La transformation digitale du cyclisme

Le 2 mars a eu lieu la masterclass sur la transformation digitale du cyclisme sur le campus de l’EFAP à Lyon. Créée par trois étudiantes du MBA DMB, et moi-même, je vous fais le point sur les informations importantes qui ont été analysées et qui sont à retenir.

État des lieux général

L’usage du vélo de route a changé. Si avant il faisait partie intégrante de la culture ouvrière et rurale, aujourd’hui il est davantage considéré comme un sport professionnel et un loisir.

En 2020, malgré la période de covid-19, les ventes de vélo ont augmenté de plus de 25% par rapport à l’année précédente. Au total, c’était 3 milliards d’euros de chiffres d’affaires. Cette hausse s’explique par un besoin de nature et dans une dimension écologique. Les vélos à assistances électriques (VAE) représentent une grosse part de ce marché car 1 vélo sur 5 est électrique aujourd’hui.

Focus sur l’équipement du cycliste professionnel

Dans cette étude de la transformation digitale du cyclisme, nous nous sommes axées principalement sur les cyclistes professionnels et le Tour de France, événement mondialement connu. En effet, le cycliste professionnel s’est vu monté en grade grâce à des technologies plus poussées qui l’accompagnent quotidiennement dans ses entrainements et ses compétitions.

 

Le vélo et ses composants

Entre ses habits mieux pensés, son vélo plus léger, et ses accessoires, il possède les meilleurs produits du marché. Avant les cadres de vélo étaient en bois, ou en métal par la suite, mais aujourd’hui ils sont conçus en carbone, tout comme les roues, afin que l’équipement soit le plus léger et solide possible. Le freinage s’est également vu modifié avec l’arrivée du freinage à disque qui lui donne un meilleur niveau de sécurité ainsi qu’un un confort supérieur.

Aujourd’hui, on parle même dimpression en 3D pour le cadre du vélo qui permettrait d’optimiser les guidons et la performance du cycliste. Des capteurs dans les selles ont également été développés dans un objectif d’information et de performance. Ils permettent de connaître la position géographique du cycliste et de calculer sa vitesse en temps réel. Un vrai plus lors des compétitions pour la télévision !

Superstrata, vélo 3D en carbone

Les habits et accessoires

Maillot, casque, cuissards, lunettes… Les accessoires du cycliste professionnel sont nombreux !

Les lunettes ont bien évolué au fil des années. Elles sont passées en 1903 de lunettes motocyclistes à des lunettes photochromiques dans les années 90, pour aujourd’hui intégrer de la réalité augmentée. En effet, certains modèles permettent de mesurer les performances du sportif en temps réel. Ces données comportent sa vitesse, sa cadence, sa distance et calculent même ses dénivelés. Un accessoire devenu connecté.

De leur côté, le maillot et le cuissard sont devenus des habits intelligents grâce à des entreprises les ayant instrumentalisés. C’est le cas notamment de Cityzen Science qui a conçu un cuissard connecté en temps réel à une application afin de collecter de la data. La vitesse, distance parcourue, cadence de pédalage ainsi que la fréquence cardiaque peuvent ainsi être analysées grâce à l’habit directement sur l’ordinateur ou le téléphone.

Depuis l’obligation de son port en 2005 sur le Tour de France, le casque a également connu quelques changements. Aujourd’hui, le « Road Helmet One » intègre une caméra 4K et se connecte en wifi depuis un mobile. Il permet de donner des alertes en temps réel au cycliste sur les risques de collisions auxquels il fait face. Le projet mené par Arenberg est actuellement en pré-commande sur la plateforme « Kickstarted » où 251 contributeurs ont investi dans l’objet connecté.

Casque Road Helmet One

Les technologies présentes

Montres connectées, gps, cardiofréquencemètre et applications mobiles, les nouvelles technologies sont présentes même dans le vélo.

Tout d’abord, les montres connectées sont des objets essentiels pour tout sportif. Hormis leur fonctionnalité principale qui est de donner l’heure, elles ont aujourd’hui des modes sportifs afin de mesurer ses performances en temps réel et d’envoyer directement les data à un serveur. Ce serveur, on l’a en application mobile, sous le nom de Strava. Cette plateforme s’apparente à un réseau social permettant de retrouver toutes les données concernant ses entrainements : distance, dénivelé, temps, vitesse, calories brûlées, etc. Il est possible d’y suivre ses amis et de participer à des challenges sportifs pour des causes telles que Black Lives Matter. Vous l’aurez compris, tout est pensé dans un objectif d’accessibilité et de sociabilité.

