explique comment faire du guest posting en 10 points.

5. Faites du neuf avec du vieux

Trois stratégies détaillées propulsent votre contenu en lumière.

Votre mission : Quatre actions sélectionneront des moyens de content hacking qui impacteront votre business.

Le Growth Hacking semaine 5 : Recrutez des mercenaires !

Le briefing :

Il s’agit de recruter des personnes qui vont réaliser des tâches déléguées et qui vont vendre à votre place parfois gratuitement. L’auteur les appelle vos mercenaires !

growth hacking

« Seul on va plus vite, mais à deux on va plus loin. »

Il s’agit de recruter des personnes qui vont réaliser des tâches déléguées et qui vont vendre à votre place parfois gratuitement. L’auteur les appelle vos mercenaires !

1. Recrutez des mercenaires en content hacking

Il s’agit de démultiplier la production de contenu par 2, 3 ou 4. En cas pratique le livre dit comment recruter des rédacteurs d’articles et propose 5 sites.

Astuce : Comment contourner les difficultés d’achats de liens.

2. Mettez en place des alliances

Réussir en solo sur le Web s’avère ardu. Le livre expose une méthode pour trouver des alliés : par des Pod, ou des Master Mind. En exemples, Sylvain réalise un site collaboratif et Frédéric participe à un Pod ou groupe privé de partage de contenu. L’auteur propose un site.

3. Créez un programme d’affiliation

L’affiliation améliore la visibilité, il existe des solutions clé en main, le livre propose 4 sites avec les tarifs.

4. Les parrainages

Pour augmenter le bouche-à-oreille de façon exponentielle, l’ouvrage conseille d’utiliser les programmes de recommandation payants ou gratuits. En exemple suit une description de Dropbox.

5. Acheter des liens

Le gain de temps sur la construction du SEO s’obtient par l’achat de sites Internet à bonne réputation et abandonnés. Le livre dévoile 3 procédés. En exemple le livre dit comment vérifier qu’un site est de qualité ou sanctionné par Google ?

6. Apprenez à flatter les ego

Le livre présente 7 procédés pour plaire à des influenceurs afin de gagner en visibilité.

7. Faire appel à un programmeur freelance et à des assistants low cost

L’auteur parle de 3 sites qui proposent des programmeurs Freelance ou des assistants. En exemple : Une personne recrutée gère une partie du site.

Votre mission : Par 4 actions, vous mettez en place un système qui génère pour vous et de façon autonome davantage de prospects.

Le Growth Hacking semaine 6 : Occupez le terrain

Le briefing

Une rencontre physique aide à gagner un partenariat.

L’auteur engage le lecteur à participer ou à créer des événements, à s’inscrire dans des organismes de networking.

Il cite deux sites en plus de BNI, un réseau d’entrepreneurs.

growth hacking

Une rencontre physique aide à gagner un partenariat. L’auteur engage le lecteur à participer ou à créer des événements, à s’inscrire dans des organismes de networking. Il cite deux sites en plus de BNI, un réseau d’entrepreneurs.

1. Devenez un diplomate Growth Hacker

Pour participer à des événements dans votre thématique, 5 moyens expliqués aident à rencontrer des personnes utiles. Le livre donne aussi l’idée d’interviewer des experts du secteur.

2. Devenez un Ninja et volez les clients de vos concurrents

Les clients d’une entreprise accèdent à des offres concurrentes sur Internet, par exemple via les comparatifs. Le Growth Hacking dit de repérer une entreprise à point faible pour prospecter ses clients. A cette fin, le livre décrit 4 procédés et propose d’utiliser LinkedIn avec 2 outils.

Astuce : Les extracteurs permettent d’obtenir des listes de contacts, 6 sites utiles listés.

L’utilisation des témoignages et des sites d’avis comme Trustpilot.com permet d’identifier des clients de la concurrence. L’auteur cite 2 outils de scraping. Le livre propose un lien vers un tutoriel sur le sujet réalisé par un professeur de Growth Hacking. Grâce à Google Ads, utiliser les mots-clés d’un concurrent pour obtenir du trafic venant de sa clientèle s’avère intéressant.

3. Organisez un événement pour être au cœur de votre écosystème

Le livre conseille 5 idées pour créer un événement réussi.

