Rencontre avec Mabzouel, streamer tahitien sur Twitch et YouTube

Vivre de sa passion pour les jeux vidéo est un rêve devenu réalité pour Haumana alias Mabzouel sur les réseaux sociaux. Avec aujourd’hui plus de 180K abonnés sur YouTube et 146K abonnés sur Twitch, le jeune Polynésien revient sur son parcours et nous fait découvrir son univers de streamer.

Ia ora na, bonjour Mabzouel, est-ce que tu pourrais te présenter ? 

Bonjour, je m’appelle Haumana Ituragi alias Mabzouel sur internet. Je suis né et je vis actuellement à Tahiti, en Polynésie française. Je suis streamer et créateur de contenu sur Twitch et YouTube.

Est-ce que tu peux nous raconter ton parcours sur les réseaux sociaux ?

J’ai créé ma chaîne @Mabzouel sur YouTube en 2014 lorsque que j’effectuais mes études de théâtre à Montréal. J’ai débuté en publiant des vidéos de moi jouant aux jeux vidéo mais aussi en proposant des tutoriels. Ensuite, Twitch est arrivé et je me suis lancé dans le streaming à fond. 
À la fin de mes 4 années d’études au Canada, je suis rentré à Tahiti. Je jonglais entre mon travail de professeur de théâtre et mes réseaux. Je suis toujours parvenu à concilier ma passion et ce que je faisais à côté. Petit à petit, j’ai réussi à percer jusqu’au mois de septembre 2020, où le streaming est devenu mon métier à plein temps.

photo du streamer mabzouel

Est-ce que tu as commencé à faire des vidéos dans l’optique d’en faire un jour ton métier ?

C’est sûr qu’on aimerait tous pouvoir vivre de notre passion mais c’est dur de se dire “je vais y aller, ça va être mon métier”. C’est utopique. J’ai commencé par passion. Il m’arrivait d’imaginer qu’un jour, peut-être, ma chaîne aurait du succès mais ce n’était pas si simple. Mon premier live était en 2015 et comme je le disais, je n’ai pu en vivre qu’en 2020. Entre-temps, j’ai eu des hauts et des bas. Black Ops IIII est sorti en 2018, pendant deux mois je voyais que mes vidéos marchaient bien. Au bout d’un certain temps, les chiffres sont de nouveau redescendus, car le jeu n’intéressait plus personne.

Et puis un jour, j’ai été repéré par le streamer SkyrozTV à la suite d’une vidéo où je commentais un de ses lives. Je m’étais amusé à faire des blagues sur lui. La vidéo lui a beaucoup plu. À la suite de cela, il m’a proposé de faire une partie avec lui. Le courant est tout de suite bien passé et on est devenu amis. Cette rencontre a été un élément déclencheur pour ma chaîne.

À quoi ressemble ta journée type ? Comment est-ce que tu t’organises ?

Je me lève et me prépare tous les jours à 7h00, ensuite je lance mon live à partir de 8h00, soit 20h00 dans l’Hexagone. Je joue et j’anime jusqu’à 15h00 (3h00 du matin) . Je streame quasiment tous les jours, sauf le dimanche.

Concernant le montage des vidéos, je travaille avec un monteur. Au début, je faisais tout, mais maintenant je préfère déléguer afin de me focaliser uniquement sur le stream.

Je suis également représenté par une agence qui gère tous mes placements de produits OP et partenariats. Ils me proposent des partenariats de temps en temps mais il m’arrive également de leur parler de certaines marques qui m’intéressent et ils se chargent de les démarcher pour qu’on puisse collaborer ensemble.

Qu’est-ce qui te plaît le plus dans le streaming ? Quelles sont ses contraintes ?

