Le Samouraï virtuel , visionnaire d’un métavers dangereux ?

Le Samouraï virtuel ou Snow Crash en anglais est un roman culte du genre SF cyberpunk de Neal Stephenson, paru en 1992.

Pour ceux qui ne le connaissent pas, Neal Stephenson est un auteur de science-fiction américain, plusieurs fois lauréat du prix Locus. Ses ouvrages associent technologies, sciences et histoire relevant de la science-fiction ou de l’uchronie. Dans la fiction, l’uchronie est un genre qui repose sur la réécriture de l’Histoire à travers la modification du passé.

Revenons à présent au livre Le Samouraï virtuel, fameux roman ancien où se trouve pour la première fois le terme « métavers ».

Synopsis

Ce roman met en scène Hiro Protagoniste, simple livreur de Pizza dans le monde réel mais surtout hackeur très réputé et champion de sabre dans le métavers, et Y.T, adolescente de 15 ans, tous deux, luttant contre le Snow Crash. Le Snow Crash est nouvelle drogue faisant son apparition. Sa composition est un mystère et ses effets sont dévastateurs. Elle ravage à la fois la réalité virtuelle et le monde réel en attaquant le cerveau et le système nerveux, et en agissant comme un virus dans le métavers (surnommé métavirus). Celle-ci fut créé par un un riche homme d’affaires souhaitant contrôler l’esprit de ses utilisateurs.

Deux mondes vont alors s’affronter jusqu’à la victoire du bien sur le mal.

Avis de lecture

À la première lecture, les termes étaient assez techniques et rendaient l’interprétation difficile. Presque toutes les heures, je faisais des recherches sur Internet pour comprendre davantage ma lecture. J’avoue m’y être plusieurs fois perdue.

Cependant au fur et à mesure, je me suis sentie très rapidement immerger dans cet univers technologique et hors du tempsStephenson a réussi à passer de réflexions passionnantes sur la naissance des langages au langage geek de programmation, aux courses poursuites dans le virtuel etc. Une folie !

Très vite, je suis embarquée dans des territoires très variés au travers d’une histoire stimulante présentant un monde pas si éloigné du nôtre malgré l’ancienneté de ce livre…

Et s’il était une inspiration pour le pionnier du métavers, Mark Zuckerberg

Le Samouraï virtuel, un visionnaire, une inspiration du métavers ? 

Depuis l’annonce du changement Facebook pour Meta, les inquiétudes augmentent. Certains craignent que ce concept de “métavers” soit un piège où l’esprit des humains est analysé et contrôlé en récoltant les données des utilisateurs. Tout cela ayant pour but d’accroître le pouvoir du créateur et des marques. 

Effectivement, ce livre aborde de nombreux aspects d’Internet qu’on rencontre souvent aujourd’hui. Il parle d’un monde dans lequel un grand industriel a mis au point un univers virtuel appelé “métavers” où les utilisateurs se rendent sous la forme d’avatars pour échapper au monde réel. Une belle coïncidence non ? 

En effet, c’est en 1992 que le terme « métavers » apparaît pour la première fois. Et c’est Neal Stephenson qui l’a inventé

Peu de temps après l’annonce de Mark Zuckerberg, celui-ci a donc tenu à mettre les points sur les “i” ne voulant en rien être lié à ce projet.

“Puisqu’il semble y avoir une confusion croissante à ce sujet, écrit l’auteur de science-fiction sur Twitter, je n’ai rien à voir avec ce que fait Facebook et le métaverse, à part le fait évident qu’ils utilisent un terme que j’ai inventé dans Le samouraï virtuel. Il n’y a eu aucune communication entre Facebook et moi, ni aucune relation commerciale.”

Ce qui est un message claire.

Mon point de vue façe à l’émergence des métavers

Pour ma part, je ne fais pas partie de ce groupe d’individus réticents face aux mondes virtuels qui se présentent à nous.

Le métavers est un moyen de voyager et de s’évader. Il permet un échange naturel et facile avec les autres utilisateurs et offre de nouvelles expériences à travers des technologies immersives qui permettent un sentiment de véritable présence. La fusion des mondes physique et virtuel propose une immersion totale.

De plus, les utilisateurs sont libres de faire ce qu’ils veulent, interagir avec les autres avatars et se déplacer comme ils le souhaitent. La frontière entre ces deux mondes s’estompe donc encore davantage au profit des marques. Il offre de plus en plus de possibilités tout comme dans la vraie vie et ne concerne pas que le divertissement, on peut même y investir;  et comme Internet, le métavers n’est pas sans danger. Il est donc de notre devoir d’être responsable avec un esprit concret et réaliste sans s’éloigner du monde réel et ne s’enfermant pas dans une bulle virtuelle. Autrement, tout comme les jeux vidéos, il impactera le sommeil et la santé en général à travers un manque d’activité physique en y développant une dépendance accrue.

Voici un article qui vous en dira davantage sur ce nouveau phénomène de métavers :

De plus, certains défis doivent encore être surmontés comme la sécurité des données et les systèmes de vérification des transactions visant à rassurer les (nouveaux) utilisateurs. Pour ce qui est des lois, c’est un véritable défi d’établir des législations garantissant l’espace virtuel sûr et sécurisé pour tous.

Pour conclure, si vous êtes à la recherche d’un roman culte SF, riche en rebondissement mélangeant Histoire, fiction, bagarres, humour, technologies, avenirs …  Foncez acheter ce livre, vous ne serez pas décu !