4. Mettez en place des concours et quiz

Trouver une cause philanthropique que vous sponsorisez permet de se faire connaître. Le livre suggère aussi d’envoyer des cadeaux aux influenceurs et décrit 4 stratégies. La viralité d’un concours s’obtient par une incitation à partager un contenu contre une récompense. Le lecteur se voit proposer 4 sites de concours viraux.

5. Jouez les agents doubles sur les groupes Facebook

Comment publier sur Facebook sans passer en spam ? L’auteur révèle sa solution. De plus, il liste quelques bonnes pratiques pour approcher des personnes.

Votre mission : Augmenter votre nombre de contacts qualifiés en 3 actions.

Le Growth Hacking semaine 7 : Automatisez pour lancer une campagne de propagande

Le briefing

growth hacking

Pour devenir une référence dans un domaine ou pour dépasser des concurrents, vous devez gagner en visibilité, cela signifie automatiser les actions et la génération de prospects.

Le livre propose une méthode en 4 entrainements.

1. Les outils de scraping, le missile à tête chercheuse du marketeur

Le scraping permet d’extraire des données d’un site. Le livre cite 4 sites de développement web pour apprendre à écrire des scripts et un site qui fonctionne sans connaissances en code.

2. L’automatisation de processus, les drones du Growth Hacker

L’auteur propose d’utiliser le site Zapier.com pour connecter plus de 300 outils.

3. Les logiciels d’automatisation multi-réseaux sociaux

Le livre cite deux outils qui automatisent les tâches sur plusieurs sites. Jarvee.com permet de souhaiter l’anniversaire d’un contact sur LinkedIn de façon automatisée.

4. Les logiciels d’automatisation du Growth Hacking mono-réseaux sociaux

growth hacking
J’ai gagné plein de clients par mon growth hacking !

Une optimisation de l’automatisation s’obtient avec un logiciel mono-réseau. Alors, pour trouver un outil une recherche Google du type : nom-du-réseau growth hacking tool fournira des résultats.

Une optimisation de l’automatisation s’obtient avec un logiciel mono-réseau. Pour trouver un outil une recherche Google du type : nom-du-réseau growth hacking tool fournira des résultats.

Votre mission : Cette semaine vous réalisez 3 actions.

Le Growth Hacking semaine 8 : La montée en puissance, la clé de la victoire

Le briefing

L’auteur explique comment l’acquisition conduit à la conversion.

1. L’onboarding process

5 phases suivent l’achat d’un nouveau produit. L’auteur exprime les recommandations suivantes pour une relation après-vente avec le client :

  • Messages par email de confirmation d’achat
  • Vérifier la satisfaction d’usage et le NPS
  • Proposer un coaching
  • Déployer un SAV « self-service » avec FAQ interactive, chat ou assistant virtuel

En exemple, au lancement d’un CRM Cloud pour les PME, Frédéric explique comment il a géré par e-mail une difficulté d’attrition sur les ventes après 1 an.

Les moments de vérité se répartissent dans l’expérience client. L’auteur propose la lecture du livre ‘Ces moments qui comptent’ de Chip et Dan Heath ou comment transformer un client en fan.

2. Améliorer la rétention et réduire l’attrition

Deux règles précisées permettent de réduire l’attrition.

Pour cela l’auteur liste plusieurs moyens.

Pour une réactivation, il ajoute une segmentation en 4 groupes d’utilisateurs et 12 sujets de messages.

L’auteur suggère d’établir un programme de fidélité qui incite à la consommation.

Les messages seront adaptés selon un profiling des clients.

En fiche pratique : Les 6 principes d’un bon programme de fidélisation

growth-hacking

Mettre en place une communauté de clients comme une groupe privé sur Facebook doit :

  • Créer une entraide d’utilisation
  • Apporter un feedback et des données
  • Amener des témoignages
  • Rendre l’utilisateur acteur dans le club

Il s’avère bénéfique d’utiliser d’autres canaux que l’e-mail pour contacter vos utilisateurs :

  • SMS ou les notifications par navigateur
  • Messages vocaux ou par les réseaux
  • Relance téléphonique

3. Générer plus de revenus avec le Growth Hacking

Voici une liste d’idées développées pour augmenter le chiffre d’affaires :

  • Réaliser un produit star puis des déclinaisons
  • Elaborer un produit récurrent type abonnement
  • Ajouter des services comme un support technique ou un coaching
  • Rendre fan des clients qui apprécient un service de meilleure qualité plus cher
  • Proposer des promotions par email
  • Proposer une pluralité de moyens de paiement et de livraison
  • Jouer sur l’achat émotion
  • Créer un funnel de ventes à plusieurs offres sous forme de pack

En exemple, Frédéric explique sa méthode pour créer un nouveau produit et le faire évoluer. Le livre donne un autre cas concret, comment ajuster une offre de services en fonction de la réaction des clients.

