La transformation digitale, 1er sujet de préoccupation de l’entreprise pour l’année 2015.

Le  livre SMART Transformation de Christian Dussart aborde le sujet avec une approche organisationnelle de l’entreprise. Je vous invite à le lire, il est accessible avec des exemples concrets de réussite de transformation numérique et des enseignements à retenir.

Christian Dussart explique à partir d’un élément démographique incontestable que la transformation digitale est une nécessité absolue pour les entreprises.
50% de la population mondiale a moins de 30 ans et s’adonne au numérique.
La gestion d’une entreprise reste tournée vers ses clients et la qualité de ses employés, ses derniers, les générations XYZ natifs du numérique sont ou entrent sur le marché du travail en tant que salarié et consommateur.
Il faut donc en faire le segment stratégique de l’entreprise, l’entreprise doit travailler et prospérer avec les natifs du numérique .

Conscient de cette réalité, le PDG d’Accor a déclaré  »  Les entreprises championnes du digital sont majoritairement créées par des gens de moins de 35 ans. C’est la réalité. Or chez Accor, les décisions sont prises par des gens de plus de 50 ans, moi-même compris » Il a annoncé la création d’un comité exécutif des moins de 35 ans« .

Comment expliquer alors le peu ou manque d’engagement des entreprises dans les projets de transformation numérique ?
Comment expliquer que parmi la minorité des entreprises qui entreprennent cette transformation, la majorité essuie un échec.

Les dirigeants d’entreprises sont pour la plupart dépassés par les nouvelles technologies et leur incessantes évolutions, ils sont noyés sous un flux de nouveaux principes : Web 2.0, objets connectés, impression 3 D, big data…
Par crainte, manque de conseil ou mauvaise analyse, ils reportent à plus tard le projet ou estiment ne pas être soumis à cette nouvelle tendance.

Pour Christian Dussart, la clé de réussite d’une transformation numérique réside dans le jeu subtil de concilier l’expérience des baby boomers et la reconnaissance des nouvelles générations X, Y et Z.
La plupart des recommandations faites aux entreprises se basent uniquement sur les fonctionnalités des nouvelles technologies du numérique et du social en ligne.
Cependant Les ruptures les plus importantes pour les entreprises ne sont pas celles liées aux nouvelles technologies en soi mais celles qui interviennent au niveau des attitudes et des comportements des clients et des employés des entreprises.

Pour ce faire, une bonne connaissance de l’état d’esprit et des comportements des générations x y et z est une nécessité pour réussir à les prendre en compte et à les impliquer dans les activités de l’entreprise.

A travers plusieurs exemples de réussite de transformation digitale d’entreprises, Christian Dussart conclue qu’il n’y pas un modèle unique.
Chaque entreprise doit choisir sa voie, selon le secteur, la nature de ses produits.
Cependant il y a un principe commun, ils se tournent tous autour des attentes, attitudes et des comportements du segment stratégique à atteindre : la génération x y et z.

L’important n’est pas de révolutionner l’entreprise mais d’enclencher une démarche. La transformation peut se réaliser progressivement.
Vous pouvez commencer à innover sur un seul aspect précis de votre activité par exemple innover avec un produit répondant aux attentes des x y z.
Avant tout, il propose de réaliser un état des lieux pour mesurer le potentiel de rupture des comportements de marché de votre secteur d’activité avec 2 indications clés : l’urgence d’agir et l’amplitude de la mutation.

Il rappelle que les grands fondements de l’entreprise restent valables et notamment les plus fondamentaux : règles de base de la concurrence et des avantages concurrentiels.
Un mariage de raison entre tradition et l’innovation doit être contracté.
La marque doit rester au centre de l’entreprise et la rentabilité le coeur de bataille.