Le confinement a vu nos musées préférés fermer leurs portes. Et si le déconfinement est en marche, la nuit européenne des musées qui devait avoir lieu demain, est bien reportée, et les musées demeurent fermés. Amateurs d’art ou passionnés, rassurez-vous ! Artips vous propose “une dose d’art au quotidien”. Vous connaissez certainement Artips pour sa newsletter quotidienne. Celle-ci vous livre des notions d’art, sous la forme d’anecdotes. Or, vous ignorez peut-être les solutions qu’Artips met en place pour aider les musées à conserver le lien avec le public, malgré leur fermeture. 

J’ai eu la chance d’interviewer Marine, Responsable du Pôle Media d’Artips, pour revenir sur les plateformes de micro-learning co-créées avec leurs musées partenaires.

Pourquoi et comment avez vous eu l’idée de développer une plateforme de micro-learning ?

Nous avions constaté que le modèle pédagogique de la newsletter était très apprécié. Ce modèle est le suivant : format court, storytelling, faire retenir des messages plus ou moins complexes par le biais de l’anecdote. Nous avons donc décidé de capitaliser sur ces piliers pédagogiques pour créer notre propre solution d’apprentissage. 

A l’époque, c’était la mode des moocs, mais nous n’en étions pas satisfaits. Pourquoi ? Car les taux de complétion n’étaient pas géniaux. En effet, le pourcentage de personnes qui terminent le parcours, avoisinait les 10%. De plus, les moocs constituaient un format trop statique. Et un mooc ne permet pas d’exploiter les potentiels du digital

Nous avons donc créé notre plateforme de micro-learning, que nous déployons auprès d’entreprises ou d’étudiants. Nous l’avons appelée : mes Antisèches.

Cette plateforme se dresse comme une bibliothèque en ligne, dans une logique B2B. Et chaque mois, Artips met en ligne un nouveau parcours. 

L’idée de la plateforme ? Pouvoir s’adresser à tout le monde et donner des capsules d’apprentissage en ligne.

Quels sont les avantages du “micro-learning” ?

Notre promesse : proposer de se former sur un projet par capsules de 7 à 8 minutes par jour. Lorsque vous commencez un parcours, on vous demande le jour, l’heure et le canal sur lequel vous souhaitez recevoir votre capsule du jour (les canaux peuvent être messenger, whatsapp etc.)

« S’adapter à l’emploi du temps de l’apprenant est capital. Le but étant de ne pas s’imposer, de ne pas être vécu comme une sentence.« 

Nous sommes partisans de l’apprentissage par microdose, comme la newsletter. 

La co-création de parcours : quand le micro-learning gagne le musée et les entreprises

Nous avons étendu notre solution pour créer des parcours de micro-learning adaptés aux entreprises et musées des territoires. Il s’agit donc de parcours personnalisés en fonction du musée, des collections de celui-ci, ou des enjeux de l’entreprise. 

Quelques exemples de parcours co-créés par Artips :

> Le Musée de l’Armée, sur l’uniforme

> La Fête de la Science, Esprit critique, es-tu là ?

> La SCNF, sur le sexisme ordinaire

L’idée est d’aller plus loin que la newsletter, pour faire des cours en ligne qui soient ludiques et plus développés. Car nos newsletters ne dépassent jamais 250 mots. 

Nous avons mis en place ce dispositif digital pour que nos musées partenaires puissent conserver le lien avec leur public.

L’idée est toujours de partir d’une mise en situation, d’une anecdote, pour ensuite dérouler un message clé, qui sera retenu beaucoup plus facilement

Quelles sont les initiatives que vous avez décidées de mettre en place lors du confinement et de la fermeture des musées ?

Avec le covid, on voulait que, plus que jamais, nos bulles de culture soient transmises et accessibles à tous. Alors nous avons ouvert notre plateforme de culture générale au plus grand nombre.

De plus, nous avons proposé à nos musées partenaires de conserver le lien avec leur public. En effet, nous avons créé un nouveau dispositif digital pour qu’ils mettent à disposition de leur audience des parcours de culture générale d’Artips. Ces parcours correspondant bien entendu, à leur domaine. 

C’est ainsi que pour la Philharmonie, nous avons mis à disposition les parcours suivants : le jazz, la musique classique et le rock. Et pour le Domaine de Chantilly : le baroque et la renaissance

Nous avons mis en place ce dispositif digital pour que nos musées partenaires puissent conserver le lien avec leur public.

Et demain ?

Nous nous posons actuellement la question de l’accessibilité avec le déconfinement. Qu’en est-il de ces modules, tels que ceux mis à disposition pour la Philharmonie ? Nous ne savons pas pour l’instant, ce serait une nouvelle voie à laquelle nous réfléchissons. 

Affaire à suivre donc ! Et si vous désirez en savoir plus sur vos musées préférés, n’hésitez pas à consulter l’application en ligne d’Artips : Les 10 secrets !