Suite à la fiche de lecture de Meryem Jemmah sur le roman  » Snow Crash » de Neal Stephenson que vous pouvez retrouver ici.

Je souhaiterai y ajouter des informations complémentaires sur l’oeuvre « Snow Crash ».

Comme vous l’a expliqué Meryem. C’était au début des années 90. Internet venait d’être lancé et l’auteur de science-fiction Neal Stephenson imaginait déjà ce qui le remplacerait. Il écrivait « Snow Crash ». Un roman sur un royaume virtuel immersif accessible par des lunettes de réalité virtuelle. « Snow Crash » est surtout connu pour avoir prédit le métaverse. Mais sa description du monde réel fait étrangement référence à la nôtre. Dans le roman, qui se déroule au début du 21e siècle. Les États-Unis ont été ravagés par l’hyperinflation. Les inégalités abondent. Et un virus fait des ravages dans la société.

« Snow Crash” est sorti en librairie il y a 30 ans et s’est vendu à un million d’exemplaires rien qu’en Amérique du Nord. Le roman est comme une bible pour certaines personnes dans la Silicon Valley : le co-fondateur de Google, Sergey Brin, a déclaré qu’il « avait anticipé ce qui allait se passer« .

« Snow Crash » : Quand la fiction devient réalité

Trois décennies plus tard, le métavers de Stephenson est sur le point de devenir une réalité (virtuelle). Les mastodontes de la Silicon Valley du nom éponyme Meta à Google et Microsoft travaillent dur pour le concevoir. Les techniciens prédisent avec confiance que le métaverse supplantera Internet. Citibank prévoit que d’ici 2030, il pourrait valoir 13 000 milliards de dollars et compter 5 milliards d’utilisateurs. Soit environ 60 % de la population mondiale.

Avec Lamina1, un metaverse gratuit, la réalité vient rattraper son œuvre « Snow Crash

Pour faire de son roman une réalité, Neal Stephenson s’est associé à Peter Vessenes. Un des co-fondateur de la Bitcoin Foundation et pionnier de la crypto-monnaie

Celui-ci a expliqué que Lamina1 (qui signifie « couche un » en latin) est un metaverse ouvert fondé sur la blockchain. Il devrait offrir toutes les infrastructures nécessaires afin de permettre aux créateurs de le construire en toute liberté. 

Vessenes explique que les metaverses tels qu’on les connaît aujourd’hui ne favorisent pas le travail créatif dans ces derniers. Toutes les créations sont en effet données aux sociétés ayant créé leur metaverse, en échange de simples « J’aime » sur les réseaux sociaux. 

Un Metaverse basé sur la blockchain, et donc sur une structure décentralisée, permettrait ainsi, de manière utopique, de récompenser les artistes à la juste valeur de leur travail. Selon Vessenes, Web3 et Lamina1 pourraient être une solution pour combattre les inégalités de l’écosystème Web2.

Ce projet prometteur est encore loin d’être terminé. Lamina1 en est encore à une phase très précoce du développement, même si les créateurs intéressés peuvent déjà venir y travailler.

« Nous voulons créer une structure de contrats intelligents et d’autres utilitaires qui permettront aux personnes qui souhaitent créer des applications Metaverse de le faire plus facilement en premier lieu, puis d’être rémunérées s’il s’avère que les gens aiment et veulent payer pour les expériences qu’ils créent »

Vessenes


Avant d’être connu pour avoir écrit des romans de haut niveau. Stephenson a un cv plutôt impressionnant dans le domaine de la technologie. Il a été futuriste en chef pour Magic Leap. ;Une start-up de réalité augmentée jusqu’en 2020. Et avant cela, il a été le premier employé de Blue Origin, la société aérospatiale de Jeff Bezos.

En raison de ses relations dans le monde de la technologie. Stephenson a acquis une très bonne réputation auprès des milliardaires de la technologie.

« Chaque page qu’il écrit déborde d’idées ».