Astuce : Une idée pour améliorer un pack promotionnel.

4. La montée en puissance par le Growth Hacking

La scalabilité consiste à diminuer les coûts d’acquisition des clients. En exemple le livre explique comment rendre son business scalable.

5. Utiliser la gamification pour maintenir la motivation de ses clients

Elle se concrétise par des challenges pour les commerciaux. Des activités ludiques s’ajoutent à une tâche. En exemple, Frédéric explique ce qu’est un Yearly Challenge. Puis l’auteur propose une liste de gains possibles pour le client.

Votre mission : Les 4 actions vous apporteront des revenus par une rétention des clients et une maximisation de vos revenus.

Le Growth Hacking bonus : Optimisez votre business actuel par l’approche AARRR

La méthode vient des startups américaines à ressources limitées qui veulent gagner du temps et des efforts. Le lecteur reçoit les conseils d’éviter de se focaliser sur les ponts négatifs et de considérer aussi un « effet whaou ».

Le framework AARRR fournit l’analyse d’un cycle de ventes qui permet de déterminer les actions prioritaires d’amélioration. L’exemple de Frédéric explique comment à l’aide du framework il a réagi à une baisse de trafic due à un changement d’algorithme Google pour relancer son site web. L’auteur précise comment analyser son activité via le framework AARRR.

En exemple le livre donne un audit de site web et tri des idées selon la méthode ICE : Impact, Coût, Effort.

J’obtiens une croissance élevée avec le Growth Hacking

La méthode vient des startups américaines à ressources limitées qui veulent gagner du temps et des efforts. Le lecteur reçoit les conseils d’éviter de se focaliser sur les ponts négatifs et de considérer aussi un « effet whaou ». Le framework AARRR fournit l’analyse d’un cycle de ventes qui permet de déterminer les actions prioritaires d’amélioration. L’exemple de Frédéric explique comment à l’aide du framework il a réagi à une baisse de trafic due à un changement d’algorithme Google pour relancer son site web. L’auteur précise comment analyser son activité via le framework AARRR. En exemple le livre donne un audit de site web et tri des idées selon la méthode ICE : Impact, Coût, Effort.

Votre mission : 4 actions concrétisent l’analyse du business par le framework AARRR, l’identification d’un Quick Win, la réalisation de 2 de vos idées et des mesures sur le funnel de vente.

Le Growth Hacking le briefing final

Donc en 8 semaines, les actions construisent une croissance forte et assurent la pérennité de votre business. Faire du Growth Hacking signifie être astucieux pour hacker le système. L’auteur insiste sur le fait de bâtir une entreprise sur une bonne réputation. Puis il résume le Growth Hacking en 4 points applicables à des contextes variés : l’optimisation, la mesure, l’esprit créatif et l’automatisation. Le site TraficCommando.com propose des ressources complémentaires. Pour finir, il propose un questionnaire de satisfaction avec un bonus en cas de réponse.

Mon avis sur le livre Le Growth Hacking

Ainsi, avec le framework du Growth Hacking présenté dans cet ouvrage, vous bénéficiez d’un outil simple et efficace pour analyser les forces et faiblesses de votre activité. Je trouve que l’intérêt du livre réside dans la possibilité d’appliquer concrètement et par étapes une méthode de croissance rapide. Grâce à ce livre, vous développez vos compétences pour devenir :

…un boss du Growth Hacking !
Catégories
Content Marketing Digital Marketing e-marketing Transformation digitale

Qu’est-ce que l’épidémie a apporté à la numérisation des musées

Le passé 2020 peut être considéré comme un cauchemar pour les cercles des musées d’art du monde, mais aujourd’hui, ce cauchemar se poursuit encore dans de nombreux pays. En réponse à l’impact de l’épidémie, les grands musées du monde entier explorent activement des formats d’exposition en ligne innovants, continuent de promouvoir la construction numérique et fournissent au public des services sûrs et pratiques. Le développement numérique des musées d’art va se poursuivre, voire aller de l’avant avec de plus grands pas.Les expositions et la communication numériques se développeront certainement dans un sens plus diversifié et créatif, avec des modes de vision en ligne des publics et des formes interactives. Je vous invite à lire mon nouvel article…

Qu’est-ce que l’épidémie a apporté à la numérisation des musées? | LinkedIn

Catégories
Digital Marketing e-marketing e/m Commerce Inside Digital Revolution Interviews & Rencontres Social Media Tech & Innovation Transformation digitale

Le Live Commerce par Antoine Leclercq, CEO de Caast.TV

Le Live Commerce par Antoine Leclercq,

CEO de Caast.TV 

Live Shopping, une forme de Social Commerce ? 

