Un mois après la COP 22 qui s’est déroulée à Marrakech du 7 au 18 Novembre et avec les enjeux environnementaux qui nous concernent tous, je me suis demandée comment la transformation digitale peut servir notre planète et quelles actions sont en cours de développement. En effet, les préjugés sur les nouvelles technologies et les métiers du numérique nous incitent à penser que digital rime avec pollution et destruction de notre planète.  Mais on oublie trop souvent que le digital est avant tout un outil et donc c’est la manière dont on l’utilise qui est importante. Alors pourquoi ne pas s’en servir pour améliorer notre environnement ? Nous allons parler de Smart City, ce nouvel enjeu planétaire.

Smart City vu par IBM

Smart city est un terme signifiant le développement des villes pour instaurer des services plus performants et plus respectueux de la planète. C’est la ville de demain. Et qui est à l’origine de ce concept novateur ? Rien d’autre qu’IBM. Le géant de l’informatique parie sur l’avenir en innovant et en proposant des solutions pour construire des villes intelligentes.

Pour être plus précise, le concept de Smart city se définit par trois axes complémentaires : le transport et la mobilité intelligente, l’environnement durable et enfin l’urbanisation responsable et l’habitat intelligent.

  • Smart City: le transport et la mobilité intelligente

Les transports connectés de demain

Pour le transport et la mobilité intelligente dans une Smart City, le but est de concentrer les différentes façons de se déplacer en un système écologique et durable, en optimisant l’utilisation de l’espace urbain avec plusieurs solutions de mobilités suivant les besoins. Le système de transport intelligent (ou STI) nous permet de connaitre notre environnement et d’interagir avec lui. L’intelligence du numérique rend la mobilité elle-même « intelligente » et devient plus efficace, plus économe et plus écologique. Des grandes entreprises s’allient d’ailleurs avec des start-up proposant des solutions sur le traitement des données pour préparer la mobilité intelligente comme Keolis qui prône « l’open innovation » et veut profiter des capacités d’innovations des nouveaux acteurs. Keolis axe sa stratégie sur la mobilité de demain et sur l’avènement de la Smart City :

 

La SNCF aussi, selon le rapport de la révolution numérique des mobilités individuelles et collectives écrit par B.Duchemin et O.Marembaud , veut se positionner comme une « entreprise plateforme »  et devenir un socle de Data sur lequel les acteurs de l’innovation se connecteront afin de proposer des solutions de transport intelligent dans la Smart City.

 

  • Smart City: l’environnement durable

Au niveau de l’environnement durable, le principal enjeu écologique pour la Smart City est la gestion des ressources pour une optimisation de la consommation d’énergie.

Pour l’électricité, il existe des réseaux intelligents ou « smart grid » capable d’ajuster le flux électrique entre les fournisseurs et les consommateurs en temps réel pour une gestion plus responsable de l’énergie. C’est une technique capable de réduire de 10% la consommation d’électricité. Voici une vidéo d’IBM illustrant le concept de Smart Grid :

 

C’est grâce aux techniques du digital dans les réseaux de distribution de l’électricité que l’on peut imaginer une économie d’énergie dans la Smart City. Cela permet une flexibilité de gestion de la production et de la consommation, une meilleure fiabilité et sécurité du réseau et une meilleure accessibilité des énergies renouvelables distribuées sur l’ensemble du réseau. Tout ceci engendre des économies d’énergie et une diminution des coûts que ce soit du côté de la production ou de la consommation. Le Smart Grid associe l’infrastructure électrique déjà existante aux technologies numériques qui analysent et transmettent les informations reçues sur la consommation. C’est le Big Data associé au réseau électrique.

Pour ce qui concerne la consommation d’eau, il existe un projet mené par Veolia et IBM sur la Smart Water pour rendre comme l’électricité, la consommation d’eau plus intelligente. Sur le même principe que l’électricité, c’est le Big Data au service de la gestion de l’eau afin de mesurer la qualité de l’eau, réduire le taux de fuite, accélérer les interventions de réparation et réaliser des gains d’exploitation.

IBM Smart Water

Ce qui est le plus intéressant, c’est l’association d’IBM et Veolia devant ces enjeux de gain d’énergie et devant le concept de Smart City. C’est en 2014 que les deux géants ont signé ce partenariat lors du congrès mondial sur la Smart City qui s’est déroulé à Barcelone. L’objectif était de coupler l’expertise métier de Veolia dans le domaine de l’énergie et des déchets et celle d’IBM dans le traitement et l’analyse des informations. Un partenariat exceptionnel pour que l’énergie devienne High-tech. Mais qu’en est-il aujourd’hui ? 2 ans après, l’association des deux entreprises a permis la création de la salle Hublo à Lyon, un système de supervision développé par IBM pour que Veolia soit capable de suivre en temps réel l’état du réseau grâce à 600 valises Mobil ’eau, 5500 sondes et… Street view de Google Maps. Une ville française où la data devient verte.

Energie responsable Veolia IBM

La salle Hublo de Veolia et IBM

L’environnement durable est aussi un réel enjeu pour les entreprises. Les consommateurs sont de plus en plus sensible aux questions écologiques et peuvent faire des achats suivant des nouveaux critères : 85% des consommateurs français ont fait un achat lié à une bonne cause, 78% ont acheté un produit avec un bénéfice environnemental, 58% ont boycotté une entreprise après avoir su qu’elle n’était pas responsable d’après l’agence Comeen en 2013.

C’est pourquoi les entreprises doivent prendre en compte ces changements de comportements pour éviter les Badbuzz comme celui de la vidéo Lego signée Greenpeace, avec presque 8 millions de vue.

 

  • Smart City: l’urbanisation responsable et l’habitat intelligent

Pour finir sur le dernier axe, l’urbanisation responsable et l’habitat intelligent dans la Smart City de demain. Cela se traduit par l’amélioration du confort de la maison avec des apports d’énergie en fonction de l’enveloppe thermique du bâtiment, l’aide à la surveillance des habitations, la gestion et la réduction de la consommation énergétique (Smart Grids ou Smart Water vu plus haut) et les immeubles à énergie positive (Smart Building). Et la FrenchTech ne manque pas d’imagination et d’innovation !

Urbanisation responsable par Glowee

Glowee est un bel exemple de start-up ouverte sur la Smart City en s’attaquant au projet d’éclairer la nuit… sans électricité grâce à la bioluminescence. Cette source lumineuse non-électrique permettrait de mettre un terme à 5% d’émissions de CO2 rejetées par l’éclairage au niveau mondial. Ou alors un autre projet novateur, Issy Grid, le premier réseau de quartier intelligent en France créé à Issy-les-Moulineaux pour la gestion de l’énergie dans le quartier.

La Smart City, le réseau intelligent, la consommation d’énergie sont des enjeux de demain qui se prépare aujourd’hui. Ce n’est pas du hasard si IBM figure comme précurseur du concept et que les grands groupes s’unissent à cette vision de l’avenir. C’est un secteur en devenir, avec des métiers d’avenir et des milliers de possibilités de créations et d’innovations. Alors voulez-vous être acteur de cette révolution numérique verte ? Êtes-vous prêt pour le monde de Demain  ? N’hésitez pas à regarder ce compteur sur l’état de notre planète si vous n’êtes toujours pas convaincu.