Le 1er juin dernier, j’ai eu la chance d’échanger avec Elisabeth Rivet. L’objectif de cet entretien est de découvrir son métier de Consultante Trading Media, au sein de l’agence Allmatik.

Le Trading Media, interview d'Elisabeth Rivet

Peux-tu présenter ton parcours ?

Après le baccalauréat, je suis allée à Los Angeles afin d’étudier dans une école de commerce.

C’est lors de ma 1ère expérience en stage que j’ai connu le secteur du média digital. Il s’agissait d’un stage de 6 mois, à New York dans une agence média française (Numberly, anciennement 1000mercis). J’avais deux managers : un média trader et une média manager (qui s’occupait du CRM, relation client, etc.). Cela m’a permis d’observer les deux aspects de ces professions en agence. Le métier de Trader Média m’a davantage attiré avec les notions de datas, d’analyse et de pilotage des campagnes. C’est grâce à cette expérience que je suis devenue pour la première fois Trader Média et que j’ai souhaité évoluer dans cette branche. De ce fait, j’ai eu une 2nde expérience en agence média, en gré-à-gré (achat chez les Publishers directement). J’étais Publisher Junior, je faisais des média plans et je pilotais avec des Publishers : tels que Elle, Cosmopolitan, etc. Enfin, à la suite de mes études, j’ai rejoint l’agence digitale cross-media Allmatik, en tant que Consultante Trading Media.

Comment se déroule une semaine de travail typique ?

Cela va dépendre des semaines :

  • S’il y a des recommandations à effectuer, cela va être l’une de mes priorités. Il s’agit de répondre à un brief client pour leurs futures campagnes, à court ou à long terme. Je vais m’intéresser aux datas potentielles et leviers qui peuvent être activés.
  • Je m’occupe également de programmer des campagnes, ainsi que de les optimiser régulièrement afin de m’assurer du bon déroulement de celles-ci.
  • Si certaines campagnes se sont terminées, je m’occupe de réaliser des bilans. Ceux-ci sont importants afin d’analyser la réussite des campagnes.

En tant que Trader Média, avec quels autres professionnels es-tu amenée à travailler ?

D’une part, je travaille avec les clients en direct : des marques. Ils recherchent des agences pour les conseiller et les aider à piloter leurs campagnes publicitaires.

D’autre part, je suis fréquemment en relation avec les régies publicitaires. Ce sont des marques, par exemple des sites internet, tels que Le Figaro, Le Monde, etc. Ou bien encore, il peut s’agir de régies data, qui détiennent des données qu’ils ont récupérées sur internet grâce à certaines technologies. C’est avec les régies que j’échange le plus afin d’optimiser au maximum les campagnes. Par exemple : si je souhaite targeter des personnes qui possèdent des rayban ET un sac Louis Vuitton, les régies m’aideront à toucher cette audience exacte.

Quelles sont les compétences / aptitudes professionnelles à posséder pour exercer ce métier ?

Il faut avoir un esprit d’analyse, car nous sommes quotidiennement en relation avec les chiffres, qu’il faut savoir comprendre et optimiser. Il est également essentiel d’avoir une certaine rigueur et de la créativité, afin de proposer des recommandations innovantes !

Quels conseils donnerais-tu aux étudiants souhaitant s’orienter vers le Media Trading ?

Selon moi, il est primordial de bien choisir l’environnement de travail dans lequel vous souhaitez travailler et avec qui. Le côté humain est important dans l’apprentissage d’un nouveau métier. Il faut être bien entouré, par des personnes aussi passionnées que vous et qui ont de l’expérience.

Un autre conseil serait de vous orienter dans un premier temps dans une petite agence, qui vous permettra de connaître différents secteurs d’activités et de “toucher à tout” assez rapidement.

Comment vois-tu le métier évoluer dans les prochaines années ?

Je m’informe majoritairement en lisant les newsletters envoyées par les régies publicitaires. Elles nous informent des nouveautés.

Le métier évolue constamment. Cela me fait penser à la régie publicitaire Hawk, qui propose différents écrans digitaux : mobile, desktop, audio etc. Mais également l”in-game”, autrement dit de la publicité sur les jeux vidéos. Donc, on peut se dire que la suite logique serait peut être l’arrivée dans le métavers !

Si vous souhaitez en apprendre davantage sur d’autres métiers du marketing digital, cliquez ici pour découvrir l’interview de Asmaa Eljay par Lina Hajbaoui.