Pour le GPS et le cardiofréquencemètre c’est le même principe. Ils accompagnent tout deux le cycliste dans ses entrainements et compétitions afin qu’il puisse avoir accès à ses données en temps réel et se tenir informé de sa puissance.

Les data récoltées grâce à ses outils valent de vraies mines d’or, elles doivent alors être protégées et sécurisées sur des serveurs propres aux clubs professionnels. Les data scientists se chargent derrière de les analyser et de les exploiter le plus efficacement.

Focus sur les courses professionnelles

Avant de vous parler des courses phares et des moyens technologiques qu’elles ont développés, il est important de rappeler les différents types de courses existantes dans le vélo.

Au total, on en compte quatre : les courses contre la montre, les épreuves d’un jour, les championnats internationaux et les courses à étapes. Les dernières sont les plus connus à l’international. L’UCI, Union Cycliste Internationale, et la FFC, Fédération Française de Cyclisme, sont deux organismes dont il faut connaître le nom.

Lors de la masterclass nous avons expliqué l’origine de la création du Tour de France, du Giro (tour d’Italie) et de la Vuelta (tour d’Espagne). En effet, ces trois courses à étapes ont vu le jour par des quotidiens régionaux voulant augmenter leurs ventes et faire face à la concurrence. Aujourd’hui, le Tour de France et la Vuelta sont organisés par l’entreprise A.S.O, Amaury Sport Organisation, filiale du groupe Amaury propriétaire de l’Équipe notamment.

Et si chacune s’est vue évoluée au fil des années, les moyens technologiques aussi.
Effectivement, depuis la crise du covid-19, chacune des courses a mis en place une « course virtuelle » permettant à tous les amateurs de participer à la course depuis chez eux. Les routes sont les mêmes, les distances sont raccourcies, mais l’expérience est garantie. Pour y participer il suffit seulement de mettre son vélo sur home trainer et télécharger l’application Zwift pour le Tour de France virtuel ou Rouvy pour la Vuelta virtuelle. Le Giro a également mis en place le Giro-E qui consiste à courir sur les mêmes routes que le tour d’Italie mais à vélo électrique.

Chaque organisation s’adaptant aux tendances et évolutions du milieu.

Et demain ?

On peut se demander si l’e-cyclisme sera le futur du sport. Cette pratique est portée par Zwift, une plateforme alliant jeu électronique et connaissance du monde sportif où les courses ont lieux dans des univers 3D. Elle a également organisée les championnats du monde d’e-cyclisme avec l’UCI. Rien de plus simple pour les cyclistes, il suffit d’avoir un home trainer et un cardio-fréquencemètre connectés pour récupérer toutes leurs données et courir face à d’autres cyclistes sur la plateforme.

Autant que les courses virtuelles ont tout d’identiques aux réelles : elles possèdent un classement des coureurs, du sponsoring des courses et même un robo-dopping pour vérifier qu’il n’y a pas eu triche.

Cependant, nous avons interrogés plusieurs professionnels du monde cyclistes, dont Matthieu Ladagnous, coureur chez Groupama-FDJ. Celui-ci nous a confié que cette nouvelle manière de pratiquer est bénéfique pour des entrainements notamment en cas de mauvais temps en extérieur. Néanmoins, elle ne remplacera jamais la pratique pure du vélo.

Alors, à voir ce que nous réserve l’avenir ! Les NFT sont également à surveiller.

Informations en plus sur la transformation digitale du cyclisme

Vous pouvez dès à présent avoir accès à la présentation complète de la masterclass sur SlideShare. Vous y retrouverez notamment une étude de cas sur le marketing digital du Tour de France.

Et pour aller plus loin, voici quelques articles intéressants sur le sujet :

La masterclass sur SlideShare

145 slides retraçant les chiffres clés du secteur, les évolutions des équipements mais également des courses. La présentation est à votre disposition. Vous pouvez également me contacter pour des questions.

Marie Party

Marie Party

Étudiante au MBA DMB de Lyon et freelance Social Media

N’hésitez pas à entrer en contact avec moi ou à me suivre sur Twitter pour échanger ensemble !