Humaniser le commerce digital pour mieux vendre.

Tel est le mantra de Caast.TV, une solution d’animation commerciale vidéo digitale intégrée aux marketplaces et sites e-commerce dirigée par Antoine Leclercq. 

Un mantra qui, selon moi, définit aussi bien le Live Commerce, que le Social Commerce. Le Live Commerce étant une des formes les plus populaires du Social Commerce.

Décryptage du Live Commerce et de la solution Caast.TV avec Antoine Leclercq :

Qu’est ce que Caaast ?

Caast permet aux marques de présenter et promouvoir des produits en live vidéo. C’est une solution de Live Commerce ! 

La solution Caast intègre plusieurs choses : le live avec une FAQ, un replay, et un caast widget sur les fiches produits présentées pendant le live. Le spectateur d’un live peut, pendant celui-ci, poser toutes les questions qu’il le souhaite. Ces questions sont mises en avant dans une FAQ. Ainsi, le présentateur peut répondre aux questions au fur et à mesure du live.

A posteriori, les questions restent disponibles sur le replay. Une barre de recherche permet de rechercher des questions et obtenir une réponse rapidement.

Caast Widget est un widget à implanter sur la page description des produits présentés pendant le Live. Sur la fiche produit, le consommateur peut consulter la minute du Live qui présente le produit en question et là aussi découvrir les questions posées sur celui-ci. Cela permet de revivre le replay de manière beaucoup plus structurée et utile pour le consommateur. 

Qu’est ce qui vous a amené à créer et proposer une solution de Live Commerce ? 

Derrière Caast, il y a une entreprise, Potion Social, qui a une dizaine d’années maintenant, pas du tout spécialisée en animation commerciale digitale. Potion Social est une solution de communauté de clients à destination des enseignes de la grande distribution, des magasins et des marques. 

Dans le contexte sanitaire du Covid, dès l’arrivée des premiers confinements, nous avons décidé de changer d’activité. Nous avons constaté un besoin : déplacer les animations commerciales sur le digital. Et nous y avons vu une opportunité. Nous avons décidé de saisir cette opportunité et de répondre à ce besoin avec notre nouvelle solution : Caast.TV;

Comment avez-vous procédé afin de proposer la solution la plus adéquate à l »utilisation des e-commerçants ? 

Nous nous sommes posés une question : comme les magasins sont fermés, comment déplacer les animations commerciales en magasin sur les sites e-commerces ? 

La création de Caast a débuté par une phase intense de co-création. Ensuite, nous avons réalisé des workshop de co-création, des interviews de co-création avec plusieurs marques de secteurs divers pendant 3/4 mois. La phase de co-création est importante pour trouver la bonne solution qui corresponde aux codes de l’animation commerciale et aux besoins des marques. Nous avons démarré les développements technologiques au mois de juin 2020. Le tout premier Live : pour tester la solution, s’est déroulé le 13 Juillet. Puis, le premier « vrai » Live a eu lieu sur le site e-commerce de Cultura fin juillet. De ce premier Live, nous avons beaucoup appris et continué la co-création.

Le Live Leroy Merlin, début Octobre, est le premier live qui a fait du « bruit ». A partir de ce live, nous avons reçu beaucoup de sollicitations. Désormais, nous travaillons avec un large panel de marques et marketplaces. On est très présent sur la high-tech, le DIY, la mode, la beauté, les loisirs…

Quelle est votre définition du Live Commerce ? 

Ma définition du Live Commerce : de l’animation commerciale en digital ! On prend le présentateur commercial et ses produits pour les mettre sur le site e-commerçant et réaliser l’animation en Live vidéo

Le Live Commerce s’inscrit-il dans la tendance du Social Commerce ? 

Pour moi, le Social commerce est l’intégration de social dans l’expérience commerce. Avec Caast, on propose une interaction en Live entre une audience et le présentateur représentant la marque donc… oui tout à fait ! 

