Le BNPL ou Buy Now Pay Later, une tendance à suivre en e-commerce

 

Différer ou étaler le paiement de son achat en ligne, d’un simple click et gratuitement ? C’est ce que promet le principe du Buy Now Pay Later ou BNPL.

Véritable mode de paiement alternatif, il permet à l’acheteur de ménager son budget sans passer par les produits traditionnels du crédit à la consommation. Si le principe a déjà une douzaine d’années, il affiche une démocratisation impressionnante depuis 2 ans, porté par le développement des achats en ligne et les innovations des acteurs de la fintech.

Quel est son fonctionnement, quels sont ses avantages, pour quelles perspectives ? Explication de texte…

 

Qu’est-ce que le BNPL ?

Hier, un consommateur qui souhaitait étaler ou différer son paiement devait passer par un organisme de crédit à la consommation, ou par le biais de sa carte de crédit, avec une préapprobation fastidieuse et souvent des taux d’intérêts prohibitifs.

Avec un paiement différé de 15 à 30 jours, ou étalé en 3 à 4 fois sur 90 jours maximum, le BNPL échappe à la législation sur le crédit à la consommation, et à l’obligation pour l’organisme de crédit de vérifications strictes quant à la solvabilité du client.

La validation du dossier du client est alors quasi instantanée (le « time to yes ») avec souvent une simple vérification de son identité et de son plafond de carte bleu. Un organisme « prêteur » agit comme un intermédiaire entre commerçants et acheteurs, en proposant un paiement échelonné, ou après la livraison.

Le plus souvent, la commission de cet acteur tiers est supportée par le site marchand, et l’opération est donc gratuite pour le consommateur, tant qu’il respecte le calendrier de remboursement.

Le BNPL vise principalement les générations Y et Z, et 60% des utilisateurs du service ont entre 18 et 34 ans.

 

Un parcours fluide et rapide

            1. Parcours d’achat

Le client effectue son parcours et valide son panier

            2. Souscription au service

Le client choisit l’option de paiement étalé sur le site marchand, et renseigne ses coordonnées

            3. Vérification d’éligibilité

L’organisme prêteur effectue une vérification succincte de l’éligibilité du client (sur la base de son adresse, date de naissance, plafond de carte bancaire…)

L’organisme effectue une empreinte de carte pour prélèvement du montant de l’achat

            4. Premier paiement

Le client effectue immédiatement le versement de la première échéance, ainsi que des frais éventuels

Le marchand est crédité par l’organisme prêteur de l’intégralité de l’achat (moins les frais éventuels)

            5. Paiement des échéances

Le client est prélevé par l’organisme des échéances suivantes selon le calendrier prévu

Outre ce parcours client intégré, un autre se développe via des applications mobiles comme celle du géant suédois Klarna. Tout commence alors sur l’application, qui créera après approbation du dossier client un numéro de carte temporaire à utiliser sur le site marchand pour régler son achat.

Parcours d'achat avec Klarna step 1 BNPL Parcours d'achat sur Klarna Step 2BNPL Parcours d'achat sur Klarna Step 3BNPL Parcours d'achat sur Klarna step 4

Crédit photos Klarna

 

Le Buy now Pay later, un must have en e-commerce

Ce mode de paiement rencontre un franc succès car il revêt de nombreux avantages pour le client :

      • Un paiement simple en quelques clics
      • Généralement aucun frais de traitement, ceux-ci étant souvent supportés par le site marchand
      • Une acceptation instantanée de la demande, sans processus de validation à rallonge

Pour le commerçant, c’est :

      • L’opportunité d’augmenter son panier moyen et d’améliorer son taux de conversion
      • Une opportunité d’aller chercher des clients additionnels

D’après le géant Klarna, les sites utilisant sa solution voient leur volume moyen de commandes augmenter de 41%, et la fréquence d’achat de 36%.

 

De nombreux acteurs sur la place

Dans leur livre blanc « Pay Now Buy Later, réduire le time to yes mais à quel prix ? », Sia Partners et Algoan prédisent qu’en 2025, le BNPL représentera 12% des dépenses e-Commerce en Europe, soit plus de 295 milliards d’euros. Un tel marché attire les convoitises, et différents types d’acteurs se disputent le gâteau :

– Les fintechs qui ont le vent en poupe et connaissent des croissances fulgurantes ces dernières années (Alma, Klarna, Afterpay, Stripe…)

– Les spécialistes du crédit issus du monde de la Grande Distribution (Oney, Floa Bank…)

– Les spécialistes du crédit à la consommation, filiales de banques traditionnelles (Cetelem, Cofidis, Sofinco…)

– Les banques ou géants du paiement (Paypal…)

 

Vers un marché plus régulé ?

Si le principe du BNPL est plébiscité par les consommateurs, il a aussi ses détracteurs.

Peu contraignant par nature, il peut aisément amener des consommateurs jeunes et par définition peu coutumiers des crédits à la consommation à multiplier les encours et à se surendetter.

Des voix s’élèvent ainsi dans plusieurs pays européens pour réclamer un meilleur encadrement du marché, renforcer le scoring et diminuer le risque de dérapage pour les consommateurs.

La tendance à l’open banking (partage d’informations entre les entreprises financières et les autres entreprises) pourrait alors être une façon de mettre des garde-fous, avec une vérification plus poussée de l’historique bancaire du client avant validation de son dossier. Encore faut-il que le client soit prêt à ouvrir ses données bancaires et relevés de comptes à des tiers de confiance.

 

Benoit Tesson

Egalement sur la thématique du paiement :

https://blog.mbadmb.com/sunday-qr-code-big-mamma-restaurant/

https://blog.mbadmb.com/chine-bourgeonnement-du-paiement-par-reconnaissance-faciale/

Sources :

Frenchweb

Sia-Partners

Worldpay

LaLibre