La reconnaissance vocale en E-santé

La dictée vocale, si simple en apparence, est une réelle révolution dans le milieu médical et hospitalier. La reconnaissance vocale vient changer le quotidien du personnel soignant pour lui faire gagner en productivité et déchargement administratif. Le patient en ressort également gagnant puisque les praticiens ont plus de temps à lui consacrer. Alors, où en est la démocratisation de la reconnaissance vocale ? Quels en sont les gains réels ? Zoomons ensemble sur ce dispositif. 

L’arrivée de la dictée vocale dans les structures de soin : 20 ans de retard 

Les médecins lors de leurs consultations sont de plus en plus souvent assistés par l’IA. C’est un constat qui vaut aussi bien pour la structure hospitalière que pour les cabinets médicaux. Cette intelligence artificielle prend la forme de logiciel de reconnaissance et dictée vocale. On retiendra que ce n’est que 20 ans après leurs premières applications à l’échelle internationale, que ces assistants digitaux sont déployés dans les plus grands hôpitaux français. Finalement on parle d’un déploiement assez récent, pour exemple :

  • Hôpital Paris Saint-Joseph équipé depuis 2018.
  • CHU de Lille et l’hôpital européen de Marseille équipé courant 2021.
  • Centre hospitalier saint Joseph saint Luc équipé d’une solution cloud depuis mars 2021. 

Cela se fait sous l’impulsion des praticiens frustrés qui subissent une surcharge administrativeEn effet 82% des médecins indiquent que la documentation médicale est l’une des principales causes de leur surcharge de travail. Aussi 43% de leur journée de travail est consacrée à la saisie de données (source : www.nuance.com). Maude Levavasseur vous en parle dans son dernier article. Aussi j’ai souhaité rebondir sur sa vision que je partage complètement.

Quels acteurs et solutions déployés ?

On peut ici citer les trois grands acteurs de la reconnaissance vocale médicalisée à savoir Siemens, Philips et Nuance. Ces deux premiers géants sont reconnus pour leurs manettes de dictée et autres dispositifs portatifs (cf. photos ci-dessous). Dans la pratique, il s’agit du type de dispositif le mieux déployé.

Cependant je ne vous apprends rien en affirmant que la tendance est au cloud. D’ailleurs les fabricants tel que Nuance l’ont bien compris. La dictée vocale dans le domaine médical se positionne ainsi de plus en plus sur des solutions en ligne, accessibles depuis un téléphone mobile (ex: dragon médical one). Cela a du sens puisque 80% des médecins avouent utiliser leur téléphone personnel pour communiquer des donnés patients (source : www.nuance.com). 

Grâce au développement de ces solutions en ligne, les constructeurs viennent libérer et faciliter l’usage de ces dispositifs. Nous ne sommes plus seulement sur un gain de temps mais également sur un gain d’accessibilité. 

dispositifs dictée vocale

Quels ROI pour la reconnaissance vocale dans le champ médical ? 

Concernant les ROI la dictée vocale bas tous les records puisque ces bénéfices positifs sont quantifiables dès quelques semaines d’utilisation. 4 à 6 fois plus rapides que la médecin, les dispositifs de dictée vocale réalise moins d’erreurs que la saisie humaine. En effet, malgré l’utilisation de nombreux termes médicaux techniques, ces solutions affichent un taux de reconnaissance à 98% (source : www.dicma.fr).

On retiendra que c’est un véritable gain de temps pour le praticien, avec des répercussions sur son bien-être au travail. De fait 23% des praticiens qui utilisent la reconnaissance vocale se disent plus heureux. Ce chiffre n’est pas à prendre à la légère puisque près de 7 soignants sur 10 déclaraient ressentir les symptômes du burn-out (source : www.nuance.com).

Les retours positifs sont également visibles côté patient. Pour exemple concret, le service d’urgence de l’hôpital de Marseille estime avoir réduit son temps de prise en charge de 25% grâce à la dictée vocale.

Le futur de la dictée vocale en santé :

La reconnaissance vocale n’est déjà plus l’apanage des seuls médecins, mais a bien vocation à s’étendre à l’ensemble du personnel soignant. Chacun des praticiens médicaux devrait pouvoir gagner en rapidité et confort dans les années à venir grâce à ce type d’intelligence artificielle. On rappellera qu’à l’image des médecins, les infirmières passent plus de 3 heures par jour à compléter les dossiers patients informatisés. Aussi, 62% d’entre elles rencontrent des problèmes avec l’usage de ces systèmes (source : ici).

Je suis persuadée, tout comme Maude, que la digitalisation de la santé est un mouvement avantageux, pour les professionnels autant que pour les patients. Bien que parfois nous ayons l’impression que la numérisation dénature le soin et la relation avec l’équipe médicale. J’ai tendance à penser que c’est justement le manque de moyens digitaux qui en est la cause. Si les praticiens étaient dans le cas présent, suffisamment équipés de dispositifs de reconnaissance vocale efficaces. Ils passeraient moins de temps à taper des informations sur des écrans vétustes voire dysfonctionnels et plus à s’occuper du bien-être de leurs patients. Sur le terrain, nous sommes encore loin d’atteindre l’ubiquité numérique dans le soin. Néanmoins les technologies, elles, existent pour y parvenir !

#gogogo # transfonum #esante

Retrouvez moi sur Linkedin

Maryne Jaffuel

Étudiante en MBA DMB, également free-lance en webdesign et brand content.