Nouvelles conditions d’utilisation de WhatsApp : Signal, Telegram, Olvid… La relève ?

Les nouvelles conditions d’utilisation de WhatsApp viennent de bouleverser le marché des applications de messagerie sécurisées. Télégram, Signal mais également des concurrents plus discrets comme Olvid vont-ils prendre la relève ?

La plupart l’ont appris par la réception d’une simple notification. À partir du 8 février (repoussé au 15 mai face au tollé de l’annonce), les deux milliards d’utilisateurs de WhatsApp devront accepter de partager leurs données personnelles avec les autres entités du groupe Facebook pour pouvoir continuer à utiliser la messagerie. Des données qui pourront être utilisées à des fins commerciales…

Comme l’a notifié le message à l’attention de ses utilisateurs, ces nouvelles conditions impliquent en particulier un partage plus important des données avec le réseau social Facebook. Si jusqu’à présent WhatsApp ne collectait pas les données personnelles de ses utilisateurs, l’application de messagerie en a aujourd’hui décidé autrement. Le but ? Développer des fonctionnalités dédiées aux comptes professionnels WhatsApp Business et permettre aux entreprises de développer certaines de leurs activités.

En effet, parmi les nouvelles conditions d’utilisation, nous retrouvons le partage des numéros de téléphone, des noms ou des adresses IP. Suite à ces nouvelles annonces plutôt intrusives, nombreux sont les utilisateurs qui ont décidé de se tourner vers des applications concurrentes très ou moins connus du grand public.

Signal : l’application de messagerie sécurisée qui fait du bruit

7,5 millions, c’est le nombre d’installation de l’application Signal entre le 6 et le 1à janvier. Suite aux annonces de WhatsApp, l’application Signal s’est très vite placée en tête des téléchargements d’applications gratuites, dans plusieurs pays, sur Apple Store et Google Play.

À l’instar de WhatsApp, l’application permet d’échanger par message avec un individu ou avec un groupe de personnes. Les utilisateurs peuvent également échanger des fichiers, des photos, des messages vocaux ou encore effecteur des appels à plusieurs. Pour user de l’application, il faut disposer d’un numéro de téléphone.

Cependant, Signal se distingue de ses concurrents. En effet, l’application a été développée par une fondation non-lucrative et financée uniquement par des dons. Rechercher du profit, collecter des données sur les utilisateurs ou les revendre à un tiers n’est donc pas l’objectif de Signal. Dans son tweet du 7 janvier 2021, Elon Musk a d’ailleurs fait la promotion de cette nouvelle application de messagerie.


C’est donc en partie pour le respect et la protection de la vie privée que les utilisateurs soucieux de cette question se sont tournés vers Signal. En bref, des fonctions similaires à l’application WhatsApp, une protection des données assumées et aucune collecte de données sur l’application Signal : voilà comment cette dernière a mis le vent en poupe au leader des applications de messagerie sécurisée.

Télégram : le concurrent déjà bien implanté

Si Signal a atteint son record de téléchargement, une autre application de messagerie mobile connaît également un élan exceptionnel… Il s’agit de Telegram !

Telegram_infographie

Lancée en août 2013, Telegram est une application russe crééé par les frères Durov, disponible sur Android et iOS mais également sur ordinateur. Sur cette application de messagerie sécurisée, les codes de programmation sont ouverts, c’est-à-dire que chaque utilisateur peut contrôler ses données collectées et surtout leurs utilisations.

Mais Telegram est-elle plus sécurisée que Signal ? C’est la question que tout le monde se pose. “Citations qui résume en gros le pourquoi du comment de Telegram”

Le principal défaut de Télégram réside dans la manière dont l’application aborde la sécurité des communications. En effet, si les utilisateurs souhaitent accéder au mode le plus sécurisé de la plateforme, ils doivent l’activer manuellement en se rendant dans les options de l’application.


Suite à l’annonce du changement de politiques sur les données personnelles, Telegram a donc également tirer son épingle du jeu avec plus de 5 millions de téléchargements en quatre jours.

Olvid, Threema, Skred : ces nouvelles applications de messagerie vont-elles connaître un réel succès ?

Ce sont des applications européennes. Parmi elles, on retrouve Olvid, une application française considérée comme étant plus sécurisée que Signal et Telegram. Contrairement à ces dernières, Olvid ne demandent aucun accès à la liste de contacts ni au numéro de téléphone.

Application gratuite lancée en 2019, l’application ne transite pas par un serveur et ne stocke donc aucune données.

« Olvid ne requiert aucune donnée personnelle : aucun numéro de téléphone, aucun mail, aucun nom, aucun prénom, aucune adresse, aucune date de naissance. Juste rien. Contrairement à votre messagerie précédente, Olvid ne demandera jamais l’accès à votre carnet d’adresses »

Validée par l’ANSSI (Agence nationale de la sécurité des systèmes d’information), l’application de messagerie made in France est transparente avec ses utilisateurs comme le souligne la communication faite sur son site web :

« Six ans de R&D nous ont permis de proposer une solution qui ne fait aucun compromis sur la sécurité, tout en restant très simple d’utilisation. Vos échanges ne laissent aucune trace numérique. À part vous, personne ne saura jamais avec qui vous avez échangé. Pas même nous. »

À l’Est de la France, plus précisément en Suisse, on retrouve Threema. Fondée en 2012, cette application imite ses concurrents mais a mis le point sur la sécurité et la confidentialité des données de ses utilisateurs. Ce qui la différencie ? Threema est la seule à être payante et invite ses futurs utilisateurs à payer 3,99 € pour un accès à vie. « Pay once, chat forever. ». Pour justifier sa monétisation, l’application se compare ouvertement à ses concurrents comme l’illustre le tableau comparatif sur son site web.

Tableau comparatif - Threem

Threema vous permet de passer des appels vocaux et vidéo et offre toutes les fonctionnalités attendues d’une messagerie instantanée. À l’instar d’Olvid, l’application ne demande ni numéro de téléphone, ni mail, et permet à l’utilisateur d’utiliser  l’application de manière anonyme.

Enfin, comme les deux applications précédentes, Skred propose les mêmes services de messagerie. Lancée en 2017, l’application de messagerie se présente sur son site web comme « la première appli de messagerie sécurisée en liberté : pas besoin d’adresse email ou de numéro de téléphone pour l’utiliser. »

Selon les propos du créateur de Skred, Pierre Bellanger, l’application a de grandes similitudes avec WhatsApp mais se différencie sur un point important.

« En termes de services, Skred ressemble à WhatsApp qui est un magnifique service avec des fonctionnalités utiles. Mais notre modèle est complètement différent puisque nous n’avons pas de serveur intermédiaire et donc, nous ne récupérons pas, et nous n’utilisons pas les données des utilisateurs. « 


Voici donc des alternatives de messagerie conformes au règlement sur la protection des données, loin des nouvelles annonces annoncées par WhatsApp.