Changement d’identité ou Greenwashing, quelle place pour le digital ?

Total a changé de nom pour devenir Total Énergies. L’entreprise se dote d’une transformation en profondeur pour avancer et devenir un acteur majeur de la transition énergétique face au défi climatique. Un des objectifs est d’atteindre la neutralité carbone d’ici 2050. 

Ce n’est pas un secret, l’industrie des énergies fossiles est en grande partie responsable de la crise climatique. Pétrole, gaz naturel et charbon sont les sources d’énergie les plus émettrices de CO2. Selon l’ONG Carbon Disclosure Project, pendant les 30 dernières années, l’industrie des énergies fossiles a pollué plus qu’au cours de ces deux derniers siècles. L’entreprise Total Énergies se doit de montrer l’exemple, en tant que leader sur le marché des énergies, à la fois sur le niveau européen que mondial. Un engagement déjà émis sur leur site internet concerne la baisse des ventes de produits pétroliers d’au moins 30% sur la période 2020-2030.

La stratégie de Total Énergies doit changer par rapport à son business model d’origine. Comment assurer la pérennité financière de l’entreprise ? Comment Total va-t-il s’attirer la confiance de ses employés malgré cette période de changement ? Comment accélérer l’innovation dans les métiers opérationnels ?

La transition digitale est une des solutions. Je vous propose de me lire dans les prochaines lignes pour en découvrir plus.

Depuis 2020 un bâtiment a été créé spécialement pour la transition digitale dans le #Silicon Sentier, dans le 2ème arrondissement de Paris. Le groupe a donné le nom de Total Digital Factory à cette nouvelle filiale du groupe dédié au digital. Ils recrutent des profils techniques et technologiques tels que des développeurs, des data scientists, des responsables d’architecture, des ingénieurs en data, des UX designers et d’autres métiers. L’objectif de ce lieu est aussi que les autres employés du groupe puissent venir dans la digital factory et en ressortir inspirés. Et vous, avez-vous besoin d’un environnement agile pour être plus créatif ? Imaginez une ambiance à l’inspiration industrielle avec des rambardes en métal, aux chaises d’écoliers qui allient enfance et modernité pour activer votre productivité avec des technologies de pointe. Le design a été fait pour attirer des jeunes talents. C’est le pari fou qu’a réussi à réaliser le bureau d’architectes Factory.

Le Silicon Sentier est un quartier d’affaires réunissant des entreprises technologiques de la capitale, désigné comme la “Silicon Valley” française.

La transformation du secteur de l’énergie

Total Énergies n’est pas la seule entreprise qui se digitalise. Dans le secteur de l’énergie où il y a une complexité avec les risques de catastrophe naturelle, il y a un vrai besoin de #double numérique. On a besoin de solutions digitales pour anticiper des pannes d’installations et prédire des défaillances. Par exemple, il est possible de gérer à distance les problèmes qui sont sur une plateforme off-shore et de communiquer plus rapidement avec les équipes dans le monde pour prendre une décision. Qu’il s’agisse de #Smart Ventilation pour des armoires de distribution électrique ou de #Smart Lighting basé sur des détecteurs de présence, la révolution digitale ou intelligentisation est partout. De plus, ces solutions permettent de mieux contrôler la consommation d’énergie. Enfin, le digital favorise de nouvelles méthodes de travail. Les moyens de communication avec des employés parlant différentes langues ou basés sur différents fuseaux horaires sont plus accessibles.

Et côté inclusivité ? De nos jours, il y a encore beaucoup de chemin à faire concernant l’inclusivité des femmes dans le monde du travail. Selon les chiffres 2020 de l’Agence Internationale de l’Energie (IEA),seulement 27% des personnes travaillant dans le secteur électricité et gaz sont des femmes. Pour reprendre l’exemple de la Digital Factory, en termes d’organisation de travail, elle serait gérée comme une grosse start up et se veut inclusive. En espérant que cela serve d’exemple pour d’autres entreprises du secteur énergétique. Petit rappel : Agir pour les femmes et pour l’égalité, c’est accélérer la lutte contre le réchauffement climatique, selon l’ONU.

La récente controverse des projets d’oléoducs en Ouganda et Tanzanie

Ces projets également appelé EACOP et Tilenga ont pour but de construire des forages pétroliers dans une zone protégée. Parmi les problèmes, il faudrait déplacer plus de 100 000 personnes de leur habitat, sans pour autant les rémunérer dignement, selon le rapport de l’association Survie et Les Amis de la Terre. Concernant l’oléoduc chauffé il passerait sous le Lac Victoria, dont 40 millions de personnes dépendent sans penser aux risques majeurs qui pourraient se dérouler. Tsunamis, cyclones ou encore des risques de marée noires en plein cœur d’une zone protégée en cas de fuite. Le Parlement Européen dénonce même une « violation des droits humains et les risques majeurs pour l’environnement et le climat ». Selon les études d’impact social et environnemental de l’EACOP réalisés par Total et rapport du Climate Accountability Institute (2022) il y a 379,4 millions de tonnes de CO2 qui seront libérés dans l’atmosphère. Cette estimation serait sous-évaluée selon Les Amis de la Terre et représenterait plus que les émissions combinées de l’Ouganda et de la Tanzanie.

Il y a une incohérence entre vouloir atteindre une neutralité carbone de la part de Total Énergies et dépenser des millions de tonnes de CO2 dans l’atmosphère.

Cette incohérence génère beaucoup de discussions sur les réseaux sociaux.

Exemples de tweet 

La nouvelle stratégie de communication et le maintien de projets de grande envergure dans les énergies fossiles peut être considéré comme du greenwashing par l’opinion publique. Selon l’étude de l’Université Harvard « Trois nuances de green(washing) », plus de deux tiers des publications faites sur les réseaux sociaux par les entreprises pétro-gazières, les constructeurs automobiles et les compagnies aériennes sont du greenwashing.

 La force du numérique et des réseaux sociaux, c’est que malgré la taille des ONG et l’absence de notoriété de ses dernières, la publication de leurs rapports qui mettent en lumière les pratiques controversées de Total Énergies sur le plan éthique et environnemental peut avoir un impact de grande envergure.