La Start-Up Week, c’est quoi ?

Le séminaire start-up du MBA DMB Bordeaux s’est déroulé du 15 au 18 mars. L’objectif de cet évènement a été de nous présenter l’univers de la start-up et les rouages qui lui sont inhérents. La promotion de Bordeaux a été accueillie au sein de l’incubateur Unitec à la Cité Numérique.

La Cité Numérique

 Le début de l’aventure

Nous avons été reçus chez Unitec par Jérémy Maduro.

Jérémy est Start-up manager : il est chargé de l’accompagnement des entrepreneurs dans le développement et les différentes étapes de leur start-up.

Avant d’exercer chez Unitec, il a été diplômé d’une école de commerce, pour devenir consultant en cabinet. Avec des challenges de stratégie, d’anticipation et de risques, il a accepté le poste qu’il occupe à présent, et dans lequel il s’épanouit depuis plusieurs années maintenant.

Que les jeux commencent !

La première partie de la journée s’est déroulée en présentation de l’incubateur Unitec et en introduction à l’univers de la start-up. Par la suite, nous sommes allés à la rencontre de “La French Tech Bordeaux” dans leurs bureaux de la Cité Numérique, avec une présentation de la structure et de ses réalisations. Dans l’après-midi, trois entrepreneurs sont venus pour présenter leurs projets.

Start up data ELA – solution de suppression des données personnelles post-mortem. 

Le sujet peut sembler anxiogène et atypique mais il soulève une vraie question. Qu’advient-il de données personnelles après notre décès ? Lorsqu’une personne décède, tous ses comptes, contenus, et données personnelles demeurent accessibles sur Internet.

  • Ces données occupent un espace de stockage non négligeable dans les data-centers.
  • Tout au long de sa vie, un individu aura créé un nombre incalculable de contenu sur divers sites. Sa présence en ligne perdure malgré le décès de ladite personne.
  • Les données peuvent continuer d’être exploitées à des fins frauduleuses ou commerciales

Start-Up écologique –  FiG (Food Index for Good) – Label d’éco responsabilité pour les restaurateurs

Aujourd’hui, l’alimentation de la population cause plus de 26% des émissions de gaz à effet de serre. Il est difficile de distinguer un restaurant éthique et éco responsable d’un restaurant lambda. Il n’existe aucune certification normée et authentique qui permette de légitimer les pratiques d’un restaurateur. N’importe qui peut se targuer d’avoir des pratiques éthiques et écologiques sans pouvoir le prouver. On ne vous explique plus ce qu’est le “greenwashing”.

FiG a été pensé pour labelliser de façon officielle et uniformisé des établissements. Ce label se base sur des études indépendantes pour établir un cahier des charges bien précis. Les restaurateurs souhaitant être labellisé FiG seront accompagnés par les consultants de FiG, qui auditeront et accompagneront les restaurateurs vers un exercice de leur métier plus responsable.

FiG a déjà accompagné plus de 200 restaurants vers une transition durable. L’association a également un partenariat avec le fameux site The Fork. Il y figure en tant que label et filtre pour aider les consommateurs, de plus en plus soucieux de l’environnement, à trouver des restaurants éco responsables.

Start-Up Slow Fashion –   Sapar – Revalorisation de vêtements de seconde-main

Le sujet de la fast-fashion et les dérives qui en découlent a le vent en poupe. Surconsommation, pollution à outrance, vêtements de mauvaise qualité… Après des années de travail en agence de publicité; Marc et Ariane, mariés, décident de devenir associés, et de monter leur propre start-up.

Projet à impact, Sapar a pour vocation de se positionner sur le marché de la slow-fashion, tout en se différenciant de Vinted, Vestiaire Collective ou des friperies. L’objectif de Sapar sera de collecter des vêtements qui ne sont plus portés, et d’effectuer un travail de revalorisation sur les vêtements, à l’aide de stylistes et couturiers. Les produits finaux ne seront pas simplement des vêtements de seconde main, mais bien des pièces uniques et originales.

L’expérience utilisateur prendra effet sur un site show-room qui permettra de visualiser les produits disponibles, adoptant les codes des sites e-commerce de mode classique.

Au vu des avantages écologiques de la slow-fashion, l’objectif d’Ariane et Marc a été de séduire un segment de la population qui n’aurait pas été client de seconde main classique. Une belle mission pour cette start-up qui redonne ses lettres de noblesse à la mode éthique.

L’heure du brainstorming

À l’issue de la présentation de ces beaux projets, bien différents les uns des autres, nous avons constitué 3 équipes responsables chacune d’un projet.

Pour ce faire, Jérémy Maduro nous a coachés pour nous faire produire différents contenus, étalés sur les trois jours du séminaire :

Premier jour : Réflexion sur le positionnement marketing, les objectifs et la stratégie d’acquisition de la start-up

Deuxième jour: Appréhender et analyser le business model de chaque projet

Troisième jour : Réaliser le pitch de présentation de chaque projet.

Ces travaux de groupe nous ont permis de comprendre l’ordre des mécanismes de création d’une start-up. Leur conception a été très intense au vu du court laps de temps alloué; mais cela nous a permis de stimuler au maximum notre pensée pour fournir des recommandations pertinentes.

Au cours de ce séminaire, nous avons eu l’occasion de présenter à chaque fois les rendus devant les entrepreneurs eux-mêmes. Cela nous a donné l’opportunité d’avoir les retours des principaux concernés sur notre compréhension de leur projet, ainsi que sur la qualité de nos idées.

Cette expérience intense a été chaleureusement accueillie par toute la promotion. 3 journées bien remplies qui ont permis de donner de la visibilité sur les aspects grands publics, mais également l’envers du décor de l’univers start-up

Pour en savoir plus sur l’univers de la start-up, voici différents articles rédigés par mes camarades du DMB :

– Paris est-elle devenue la capitale européenne des startups ?

– Infographie : Les start-ups françaises du CES 2018

– Pourquoi monter sa start-up en étant étudiant ?