Exposition Sens-Fiction au Lieu Unique de Nantes.
Exposition Sens-Fiction au Lieu Unique de Nantes du 6 octobre 2021 au 2 janvier 2022.

Nous vivons dans un monde dans lequel la technologie est omniprésente. Les outils technologiques ont pris une place prépondérante dans tous les domaines : des transports, aux télécommunications en passant par la médecine, l’éducation, le travail ou encore la maison. Ils ont entièrement façonné nos modes de vie. Bien qu’aujourd’hui nous ne pourrions plus concevoir notre existence sans ces derniers, il ont, pour la plupart, été conçus il y a moins d’un demi-siècle.

Alors comment ces outils ont-ils été conçus ? Qui les a pensé ?  Quelles seront leurs futures évolutions ? C’est le sujet de l’exposition Sens-fiction que j’ai eu la chance de découvrir le week-end dernier.

Pensée par l’agence parisienne de design RF Studio et son bureau des usages, Sens-fiction est une exposition temporaire ayant lieu du 6 octobre 2021 au 2 janvier 2022 dans la salle d’exposition du Lieu Unique de Nantes.  A travers une série de reportages, rétrospectives et montages télévisuels, elle explique les liens entre science-fiction et évolution des usages et des technologies, et met en perspectives des pistes pour des futurs désirables. Une exposition à ne pas manquer !

 Les liens entre le design et la science-fiction.

En tant qu’activité de création le design a pour vocation de « répondre à des besoins, de résoudre des problèmes, de proposer des solutions nouvelles ou d’explorer des possibilités pour améliorer la qualité de vie des êtres humains »1. Tout l’enjeux pour un designer est donc d’anticiper les usages pour faire naître l’innovation.

La science-fiction quant à elle est un genre littéraire et cinématographique qui repose sur des histoires fictives dans des mondes ou société futuristes impliquant des sciences et des technologies souvent inenvisageables en l’état actuel des choses.

Le point commun entre le design et la science-fiction est le regard qu’ils portent au futur. C’est ce que l’agence de design, RF studio, a cherché à mettre en évidence à travers cette exposition.

Une exposition en 4 temps. 

Pour commencer, dans un premier espace nommé « Sapiens se la raconte » nous sommes invités à nous questionner sur l’espèce humaine : son besoin d’anticiper et d’imaginer le futur, ses croyances, ses biais cognitifs, son rapport à la science-fiction, sa continuelle recherche de progrès ainsi que la désillusion que cela peut générer et enfin ses aspirations futures.  A travers une série d’interviews d’experts, d’extraits de films et de reportages nous explorons la raison pour laquelle l’Homme cherche sans cesse à imaginer son futur et de quelle façon les histoires qu’on lui raconte façonnent ses idées et ses comportements.

 

Le second espace nommé « Le Futur se design » retrace les prémices de la science-fiction à travers la biographie de Hugo Gernsback, un des inventeurs du terme « science-fiction ».

Dès son plus jeune âge Hugo Gernsback se passionne pour le progrès technique. Pour vivre son rêve, il s’expatrie aux Etats-Unis, alors considéré comme territoire d’innovation, et y dépose près de 80 brevets allant de la batterie électrique à l’héliport ou encore à la prothèse auditive…

En tant que brillant inventeur et « visionnaire » du début du XXème siècle, Hugo Gernsback a grandement contribué au développement du genre avec ses nombreuses publications dans les Pulps et magazines américains. Ce sont d’ailleurs les couvertures de ces magazines qui habillent les murs de la pièce et qui retracent les différents progrès techniques qu’il a imaginé. Les similitudes avec ce que nous connaissons aujourd’hui sont parfois troublantes. Pour en citer certaines d’entre elles : la télémédecine, la visiophonie, la télévision par ondes…

Selon Hugo Gernsback, la science-fiction a trois fonctions : « la narration pour l’engouement des lecteurs, l’information scientifique pour leur éducation et la description de nouveaux usages pour inspirer les inventeurs à concevoir de nouveaux objets. ».

Couvertures de Pulps et magazines américains, exposition Sens-Fiction.
Couvertures de Pulps et magazines américains, espace « Le futur se design ».

L’espace suivant nommé « Design et Fiction »  est composé de 2 sous-espaces de visionnages qui regroupent chacun des références culturelles et cinématographiques :

Le premier sous-espace « Fiction for design » nous montre comment , des années 1900 à nos jours, les marques, du producteur de chocolat au concepteur automobile, se sont servies des fictions pour faire rêver les consommateurs d’un monde futur dans lequel le quotidien serait plus facile et tout serait optimisé.

Par exemple dans les années 1900, l’enseigne le bon marché distribuait une série de cartes postales imaginant les nouvelles mobilités volantes et l’impact que ces dernières auraient sur le transport de marchandise, le tourisme ou encore les loisirs.

Un peu plus tardivement, la marque Whirpool présentait, lors de l’Exposition Nationale Américaine de Moscou en 1959, son film présentant la cuisine du future dans laquelle chaque espace est optimisé et toutes les tâches sont automatisées. De quoi faire rêver les ménagères du monde entier.

Illustrations utilisées par les marques pour faire rêver les consommateurs au XXème siècle, exposition Sens-Fiction.
Illustrations utilisées par les marques pour faire rêver les consommateurs au XXème siècle, espace « Design et Fiction – Le Futur se design ».

Le second sous-espace « Design in fiction »  nous propose une compilation d’œuvres mettant en scène des récits d’anticipation à travers différents thèmes. Ces récits permettent aujourd’hui d’envisager de nouveaux usages mais avant tout de nous prémunir des risques de cette recherche continuelle du progrès.

Par exemple, le thème de la surveillance est illustré à travers un extrait du film Welcome to Gattaca. Un film mettant en scène une société dans laquelle l’échelle sociale serait basée sur les gènes. Seules les personnes avec les « meilleures gènes » pourraient prétendre aux métiers les plus prestigieux comme celui d’astronaute par exemple.

Récits d'anticipation, exposition Sens-Fiction.
Récits d’anticipation, espace « Design et Fiction – Design In Fiction ».

Enfin, le dernier espace nommé « Le Laboratoire Sens-Fiction » nous pousse à nous questionner sur ce que nous désirions réellement pour notre futur. Au-delà de cette course constante à l’innovation,  comment envisageons nous nos relations avec le monde vivant ? Notre rapport à l’humanité et notre corps ? Notre rapport à la consommation ? La façon dont nous voulons construire le futur ensemble et pour la communauté ? Notre rapport au temps et au travail ? Un tas de réflexion que je vous laisserai découvrir en visitant l’exposition !

Si vous n’avez pas la chance de pouvoir vous y rendre physiquement, n’hésitez pas à découvrir la version digitale de l’exposition : https://www.sens-fiction.org/fr

Sources :