Depuis quelques années, la digitalisation du secteur viticole est lancée et ne cesse de s’accélérer. Pour preuve, l’association La Winetech qui comptait 35 membres à sa création en 2019 compte aujourd’hui plus de 70 startups au sein de ses 4 collèges d’innovation : production, distribution, expérience et usages. Impliquées dans la digitalisation de toute la chaîne de valeur des entreprises viticoles, ces startups donnent de nouvelles opportunités de croissance pour le secteur en imaginant des solutions innovantes tant pour les professionnels que pour les particuliers.

Zoom sur ces nouveaux acteurs qui révolutionnent le secteur !

Des solutions au service de la production :

Comme toute activité agricole, la viticulture est confrontée à de nombreux aléas (climatiques, sanitaires, environnementaux etc) qu’il est difficile voire impossible de maîtriser. Et le changement climatique ne fait qu’amplifier les défis liés à la gestion des terres et des vignes en générant des conditions climatiques plus extrêmes, en bouleversant la composition nutritive des sols ou encore en favorisant la multiplication des nouveaux ravageurs. L’enjeu aujourd’hui est donc d’anticiper et d’atténuer ces facteurs de risque.

Surveillance des vignes par drône

Parmi les startups proposant des solutions au service de la gestion des terres et des vignes, on trouve Chouette. Cette startup propose une solution de surveillance des vignes, de la taille aux vendanges. Grâce à des drones dotés d’une intelligence artificielle « capable de distinguer les formes, textures et couleurs des détails d’une image, à la manière d’un œil humain » et des caméras embarquées placées sur les engins agricoles, Chouette va être en mesure de cartographier les parcelles permettant aux viticulteurs d’accéder à des informations clés en un coup d’œil : Détection et suivi de propagation du mildiou, géolocalisation des pieds improductifs, détection des zones les plus sensibles au gel, suivi de maturation, estimation des rendements etc.

 

Après la récolte vient le travail de la cave. La vinification et l’élevage sont elles aussi des étapes clés qu’il est nécessaire de suivre et de contrôler. Pour faciliter leur suivi, MyBacchus a créé un ensemble d’outils connectés qui s’installent sur les cuves, tonneaux et amphores et qui permettent de prendre des mesures en temps réel : hygrométrie, pression atmosphérique, températures interne et externe, niveau, oxygène dissous… Reliés à l’interface Onafis qui centralise les données sous forme de dashboard, ces données vont faciliter les prises de décision de l’œnologue.

Des solutions au service de la gestion :

La gestion d’une exploitation viticole devient jour après jour de plus en plus complexe. Financer, gérer et rentabiliser les infrastructures, piloter les équipes,  optimiser les approvisionnements, enregistrer les ventes et définir des politiques marketing sont autant de défis pour les acteurs du secteur. Pour faciliter l’activité de gestion, de nombreuses startups ont développé des solutions sur-mesure pour les structures viticoles.

C’est le cas de Daliasoft, qui propose une solution (SaaS) de centralisation, d’analyse et de visualisation des données pour faciliter le pilotage des performances et de la rentabilité des structures viticoles. Grâce à ses 5 tableaux de bords (commercial, production, marketing, gestion des ressources et finance) le logiciel offre une vision complète des activités en temps réel.  Il permet aussi de faire des simulations en vue d’anticiper sur les situations économiques à venir.

Les solutions au service de la distribution :

Dans un contexte où la concurrence s’intensifie et les consommateurs sont de plus en plus connectés, il devient indispensable de développer sa présence et sa visibilité aussi bien à travers les canaux physiques (presse, affichage, cavistes, GMS) que digitaux (site web, réseaux sociaux, publicité digitale…) avec une stratégie omnicanale. Or, la mise en place d’une stratégie omnicanale nécessite des ressources et du temps dont la plupart des domaines ne disposent pas. Le défi est donc aujourd’hui de donner accès à l’éventail des leviers du marketing traditionnel et digital à toutes les structures, quelque soit leur taille, grâce à des outils et solutions simples.

La startup Bottl. répond à ce besoin en proposant une suite de services combinant activations chez les cavistes et activations en digital. Chez les cavistes, cela se concrétise par de la mise en avant des produits sélectionnés en vitrine par exemple ou encore la mise en place d’opérations de dégustation pendant les temps forts de façon synchronisée sur tout le territoire. En digital, cela peut prendre plusieurs formes : social ads, Bottl.ads, micro-site, webinaires cavistes… C’est une solution complète pour être visible par ses clients professionnels et particuliers grâce à des campagnes 360°.

Se faire connaître c’est bien, vendre, c’est mieux ! Pour pallier aux restrictions de déplacement pendant la covid et garder un lien de proximité avec les consommateurs, le live est devenu un moyen efficace pour vendre du vin.

Certaines entreprises en ont fait le cœur de leur activité. C’est le cas de Dol, qui propose une application qui permet aux vignerons d’organiser des soirées de dégustation online. Le principe est simple : les participants reçoivent le kit au préalable. Pendant le live, ils dégustent le vin avec le producteur et sont libres de poser des questions qu’ils souhaitent. A la fin du live, les participants peuvent passer commande. Ces commandes sont agrégées, ce qui permet aux participants de bénéficier de tarifs préférentiels.

N’hésitez pas à lire l’article « Dégustation de vin en ligne : une solution digitale face à la crise »  pour en savoir plus sur cette pratique.

Les solutions au service de l’expérience :

A l’heure de l’hyperpersonnalisation, les services qui englobent un produit sont devenus presque aussi importants que le produit lui-même. Il est aujourd’hui primordial de penser expérience client (UX) aussi bien en physique qu’en digital. Les consommateurs aiment qu’on leur raconte des histoires, qu’on leur fasse vivre des expériences.

L’œnotourisme répond pleinement à cette tendance. C’est la raison pour laquelle cette activité a le vent en poupe ces dernières années. Pour faciliter la rencontre entre les professionnels du domaine et les amateurs de vin, la startup Winalist a créé une plateforme permettant de réserver des activités oenotouristiques en tout genre : repas, ateliers œnologiques, dégustations, excursions, visites de cave etc. Pour les professionnels, cela permet d’augmenter leur visibilité, de générer des ventes et de diversifier leurs sources de revenus, tandis que pour les amateurs, cela permet d’avoir accès à un large panel d’activités pour trouver celle qui correspondra le mieux à leurs attentes.

Les solutions au service de des usages :

Ce qui différencie les biens de consommation des autres biens, c’est qu’on ne peut pas connaître leurs qualités intrinsèques avant de les avoir consommés. L’image que renvoie le produit à travers le le design et le graphisme de son packaging est donc primordiale.

Depuis quelques années maintenant, la réalité augmentée (AR) est une des grandes tendances qui a notamment pu se démocratiser avec les lenses Snapchat. Elle permet d’apporter des expériences plus ludiques et donc différenciantes. Le startup ARwinelabels s’est emparée des opportunités présentées par l’AR pour ré-enchanter la lecture des étiquettes de vins. Grâce à son application, elle propose d’enrichir l’étiquette avec des photos et vidéos, des animations 3D, du texte (informations sur le domaine ou la variété des raisins, traductions, idées d’accords…). En bref, des possibilités quasiment illimitées et modulables en fonction de la période et des évènements.

En conclusion,  les startups de la wineTech redynamisent le secteur en apportant des solutions plus fiables, plus fluides et plus performantes et en proposant de nouvelles débouchées. Elle permettent également de renforcer le lien et de fidéliser le consommateur en le remettant au centre de la stratégie et en lui proposant des expériences toujours plus riches.