Principe d’UX et utilisabilité

UX Republic présente l’eXpérience Utilisateur comme un processus global ayant pour but de comprendre les utilisateurs et leur besoins, leur parcours, le contexte d’utilisation, les contraintes associés à leurs tâches.

Le parcours auquel il va être soumis sur l’interface qu’il utilise pour atteindre son objectif va définir son expérience de la marque.

Le but est alors de réussir à proposer une navigation intuitive, une utilisabilité optimale et une facilité de compréhension à l’utilisateur.

La Friction

Un point de friction est généralement assimilé à des bloquants dans l’expérience qu’il faut identifier et éliminer. Il dégrade l’expérience utilisateur en ralentissant son parcours. Il met en danger une conversion.

Exemple : temps de chargement trop long ou une demande de confirmation de son action

Pour les identifier et les éliminer, on privilégiera l’A/B testing et le prototypage de façon constante. D’ailleurs, des professionnels de l’UX parlent des « Diary studies » comme étant une des 6 tendances UX de 2022. Une méthode qualitative visant à recueillir sur une période longue les ressentis des utilisateurs. Ils noteront aussi la manière dont ils utilisent le produit dans leur vie quotidienne.

La Friction Positive

le pop-up de confirmation de suppression d’un document est-il agaçant? A priori oui, il représente de la lecture, un choix et un clic supplémentaire. 

Mais il est aussi sécurisant pour l’utilisateur et le protège contre l’erreur irréversible. Il est alors considéré comme un point de friction positive. 

Les frictions sont de nature et ont des fonctions différentes :

On a déjà abordé le fait que le point de friction sécurise. L’utilisateur se sent pris en main et accompagné.

Selon le studio de UX design YELLOWCHALK. Il est aussi utilisé pour échapper à l’utilisation automatique. Le point de friction incite à des moments de réflexion et à une interaction plus consciente. 

une friction positive peut être intégrée dans les conceptions pour ajouter un sentiment d’intention. parce que la technologie a tendance à augmenter notre distraction, à réduire notre capacité à penser et à nous souvenir, à faire attention aux choses.

Une friction peut aussi renforcer la communauté de l’interface. Cette pratique s’inspire d’abord du gaming. L’utilisateur ne trouve pas dans le menu la fonctionnalité qu’il recherche. Il peut alors être incité à chercher des réponses à son bloquant auprès de pairs utilisant le même produit.

Quels sont ces points de friction?

  • Demande de confirmation d’action à lourde conséquence

Un pop-up de confirmation permettra d’éviter de commettre une erreur qui pourrait avoir des conséquences irréversibles importantes

MAKE IT HARD TO MAKE MISTAKES

yellowchalk.com
  • Smart validation

Anticiper d’éventuelles erreurs en prenant en compte le contexte de l’utilisateur.

Google préviendra alors l’utilisateur si il mentionne une pièce jointe absente dans l’email qu’il s’apprête à envoyer.

  • Retarder les actions importantes

En donnant un délai de correction ou d’annulation à l’utilisateur afin de lui laisser l’opportunité de reconsidérer.

  • Double authentification

La plupart du temps utilisée dans le cadre de transactions. Elle protège l’utilisateur.

  • Blocage d’une application chronophage

Accompagner l’utilisateur dans la consommation des interfaces.

  • Temps de recherche plus long pour affichage des résultats 

L’effort illusoire qui donne une impression de qualité .

  • Pop-up personnalisé

Pour distraire les utilisateurs et rendre le processus de chargement plus convivial.

Prise en main

Les professionnels alertent cependant sur les méthodes d’implémentation. Elle doit être bien réfléchie avec une vision d’ensemble et à long terme de la relation avec l’utilisateur.

On peut aussi soulever la question de l’accessibilité. Les frictions positives ne doivent pas aller à l’encontre des bonnes pratiques.

Et en entreprise, pour limiter les erreurs dans la réalisation des tâches. Mieux vaut-il privilégier l’automatisation ou la profusion de frictions?