Ca y est, le rapport 2017 du marché de la musique enregistrée de la SNEP (syndicat national de l’édition phonographique) est sorti ! Comme chaque année, le bilan nous rapporte des chiffres clés sur le secteur de la musique française, tant bien pour les artistes qui ont été les plus diffusés en radio qu’en streaming ! Avec cet article, j’ai décidé de m’intéresser particulièrement à la partie sur le streaming musical.

Qu’est-ce que le streaming ?

Tout d’abord, une petite piqûre de rappel sur ce qu’est le streaming. Le streaming consiste à visionner, écouter ou lire des fichiers sans avoir à les télécharger. C’est la technologie qu’utilise Deezer, ou encore même Netflix ! Auparavant, cela nécessitait une connexion internet, mais plus maintenant. Aujourd’hui, on peut avoir accès à un stream (une série, une musique, etc.) sur un appareil sans que celui-ci soit stocké sur ce même appareil et sans être connecté à un réseau wifi. Il suffit d’enregistrer des morceaux dans nos playlists, par exemple, pour y avoir accès hors connexion.

Le streaming, quel impact sur le secteur de la musique ?

Ce nouveau mode de consommation a bouleversé l’industrie du disque. Il est apparu après l’arrivée du téléchargement illégal, et encore plus anciennement, les copies de disques/cassettes revendues à prix cassés ou échangées entre amis. 

« Le streaming va sans doute devenir un des modèles dominants, car il correspond aux nouvelles habitudes de consommation, où on paye un abonnement pour accéder aux services web, télé ou téléphone. » disait déjà Pascal Bittard, président fondateur d’Idol, en 2011,  dans un apport de la SNEP

Comme pour toute évolution technologique, c’est au monde et aux industries de s’y adapter. Le marché de la musique, les labels,  les producteurs, les interprètes, les éditeurs, ont tous dû s’adapter. Comme vous l’explique aussi Romain Lowys dans son article, le streaming rémunère mal les artistes : environ 0.70€ pour 1000 écoutes contre 0.70€ lorsqu’ils vendent un album à 10€. 

http://www.mbadmb.com/wp-content/uploads/2018/02/CA_Ventes_Physiques_Numeriques-300×179.png

Avec la digitalisation, le marché de la musique a considérablement perdu de la valeur. Il a en effet connu une chute durant plus 15 ans (de 2002 à 2016) avec une industrie qui a eut des difficultés à s’adapter aux nouveaux usages, à cette nouvelle consommation.

Depuis deux ans, le marché de la musique est cependant en croissance. En 2017, il a progressé de + 3,9%. Certes, une hausse plus faible que pour 2016 (5,4%) mais une hausse tout de même, ce qui est plutôt encourageant pour le secteur.

La part du streaming dans le marché de la musique

Et devinez qui est à l’origine de cette croissance ? Le streaming ! En effet, le streaming représente aujourd’hui 42% du marché total, soit presque la moitié. Les revenus du streaming ont augmenté de 23% en 2017.
 

http://www.mbadmb.com/wp-content/uploads/2018/02/Evolution_des_revenus_du_streaming-1-300×144.png

Au cœur de cette croissance, on retrouve l’abonnement audio payant qui représente 80% des revenus du streaming. 

Une croissance du streaming, oui, mais pourquoi ?

http://www.mbadmb.com/wp-content/uploads/2018/02/la-progression-soutenue-des-acteurs-du-streaming-300×140.png

Le streaming est un mode d’écoute de plus en plus répandu. On compte 42,5 milliards de titres écoutés en 2017, 5 fois plus qu’en 2013 ! Le nombre d’abonnés payants, c’est lui multiplié par trois.

Au delà du fait qu’aujourd’hui, le streaming rapporte pour le marché de la musique enregistrée, il est aussi vecteur de découverte de talent. Je vous laisse maintenant avec l’excellent article de Stéphanie Camus qui raconte comment Petit Biscuit a percé avec Spotify !