Le Live Commerce est du Social Commerce, mais le Social Commerce n’est pas que du Live Commerce ! Le Social Commerce est beaucoup plus vaste. 

Quel est votre opinion au regard de ces nouvelles tendances ? 

Je pense que le Social Commerce et le Live Commerce sont des tendances ancrées dans les nouveaux usages des consommateurs. Le Live Commerce a été fortement accéléré par la crise sanitaire. On estime que cette tendance a gagné environ 5 ans de maturité durant l’année qui vient de s’écouler. L’année de confinement que nous venons de vivre a effectivement boosté l’accélération de cette tendance.

Les plateformes de Social Media ont également déployé des solutions de Live Commerce avec achat in-app. Qu’en pensez-vous ?

Les consommateurs cherchent à avoir une expérience la plus fluide possible et la plus humanisée. Sur ça, les réseaux sociaux ont un énorme avantage. Ce sont sur ces plateformes que se déroulent la quasi-totalité des interactions humaines, pas sur les sites e-commerce. Pourtant, c’est là qu’une marque fait son business. 

Les réseaux sociaux ajoutent des fonctionnalités de Shopping, de Live Shopping… Les sites e-commerce ajoutent une dimension sociale au commerce. Il faut bien entendre que les réseaux sociaux n’ont pas l’exclusivité du social. 

Amazon travaille beaucoup sur ces sujets. Ils fournissent une solution pour que les distributeurs et les marques puissent vraiment se lancer à fond dans une démarche de socialisation de leur expérience commerce. 

En chine, les plus avancés sont Taobao/Alibaba, WeChat, et encore d’autres acteurs extrêmement actifs.

Les solutions de Shopping des réseaux sociaux vont-elles devenir vos concurrents ? 

Chez Caast, nous facilitons l’accès au Live Commerce aux marques et distributeurs. Nous permettons aux e-commerçants de multi-diffuser le Live sur un maximum de plateformes. Nous pouvons multi-diffuser un Live sur plusieurs distributeurs. Par exemple pour Moulinex, nous avons diffusé des opérations sur Fnac, Darty et Boulanger en simultané. Et, nous pouvons multi-diffuser aussi sur les réseaux sociaux : Facebook, Youtube, Twitch… Dernièrement, le Live Samsung Neo Qled a été diffusé en live en simultané sur les comptes Twitch des influenceurs qui animaient le live.. 

Une fois que les réseaux sociaux tels que twitch, Facebook, Instagram… auront implanté leur solution de live Commerce avec achats in-app, Caast va tout simplement venir pousser les informations shopping directement chez eux. Si les marques le souhaitent. Ici, il y a un choix stratégique à faire.

Oui les réseaux sociaux c’est un truc hyper attractif. Le jour où les fonctionnalités shopping seront disponibles, tout le monde va s’y ruer. Mais en fait, stratégiquement c’est un vrai sujet. C’est-à-dire que pour une marque, il vaut beaucoup mieux effectuer des conversions sur son site e-commerce plutôt que sur ces plateformes réseaux sociaux. Car bien sûr, ils n’oublieront pas de prendre une part des achats effectués sur leurs plateformes 😉

Vous avez dit : « Le Live Shopping est un nouvel usage. On a complètement intégré le divertissement dans l’acte d’achat. » Pouvez-vous m’en dire plus ?

Chez Caast, on identifie 2 types de live : le live Branding et le live shopping.

Les Lives Branding sont des lives très orientés vers le divertissement sur lesquels il y a bien sûr un positionnement produit. Par exemple, le Gran Live Moulinex est un Live branding. Les guests du Live utilisent les produits Moulinex, mais ils ne les présentent pas en détail. Ces lives sont cools, amusants… diffusés sur les réseaux sociaux, ils permettent de faire connaître la marque et les produits. 

Le Live Shopping est une présentation approfondie du produit. Le présentateur, souvent un expert, apporte beaucoup d’informations détaillées sur le produit présenté. Ces lives sont bas dans le tunnel d’achat, on pousse à la conversion. 

Par exemple, les lives Shopping de Magimix. Le présentateur rentre dans les détails du produit, et les clients peuvent poser toutes les questions possibles et imaginables.

Découvrez le témoignage de Greg, expert Magimix. 

Vous avez également dit : « L’objectif est de créer de l’émotion qui pousse à la vente ». 

Il y a l’émotion et le rationnel au travers Le Live Commerce et le Replay Commerce. 

