Achetez maintenant, payez plus tard : un nouvel eldorado pour les marques de luxe accessible ?

La crise liée à la pandémie du covid-19, la baisse du pouvoir d’achat des nouvelles générations, la montée des nouvelles alternatives tels que les sites de seconde mains… tant de facteur qui font qu’aujourd’hui, le luxe accessible est un secteur plus que menacé et doit donc de trouver des alternatives pour rester pérenne. En parallèle de ce phénomène, le digital à vue naître et gagner du terrain à une vitesse fulgurante les solutions de paiement échelonné. Nous pouvons donc nous demander si Achetez maintenant, payez plus tard ne serait pas un nouvel eldorado pour les marques de luxe accessible ? 

Les soldats du luxe accessible sont-ils finis ?

D’après l’article Linkedin d’Eric Briones, auteur du livre Luxe & Résilience, le bilan de l’année 2020 pour les marques de luxe accessible est le suivant : 

  – Tod’s : pertes de 73 millions d’euros. 

  – Hugo Boss :  pertes de 219 millions d’euros. 

  – Le groupe Capri (Versace, Jimmy Choo, Micheal Kors) : pertes de 551 millions de dollars. 

Les trois raisons principales qui expliquent fort déclin de ce secteur sont le comportement d’achat des consommateurs qui tend vers les marques cultes et les best-sellers durant la crise notamment. Malgré la pandémie mondiale, et la crise financière que celle-ci a engendrée, les acteurs ultra-luxe ont augmenté hardiment les prix et ont également su rassurer les clients sur la valeur de leurs investissements en eux. L’explosion des sites de seconde main liée à la conscience collective en terme d’éco-responsabilité et l’intensification de la concurrence avec la mode sport/streetwear dont la désidérabilité à augmenté durant le confinement font aujourd’hui le luxe accessible souffre d’un réel manquement qui doit être comblé innovant. 

Sauver cette branche du marché de luxe, mais comment ?

Pour sauver cette branche du marché du luxe, plusieurs opportunités s’offrent aux entreprises dont l’évolution de leur business model. Pour faire concurrence aux rudes plateformes de seconde main, les marques de luxe accessible mettent en place le crédit en néo-mode avec le « Achetez maintenant, Payez plus tard ». 

Le paiement échelonné est, depuis quelques années, la nouvelle tendance qui révolutionne l’expérience client dans le digital et l’e-commerce. 

Le paiement échelonné, ou souvent appelé Achetez maintenant, Payez plus tard, qu’est-ce que c’est ?

paiement échelonné sephora

Django, FLOA, Oney ou encore Klarna… une nuée de noms entourent le paysage du paiement échelonné maintenant plus de 5 ans. Le paiement échelonné se définit comme une offre au client qui lui donne la possibilité de payer sur un échéancier de 3 ou 4 fois minimum, ou de recevoir un produit et pouvoir le payer plus tard. 

En l’espace de 3 ans, ce business model a déjà conquis plus d’une centaine de site e-commerce dont des marques acteurs du luxe accessible comme Sephora, Chloé ou encore Bvlgari. 

Les avantages que peuvent tirer les marques de luxe accessible en adoptant le paiement échelonnées sont nombreux : le paiement immédiat pour les entreprises, l’augmentation considérable du panier pour l’utilisateur ou encore une pluralité dans les moyens de paiement pour les consommateurs. 

 La proposition du paiement en 3 à 12 fois en ligne permet à l’entreprise d’augmenter jusqu’à 20% son CA avec un panier moyen de +16%. 

En créant un service d’occasion entièrement organisé et contrôlé par la marque, elle peut toucher une nouvelle cible friande des bonnes occasions ainsi que les jeunes consommateurs. Cela lui permet de s’adapter aux évolutions du marché tout cela en maintenant la légitimité d’être une marque de luxe et non de fast-fashion. Pour se démarquer des marques de fast-fashion, qui ont déjà adoptés les solutions de paiement échelonné, les marques de luxe accessible se doivent de construire une identité forte autour de plusieurs facteurs comme le story telling, la place du consommateur de la communication, l’expérience client et bien sûr, faire face à la fraude. 

Vous aimez aussi : Le « live shopping » en Chine