L’interaction avec les gens et le fait d’avoir des retours directs via le chat. J’ai toujours aimé animer, divertir et faire des blagues. Quand tu fais un live, tu peux tout de suite rebondir sur les commentaires de tes abonnés. Il y a aussi le fait d’être libre de faire ce que je veux, où je veux. Cependant, je dois avouer que c’est un métier très prenant. Lorsque tu es créateur de contenu, tu ne peux pas te permettre de prendre des vacances ou d’être absent trop longtemps. Tu risques d’avoir à ton retour moins de viewers car les gens t’auront déjà remplacé.

Quels sont les challenges auxquels tu es confronté aujourd’hui ?  

Je dirais que l’une de mes plus grandes difficultés est la connexion internet. En Polynésie, il est clair que la connexion est nulle ! Et pourtant, j’ai souscrit à un abonnement professionnel. Cela s’explique aussi par le fait, qu’on est vraiment loin de tout, même les serveurs sont loin. Par conséquent, internet est souvent instable ; il m’arrive d’avoir des lags lors de mes streams.

Tu as 146K followers sur Twitch et 180K followers sur YouTube. Comment utilises-tu chaque plateforme ?

Les deux sont liées car je fais mes lives sur Twitch, à peu près 6/7h de live et j’utilise les meilleurs moments que j’ai eu sur ces lives pour les publier ensuite sur YouTube. À part cela, je réalise des vidéos spécialement pour YouTube comme des storytimes et ma série plus récente où je fais des vidéos en “spec solo” (je commente ce qu’il se passe dans une partie) tous les lundis. C’est un format qui plaît aux gens.

Qu’est-ce qui te plaît le plus dans le streaming ? Quelles sont ses contraintes ?

L’interaction avec les gens et le fait d’avoir des retours directs via le chat. J’ai toujours aimé animer, divertir et faire des blagues. Quand tu fais un live, tu peux tout de suite rebondir sur les commentaires de tes abonnés. Il y a aussi le fait d’être libre de faire ce que je veux, où je veux. Cependant, je dois avouer que c’est un métier très prenant. Lorsque tu es créateur de contenu, tu ne peux pas te permettre de prendre des vacances ou d’être absent trop longtemps. Tu risques d’avoir à ton retour moins de viewers car les gens t’auront déjà remplacé.

Quels sont les challenges auxquels tu es confronté aujourd’hui ?  

Je dirais que l’une de mes plus grandes difficultés est la connexion internet. En Polynésie, il est clair que la connexion est nulle ! Et pourtant, j’ai souscrit à un abonnement professionnel. Cela s’explique aussi par le fait, qu’on est vraiment loin de tout, même les serveurs sont loin. Par conséquent, internet est souvent instable ; il m’arrive d’avoir des lags lors de mes streams.

Tu as 146K followers sur Twitch et 180K followers sur YouTube. Comment utilises-tu chaque plateforme ?

Les deux sont liées car je fais mes lives sur Twitch, à peu près 6/7h de live et j’utilise les meilleurs moments que j’ai eu sur ces lives pour les publier ensuite sur YouTube. À part cela, je réalise des vidéos spécialement pour YouTube comme des storytimes et ma série plus récente où je fais des vidéos en “spec solo” (je commente ce qu’il se passe dans une partie) tous les lundis. C’est un format qui plaît aux gens.

studio de Mabzouel, streamer sur twitch

Qui sont tes créateurs de contenus préférés ou qui t’ont inspiré ?

Mes copains, avec qui j’ai formé un groupe que nous avons appelé les Plouks :

Ensuite, il y a tous ceux qui sont en haut de Twitch : ZeratoR et Domingo. Ils sont inspirants car ils sont présents depuis longtemps et ont créé le ZEvent et le talk show Popcorn.

Mes autres inspirations ont été Dr DisRespect et GameDojo. En dehors du gaming, j’aime regarder les lives de la PlanetedeCaro, qu’elle réalise depuis sa camionnette. C’est une dame qui parcourt la France, je trouve ça cool ! Je suis également les sœurs Botez, les reines des échecs. Sinon, je reste constamment en alerte sur les nouvelles tendances et ce qui se passe sur les réseaux sociaux.

Est-ce que tu as des projets en cours ? Comment te vois-tu évoluer dans 5 ans ?

