La semaine dernière, j’ai eu la chance de m’entretenir avec un professeur d’événementiel qui nous partage son avis vers l’événementialisation du digital. Voici son interview :

 

Le digital va-t-il tuer l’événementiel réel ?

La réponse est non, car aucun format n’a jamais tué une industrie et là j’ai quelques exemples très éloignés de l’événementiel mais qui quand même vous permettent de comprendre le propos. Au début du 20e siècle est né le cinéma muet à l’époque il était muet, on peut parler de théâtre digital, du théâtre distanciel. Et on est bien d’accord que le cinéma n’a pas tuer le théâtre. Autre exemple, quand le Général De Gaulle prend la parole le 18 juin pour rassembler autour de la résistance il n’est pas dans un format conventionnel, c’est n’est pas un meeting. Il est dans un format radio et ça marche très bien.

 

La place du digital pendant la COVID ?

Pendant la COVID seulement 1/3 des acteurs de l’événementiel se sont tournées vers le digital. Et ils se sont rendu compte d’une chose, c’est que grâce au digital il pouvait décupler et ainsi voir leurs audiences se multiplier par 10. Donc le digital par rapport à l’industrie de l’événement a un grand intérêt.

Mais un événement à distance et un événement physique ne peuvent pas se préparer de la même manière. Quand le CES de Las Vegas en 2021 a organisé sa première version en digital, ils ont perdu 1/3 de leurs visiteurs parce que ça n’avait aucun intérêt. Il faut repenser le format et la créativité : faire un discours sur une scène face à 1 000 collaborateurs ce n’est pas la même chose que de se mettre face à une émission télé.

Finalement, le digital nous permet de maitriser l’audience de l’événement. Il va y avoir un vrai sujet entre la tech et l’événementiel. On va pouvoir avoir plus de connaissance sur le visiteur, sur son parcours lors de l’événement. Avec un événement digital, on va pouvoir mesurer le ROI, qui n’était pratiquement pas possible à un événement en physique.

 

Comment organiser un événement digital ? Quels critères doivent rentrer en compte ?

Dans la transformation de l’événementiel, on a vu ce secteur s’acoquiner de l’univers de la télé puisque on s’est mis à utiliser le streaming, avec des vrais enjeux de diffusion, de broadcasting.

Mais, je pense que ça ne change rien à la définition de l’événementiel quand on prend la définition de l’événement dans le dictionnaire un évènement s’est résumée par quelque chose qui est dans un temps court et qui crée une surprise, qui sort de l’ordinaire. Et qu’on soit en physique, à distance ou derrière un téléphone, il faut que ca reste comme ça et être créatif.

Par exemple, pour montrer la puissance du digital dans l’événement, en avril 2020, Travis Scott a organisé un concert sur Fortnite et à rassembler 12000000 de personnes, ce qui aurait été impossible en réel.

 

Est-ce qu’il y a un risque de retour en arrière, quand la COVID sera pleinement dernière nous ?

Ah non parce que y’a une progression énorme. Comme je vous l’ai dit vous multiplier par 10 votre audience donc le problème de l’événementiel dans l’univers de la communication c’est son coût au contact car quand ça coûte 0,03€ en digital ça coûte 300€ en physique.

La vraie problématique est de décider si on organise un événement en présentiel ou en digital car cela coûte cher et qu’on ne sait pas si le client va acheter ou pas. C’est assez impalpable comme mesure. Le digital va améliorer ce que cette dimension de l’événement.

Le vrai sujet de la digitalisation des événements, grâce au métavers, c’est qu’on aura peut-être 5000 visiteurs qui seront là mais en vrai ils seront 50 000 parce qu’on va pouvoir les faire venir d’ailleurs. L’événement coûtera peut-être 500 000€, le prix restera toujours le même mais ils seront 50000 personnes, et là j’ai réussi !

Votre question portait sur la digitalisation des événements mais il n’y a pas de digitalisation des événements. La question qu’il faut se poser c’est : quel est le monde de demain de l’événementiel ? Comment rassembler les gens et leur créer une émotion forte ? Parle-t-on de la digitalisation de l’événementiel ou de l’événementialisation du digital ?

Je vous invite également à consulter cet article sur le même sujet.