Vous aviez peut-être oublié leur existence mais les Anonymous sont bel et bien de retour et ont décidé de se faire entendre. C’est suite au terrible meurtre de Georges Floyd, qui a provoqué une vague de manifestions aux Etats-Unis, que le mystérieux groupe d’activistes ressurgit en soutien au mouvement Black lives Matter. Après des années de silence, ils frappent un grand coup, vendredi 29 mai, en publiant une vidéo dédiée à la police de Minneapolis : « Nous exposerons vos nombreux crimes au monde entier ».

Un collectif qui fascine

Comment définir les Anonymous ? Geeks activistes ou hackers anarchistes, les membres du collectif se présentent comme des défenseurs du droit à la liberté d’expression, et utilisent leurs compétences en informatique dans un but généralement contestataire. Né il y a une douzaine d’années, le groupe s’est d’abord fait connaitre en lançant des attaques informatiques très efficaces contre les organismes de paiement qui bloquaient les dons au site WikiLeaks. Puis, ils ont acquis leur renommé avec le projet Chanology, une série d’attaques informatiques contre l’Eglise de scientologie qui a entrainé des manifestations pacifiques dans plusieurs villes réparties dans le monde.

 Insaisissable, le mouvement intrigue car il est capable, malgré son anonymat, de faire trembler les plus grandes puissances mondiales, tout en étant dispersé aux 4 coins du monde. Entre le fantasme de la cyberculture et de la lutte sociale, ils sont reconnaissables par le fameux Masque de Guy Fawkes, une voix trafiquée et une devise scandée d’un ton menaçant : « Nous sommes Anonymous. Nous sommes légion. Nous ne pardonnons pas. Nous n’oublions pas. Redoutez-nous ».

Les cibles sont diverses : le klu klu, les régimes autoritaires, les organisations terroristes… Ils refont surface aujourd’hui en menaçant la police de Minneapolis suite à la mort de Georges Floyde. 

Un retour remarqué

Depuis le 25 mai et la mort de George Floyd, tué par des policiers à Minneapolis, les Etats-Unis connaissent de violentes manifestations sous le mouvement Black Lives Matter qui lutte contre les violences policières. C’est ce moment qu’a choisi le collectif pour son grand retour. Le 29 mai, une vidéo de menaces est publiée sur Facebook : un homme, portant le masque emblématique du mouvement Anonymous, s’adresse directement à la police de Minneapolis et l’accuse d’avoir un « bilan horrifique de violence et de corruption », et conclut « Malheureusement, nous n’avons pas confiance en votre organisation corrompue pour rendre justice, alors nous montrerons vos nombreux crimes à la face du monde. Nous sommes légion. ».

https://www.facebook.com/anonews.co/videos/285581555919237/

La vidéo a très vite atteint 3 millions de vues avant même d’être repartagée sur d’autres réseaux. Quelques instants après, le site Web de la police de Minneapolis a cessé de fonctionner. Même si aucune revendications n’a encore été communiquée, beaucoup attribue ce hacking aux Anonymous, d’autant plus qu’une fuite de mots de passe, intervenue le lendemain de la vidéo, semble également venir du collectif.

Depuis ces actions remarquées, le groupe n’a pas refait parler de lui, mais rien n’indique que ces menaces ne seront pas suivies d’actes dans les semaines qui arrivent. Ce retour a malgré tout ranimé l’écosystème geek, et est devenu le sujet de conversation principal sur les réseaux sociaux pendant plusieurs jours.