Pour l’année 2022, je veux faire des émissions plateaux avec des participants et des lives. Continuer à streamer mais sortir de la catégorie pure gaming et varier mon contenu. J’aimerais également inviter les Plouks en Polynésie pour faire des lives avec la mer en arrière-plan, ça pourrait être cool.

J’ai un peu de mal à visualiser comment aura évolué ma chaîne dans 5 ans. C’est un métier tellement aléatoire. Si demain le jeu Warzone ne marche plus, je vais devoir rebondir sur un autre jeu. Mon objectif à long terme serait de pouvoir faire ce que je veux et que ça marche comme le fait Domingo.

Et ça t’arrive de travailler avec des entreprises locales (basées à Tahiti) ?

Oui, AKRacing Tahiti par exemple, qui m’a offert une chaise de gaming et un bureau. Le patron m’avait contacté lorsque je n’avais encore que 1000 abonnés. Il a cru en moi dès mes débuts.  Autrement, je travaille depuis 6 mois avec DREAM TECH Polynésie qui m’a donné un ordi sur lequel je joue pour mes streams.

Je suis moins amené à faire des partenariats avec les entreprises locales car mon audience est principalement basée dans l’Hexagone (85%) ou au Canada. Tahiti ne représente que 5% des viewers.

Est-ce que tu penses que vivre des réseaux sociaux, d’internet, être influencer est possible en Polynésie française ?

Je pense que oui, comme Vaimiti Teiefitu (ancienne Miss Tahiti et maintenant Roxy girl), et certains TikTokeurs qui sont en train de monter mais cela reste assez faible. Il faut vraiment sortir du lot. TikTok et Facebook sont des réseaux sociaux très forts en Polynésie et il y a encore de nombreuses opportunités à saisir dans ce domaine.

Le mot de la fin : un conseil pour ceux et celles qui souhaitent se lancer dans le streaming ou la création de contenus.

Il faut se lancer ! Il ne faut pas avoir peur ! Si tu as déjà internet et un ordinateur ou un téléphone, peu importe, tu peux faire quelque chose. J’ai commencé avec un petit ordinateur portable et j’ai évolué au fur et à mesure.
Encore une fois, ne te lance pas dans le but d’en faire ton métier.

Aujourd’hui sur Twitch, 95% des streamers ont entre 0 et 5 viewers et seulement 0,024% ont un revenu au-dessus du SMIC. 

Tu as plus de chances de te faire embaucher et de gagner un salaire dans n’importe quelle autre boîte que sur Twitch. Mais si tu veux percer, tu dois te poser la question : « qu’est-ce qui fait que les gens vont me regarder moi plutôt qu’un autre ? C’est quoi ma singularité ? »
Il faut aussi surfer sur les tendances. Un jour, j’ai streamé sur un jeu qui venait tout juste de sortir. J’étais le premier français à en parler et je suis passé de 20 à 250 viewers d’un coup. C’est ce genre d’opportunités qui pourra t’aider à te démarquer. Il est important de préciser que poster régulièrement et assidûment te permettra de construire ta communauté.

Enfin, il faut également un coup de chance. Le mien a été de rencontrer Skyrroztv. Jouer avec lui m’a permis de gagner en visibilité et en notoriété.

Lance toi, fais ce que tu aimes et si c’est intéressant, ça marchera !

 

N’hésitez pas à vous abonner à Mabzouel :

►Chaîne Twitch: http://www.twitch.tv/mabzouel

►Chaîne YouTube : https://www.youtube.com/c/mabzouel

►Twitter: @Mabzouel

►Instagram: @Mabzouel

Pour aller plus loin :

👉 (Infographie) Twitch, un nouvel outil de marketing digital ? (article du blog MBA DMB)

👉 Twitch et le streaming : une action caritative qui cartonne (article du blog MBA DMB)

👉 Zoom sur Twitch (article du blog MBA DMB)

👉 ZLAN et Twitch (article du blog MBA DMB)