Pendant le Live, on génère l’émotion de l’événement. Quand on est sur l’événement en Live, il y a de l’interaction donc on consomme le Live de manière différente. Emotionnellement, c’est beaucoup plus engageant. Quand le présentateur répond à la question d’un consommateur, c’est à lui qu’on répond : l’expérience devient personnelle.  C’est cette partie plus émotionnelle qui va engager le consommateur. Il sera plus réceptif aux messages et potentiellement plus enclin à effectuer un achat. 

Dans le Replay Commerce, il y a toujours une dose d’émotions. Mais, c’est surtout beaucoup plus rationnel. C’est-à-dire que la capacité de trouver des réponses à des questions sur la fiche d’un produit est une expérience rationnelle. On hésite, on se pose des questions… on trouve la réponse à nos questions, on génère une vente.

On dit que le créateur de contenu drive énormément de conversion lors d’un Live, est-ce vrai ? 

Oui, mais pas n’importe qui. Et, pas à n’importe quel prix. il faut effectuer un choix stratégique. 

La marque peut demander à un influenceur de mener un Live. Dans ce cas, son nombre de followers importe peu, il est surtout important de trouver un influenceur capable de parler du produit en détail et fournir une présentation de qualité. La co-animation est également possible : un influenceur et un expert. L’expert apportera une vraie expertise. L’influenceur une plus grande visibilité. C’est une bonne stratégie pour un Live Branding.  Sur du Live Shopping, il vaut mieux préférer un expert qui soit focus sur la présentation du produit. 

Selon vous, le Live Commerce est une tendance pérenne ? Comment va-t-il évoluer ? 

Nous sommes au début du Live Commerce, mais la vidéo et le Live sont l’avenir du commerce. 

Pourquoi ? Les avancées technologiques qui rendent aujourd’hui la réalisation d’un Live Commerce possible techniquement. Il y a encore 2 ans les solutions de streaming n’étaient pas au niveau où elles sont aujourd’hui. Les interfaces n’étaient pas au niveau où nous sommes actuellement, ni le réseau. Désormais, nous pouvons produire des Lives de qualité, et à moindre frais. 

Ma conviction est que le Live Commerce va devenir incontournable.

Les marques doivent se connecter avec leur communauté de manière sociale et en Live vidéo, d’autant plus dans la bataille de temps passé sur les plateformes. Un consommateur regarde entre 20 et 30 minutes de Live. 20 à 30 minutes qu’il ne passe pas sur un autre site e-commerce ou sur les réseaux sociaux exposé aux offres des concurrents. Un Live permet d’augmenter le trafic, le temps passé sur site et donc potentiellement le taux de conversion et le panier moyen de consommation. Un e-commerçant qui ne réalise pas de Live, se prive de tout ça. 

Les marques ont aussi besoin de prendre la parole, et pour être entendues, le Live est un moyen très performant.

Caast devra également évoluer ? 

Caast, dans les prochains mois, va se positionner sur l’industrialisation du Live Commerce pour aider ses clients à faire plus d’opérations, de meilleure qualité, et à des coûts encore plus réduits.

Aujourd’hui, beaucoup d’énergie est dépensée pour la création d’un seul Live. C’est normal car le Live Commerce est encore nouveau. Les marques doivent se lancer, apprendre en analysant les retombées. Dans la durée, ces opérations de Live Commerce vont naturellement se fluidifier. Nous avons déjà une solution qui s’adapte au besoin de nos clients, marques et distributeurs. Nous allons aller plus loin en proposant à nos clients une démarche plus puissante, agile et optimisée pour leur permettre de tirer un maximum de bénéfices de leurs opérations.

Je ne peux pas encore trop en dire mais la rentrée 2021 sera intéressante.

Comme le dit Antoine Leclercq, le Live Commerce est encore à ses débuts. Ainsi que le Social Commerce. De nouvelles fonctionnalités vont encore apparaître, redessinant l’écosystème du e-commerce tel que nous le connaissons aujourd’hui.

