Femme qui achète sur internet (crédit image: Unsplash image)

SHEIN, Zaful, Romwe: La fast fashion détruit tout sur son passage

Le constat

La situation sanitaire actuelle favorise la consommation de biens ou services via des plateformes digitales et des sites internet dans tous les domaines. Intéressons nous à celui de la mode, du prêt à porter. Ces dernières années ont vues le nombre d’applications de vente de vêtements bon marché exploser. Zaful, Romwe et encore SHEIN, ces sites de la fast fashion ont tout compris (ou pas).

Les grandes chaines européennes de boutiques de vêtements comme Zara font notre quotidien. Collections très régulières (environ 2 par mois avec du réassort de tailles et de nouveaux produits) et magasins omniprésents sur nos lieux de vie partout dans le monde.

Les applications chinoise de mode à bas prix cassent ces codes. Pas de boutique ! Elles se sont faites connaitre grâce aux réseaux sociaux, à leur pub et à celle de leurs utilisateurs. Sur ces derniers points, elles remettent en question la nécessité du contact humain. Les meilleurs conseillers sont les acheteurs. « Taille trop grand », « Identique à la photo », «Agréablement surpris », « Matière agreable »…

La fast fashion chinoise: le colosse aux pieds d’argile

Mais qui sont ces géants chinois qui prennent de plus en plus de place sur le marché de la fast fashion ?

En effet, leur manière de promouvoir leurs produits et le concept pousse à la consommation grâce à un cumul de points. Ces points permettent ensuite d’avoir des réductions. Plus on consomme, plus on a de points. Plus on a de points, plus on consomme.

Effectivement, on cumule des points quand on:

  • achète
  • donne son avis sur le produit reçu
  • publie une photo porté ou non
  • partage le site/produit commandé à un contact

Pourquoi ces sites chinois sont-ils attractifs ?

  • prix très bas
  • des réductions à chaque commande. On ne paye jamais le prix fort
  • un réassort constant des produits et donc on ne se lasse pas
  • des matières et coupes identiques aux chaines de vêtements européennes (Zara, groupe Inditex en général, H&M…) voire aux marques de luxe.
  • un bon rapport qualité/prix (on paye le juste prix et non plus cher)
  • Pas de désillusion. Le prix est bas, il ne faut pas s’attendre à une belle qualité mais on est souvent agréablement surpris (trop habitués à des vêtements chers pour leur qualité).

Et le respect de l’environnement ?

Nous ne sommes pas dupes. Pour les consommateurs, l’origine des articles, le fait que le producteur (dans ce cas travailleurs d’usine) soit rémunéré à son juste coût, la distance de transport et d’autres critères sont pris en compte. Ces derniers motivent, ou non, à l’achat. Les acheteurs veulent des sociétés, des marques éthiques soucieuses de leur Terre.

Et du coup l’environnement dans tout ça ? L’impact carbone est au maximum ! Toujours plus de vêtements à un prix toujours plus faible pour des distances géographiques d’envoi des ventes toujours plus longues. Bienvenue dans l’ère de la fast fashion. Ce sont des produits fabriqués en chine avec un coût de main d’oeuvre dérisoire. Le pire ? C’est l’exportation à l’international. Sans minimum d’articles par commande, le colis est acheminé à son destinataire et parcours tout le globe en long en large. On est bien loin du « consommer local » pour sauver la planète !

Pour découvrir mon infographie sur l’impact du Covid sur le E-commerce mode en 2020, cliquez ici.