A l’heure ou les salles de concert gardent leurs portes closes depuis plus de 9 mois, les revenus des artistes se concentrent uniquement sur le streaming. La pétition Justice at Spotify, lancée il y a un mois, compte déjà plus de 26 000 signataires, la colère monte chez les artistes qui dénoncent la très faible rémunération sur ses plateformes. Leurs réclamations, entre autres : une rémunération d’au moins 1 centime par stream, un business model user-centric et l’accessibilité publique aux contrats. 

Par ailleurs, une étude menée par l’Université de Glasgow a révélé que la musique en streaming pourrait être vraiment nocive pour notre planète. Les émissions de gaz à effet de serre dues à la consommation de musique ont atteint des niveaux sans précédent. Cependant, lorsque le streaming est devenu le principal moyen d’écoute de la musique, on pensait que cela réduirait l’impact sur l’environnement, notamment avec la baisse de la quantité de plastique utilisée (jusqu’à environ 8 millions de kilogrammes en 2016).

Mais malgré cette croyance commune, les chercheurs ont constaté que l’augmentation du streaming avait un impact de plus en plus négatif sur l’environnement. En 2016, la production de gaz à effet de serre par le stockage et la transmission de fichiers musicaux numériques était estimée entre 200 et 350 millions de kilogrammes rien qu’aux États-Unis. «Le stockage et le traitement de la musique en ligne consomment d’énormes quantités de ressources et d’énergie, ce qui a un impact significatif sur l’environnement», confirme Kyle Devine, professeur à l’Université d’Oslo qui a mené des recherches sur les coûts environnementaux de la consommation de musique.

En 2020, est-il possible de consommer de la musique de manière éthique ?

Pour vous éclairer sur le sujet, voici un graphique renseignant les rémunérations par streams et le nombre d’utilisateurs en 2020 sur les différentes plateformes. ( Sources : Les Échos, Spotify for Subscribers, Igen.fr)

Quelles sont les  plateformes qui rémunèrent mieux les artistes ou s’engagent pour l’environnement?

Napster: La sagesse de l’expérience.

Après avoir révolutionné l’industrie de la musique en 1999, la société de téléchargement a décidé de s’adapter au nouveau marché de la musique et de se convertir au streaming musical. L’entreprise utilise son nom très célèbre comme argument pour être l’un des leaders du changement dans l’industrie. Ainsi, c’est l’une des plateformes internationales qui paie le mieux les artistes: seulement 59 écoutes sont nécessaires pour qu’un artiste gagne 1 euro, contre 254 sur Spotify et 1612 pour Youtube Music.

Tidal: Un service de streaming traditionnel mais équitable.

TIDAL - High Fidelity Music Streaming

Lors de ses débuts en 2015, c’est la qualité audio qui a rendu Tidal célèbre. Malgré un lancement difficile, Tidal a connu un grand succès, en partie grâce à la popularité de son principal propriétaire: Jay-Z, l’une des plus grandes superstars du Hip Hop. La plateforme s’engage auprès des artistes, et notamment dans la transparence en présentant des graphiques sur la répartition des frais d’abonnement..En plus de cela, c’est l’une des plateformes qui paie le plus généreusement les artistes, bien plus que Spotify, après Napster. Néanmoins, Tidal s’est retrouvé au coeur d’une polémique en 2018 : la plateforme producteur et chanteur Jay-Z, aurait gonflé le nombre d’écoutes de Beyoncé et Kanye West, permettant aux deux artistes américains d’empocher des royalties excessives.

Ampled et Patreon: le soutien direct aux artistes par les fans

Patreon permet aux créateurs (chanteurs, podcasteurs, illustrateurs, vidéastes …) d’être directement financés par les fans, un peu comme un Only Fans de la musique. Cette plateforme donne la possibilité aux fans de soutenir financièrement leur artiste préféré à partir de 3 euros. Bien qu’il soit moins convivial que la plupart des plateformes de streaming, c’est un excellent moyen pour les artistes de capitaliser sur une base de fans engagée et de développer un vrai lien avec les abonnés.

Ampled fonctionne sur la même base mais se spécialise dans la musique et n’appartient qu’aux employés et aux artistes. Il n’y a pas de managers chez Ampled. Il est cependant moins connu que Patreon.

Qobuz: le service premium français.

https://i2.wp.com/mediakwest.com/wp-content/uploads/2020/06/qobuz.jpeg?w=1200&ssl=1

Qobuz est français et s’appuie sur un streaming de haute qualité mais avec un catalogue de taille raisonnable . Fondé en 2008, le service de streaming favorise l’écoute de fichiers de haute qualité et fustige les formats plus légers qui ont habitué les internautes à écouter de la musique en basse qualité audio. “Les gens qui ont mis du mp3 partout sont des criminels. La différence est perceptible”, a déclaré Yves Riesel, son PDG début juin dans le Huffington Post. Si vous pensez que votre musique gagnera à être entendue dans sa qualité d’origine, vous devez essayer Qobuz.

Feedbands: l’éco-responsable

En partenariat avec l’association Trees.org, Feedbands s’engage à planter un arbre toutes les 100 écoutes, mais aussi pour chaque vinyle vendu. Lancé récemment, le service a annoncé sur son compte Instagram que plus de 5000 arbres avaient déjà été plantés. Feedbands pourraient être un moyen de défendre vos valeurs tout en gagnant votre vie, et sa vision originale du streaming musical mérite toute notre attention.