Le storytelling en marketing

“Le storytelling en marketing – Tous les marketeurs racontent des histoires”, avez-vous déjà lu ce livre ? Écrit par Seth Godin, ce livre est considéré comme étant un des piliers du marketing. Née en 1960 aux Etats-Unis, Seth Godin a fait ses études aux Etats-Unis. Ce n’est que plus tard qu’il est écrivain, entrepreneur, informaticien et surtout ex responsable du marketing direct à Yahoo. Il écrit, mène des conférences sur le marketing et inspire un bon nombre de jeunes entrepreneurs à travers le monde. 

Il écrit aussi de nombreux ouvrages marketing. Parmis eux, on peut citer :

  • “C’est ça le marketing”
  • “La vache pourpre: rendez votre marque, vos produits, votre entreprise remarquables!”
  • “Permission marketing: la bible de l’e-mailing”
  • “le storytelling en marketing – Tous les marketeurs racontent des histoires” dont nous allons relever des éléments intéressants dans cet article.

On peut ressortir plusieurs éléments clés abordés dans ce livre.

L’importance des différentes visions du monde

Il s’agit du premier argument que donne Seth Godin pour être un bon marketeur. Il écrit : “Se lancer sur un marché sans comprendre les diverses visions du monde de votre auditoire, c’est un peu comme essayer d’ouvrir un cadenas sans prendre la peine de vérifier s’il vous faut une clé ou une combinaison”. Cette citation représente l’essence même de toutes les interactions sociales à vrai dire. 2 personnes qui n’ont pas des visions du monde similaires . Il faut connaître le cadre de référence et la vision du monde de la cible. C’est pour ca qu’il faut se poser des questions spécifiques en fonction des thématiques :

  • L’attention. Comment attirer l’attention de ma cible ?
  • Le style: Quel est mon style ? Comment je raconte mon storytelling ?
  • Les à priori. Quels sont les à priori de ma cible et comment les désamorcer ?

Enfin, une fois ces facteurs pris en compte, il faut savoir les analyser et les adapter en fonction de l’interlocuteur auquel on fait face. Seth GODIN écrit qu’il faut “cadrer votre histoire par rapport à la vision du monde de votre cible et elle vous écoutera”.

L’importance de la bonne première impression

Selon Seth Godin, le premier élément qui définit les comportements sociétaux est la première impression. Cette première impression n’échappe pas aux caractéristiques essentielles du storytelling en marketing. Dans les relations sociales, elle permet de poser des bases positives ou négatives et en marketing, c’est la même chose. La première impression se joue aussi à travers la communication non verbale qu’il ne faut pas négliger.

L’importance de l’authenticité

Un marketeur doit savoir raconter une histoire. Par savoir “raconter une histoire”, on entend une histoire authentique, vraie et suffisamment bien constituée pour qu’on y croit. En publicité comme dans la vie courante, l’élément essentiel ici est la chute. Celle-ci doit être agréable et rester dans l’esprit de celui qui écoute afin que ce soit la dernière impression qu’il lui reste. Seth Godin écrit ainsi : “Le storytelling permet de mieux comprendre le monde […] Les consommateurs ont l’habitude de se raconter des histoires et de se raconter des histoires entre eux, et il est tout à fait naturel d’acheter des produits à quelqu’un qui nous raconte une histoire. Les gens ne peuvent pas supporter la vérité”.


L’Homme est un être de croyances par nature. Ainsi, un bon marketeur doit savoir bien raconter une histoire mais il doit aussi être authentique dans ses paroles. C’est cette authenticité qui permet aux spectateurs de croire et de comprendre facilement. Seth ne recommande pas de fausser l’histoire ni de la biaiser. La force d’une histoire est sa constitution et sa restitution logique : “Une histoire doit être forte, honnête et transparente”. L’authenticité et la cohérence d’une histoire permet aux autres de pouvoir s’imaginer et s’identifier.

Ici, les télévendeurs sont pris en contre exemple. En effet, par manque d’authenticité, leurs discours ne suivent généralement pas un mode conversationnel, le taux de croyance de la cible est donc extrêmement faible.

Mon avis personnel sur le livre

Je trouve que les thématiques de ce livre sont extrêmement intéressantes et on peut les retrouver dans la sphère publicitaire actuelle. L’élément clé que je trouve pertinent est celui des visions du monde. En effet, tout commence par cela. Les différentes visions du monde expliquent pourquoi les communications doivent se différencier en fonction des cultures, des espaces géographiques, des langues ,.. Et beaucoup de facteurs influent sur l’hétérogénéité des visions du monde notamment l’éducation, les coutumes et mœurs, les idéologies politiques, l’histoire,.. La vision du monde est incontestablement l’élément primaire de ce livre. 

En définitive, le titre du livre contient la phrase “Tous les marketeurs racontent des histoires” et pourtant, tout au long de son livre, Seth Godin montre toutes les raisons pour lesquelles les marketeurs ne racontent pas des histoires. C’est un titre qui est donc ironique et un clin d’œil à l’image que ce corps de métier a dans les consciences collectives. Ce livre est un complément à « C’est ça le marketing » du même auteur.