Catégories
Blog e-marketing Retail Robots & IA

L’intelligence artificielle: l’avenir de la mode

intelligence artificielle femme

La mode est un complexe accord entre la conception et le business. Produire plus oui mais à quel prix ? Produire mieux oui mais à quel prix ? Aujourd’hui il serait surtout question de produire moins et de produire mieux grâce à l’IA. C’est une réelle valeur économique qui se créée. L’intelligence artificielle dans la mode est un marché florissant et croissant. Selon le rapport « AI in fashion » de Markets & Markets, il devrait passer de 228 millions à 1,260 milliards de dollars entre 2019 et 2024. Quels sont les nouveaux objectifs de la mode en 2021 et à l’avenir ? Comment l’intelligence artificielle (IA) peut-elle se mettre au service de ce secteur pour engager sa transformation ?

Pour lire l’intégralité de mon article, c’est ici.

Pour lire et relire tout sur la fast fashion: cliquez ici.

Catégories
e-marketing RH

Qu’est-ce que l’hyperconnexion digitale et comment y résister ?

En moyenne, 66% des 18-29 ans utilisent leurs outils numériques professionnels le soir, d’après le site de Blog Goal Map.com. En effet, les jeunes et les cadres sont très exposés à l’hyperconnexion.

A cause de leurs horaires de travail, les cadres sont plus flexibles et ont plus de risques d’être hyperconnectés. Généralement, ils sont interrompus toutes les 6 minutes dans leur travail et gèrent leurs mails pendant 30% de la journée.

Avec l’avènement du numérique, les modes de travail ont changé, on parle maintenant de « digital detox », « zen digital » ou de « déconnexion numérique. »

Besoin d’une digital detox ?

Le terme de « digital detox » est apparu dans la Silicon Valley, en réaction à l’utilisation massive d’internet et à l’hyperconnexion.

Depuis plusieurs années, les modes de travail ont changé avec l’arrivée du digital : le temps de travail n’est plus encadré par des horaires fixes. On assiste donc à un réel « décloisonnement entre la vie privée et la vie professionnelle. »

Le manque de déconnexion n’est pas uniquement dû aux outils informatiques mais à l’usage de ces derniers. Même s’ils permettent un gain de temps et d’autonomie, ces outils génèrent plus de stress et plus de dépendance.

Les risques de l’hyperconnexion

L’hyperconnexion ou hyperconnectivité peut avoir un impact important sur la vie professionnelle et personnelle.

En effet, cette dernière peut créer des troubles du sommeil ou des risques psychosociaux.

Les risques psychosociaux englobent l’infobésité aussi appelée « surcharge cognitive » c’est-à-dire avoir un trop grand nombre d’informations à traiter à la fois. Cela entraîne du stress et favorise le burn-out.

Des troubles du sommeil peuvent aussi apparaître si l’on est « en hyperactivité ou en hypervigilance » d’après le site du Blog GoalMap. Si des individus utilisent trop leur smartphone le soir, (et par conséquent que trop de lumière bleue émane de leur appareil), le rythme cardiaque augmentera et la production de mélatonine (hormone du sommeil) diminuera.

Se fixer des objectifs quotidiens réalisables qui n’engendreront pas de stress, est une manière de résister à l’hyperconnexion.

Les initiatives des entreprises

Pour lutter contre l’hyperconnexion digitale, des entreprises ont proposé diverses solutions :

  • Orange encourage ses collaborateurs à activer le mode « Quiet Time » qui consiste à se déconnecter de tous les appareils électroniques 2 heures par jour.
  • Volkswagen propose une digital detox passant par un blocage des serveurs le soir et le week-end pour 1000 collaborateurs de 18h à 7h.
  • Intel encourage la déconnexion grâce à la mise en place du mode silencieux tous les mardis matins. Ainsi, les salariés doivent couper leur messagerie et leur téléphone à ce moment-là.
  • Atos a annoncé la suppression des e-mails dans l’entreprise grâce à son programme « zéro e-mail. »
Résultat d’images pour deconnexion

Quelques astuces pour une digital detox efficace

  1. Bloquer les publicités grâce à des plugs-in comme Adblock
  2. Se désabonner des newsletters
  3. Supprimer des applications mobiles
  4. Désactiver les notifications
  5. Se réapproprier son temps
  6. Ranger son téléphone lorsque l’on est entre amis ou que l’on fait du sport

Bonne déconnexion !

Eva Guarneri

Catégories
Actualité Apps Digital Marketing e-marketing e-reputation infographie Publicité Social Media

TikTok pour les marques : 5 conseils pour réussir sa stratégie social média

Vous êtes une marques ? Vous voulez gagner en notoriété ? Retrouvez mon infographie sur les 5 conseils pour réussir sa stratégie social média sur le célèbre réseau social TikToK !

Logo TikTok