Entretien avec Angélique Okuzumi Chef de Projets Département Influence
      Relations Presse, Brand Content & Evénementiel  chez Publicis ETO

Relations Presse

Pouvez-vous expliquer votre métier ?

Mon métier c’est de faire en sorte que les produits et les actualités de mes clients soient relayés par des leaders d’opinions. Ça peut être des journalistes, des influenceurs, des blogueurs ou des célébrités.

Pour que ces produits ou actualités soient relayés, nous développons des outils de presse traditionnels (Dossier de presse, communiqué…) mais pour aller au-delà et proposer quelque chose de plus impactant on peut créer des vrais projets qui vont véritablement prendre part à la stratégie de communication de la marque pour créer une actualité qui puisse être relayée.

Qu’est-ce que vous appelez influence ?

C’est une partie de notre métier car il y a d’un côté les médias traditionnels et de l’autre les influenceurs, toutes ces « nouvelles » personnes qui se sont fait une notoriété sur les réseaux sociaux et qui donc exercent une véritable influence sur leurs nombreuses communautés. La façon de communiquer n’est pas la même : les journalistes et les influenceurs ne peuvent pas être mélangés. Les outils presse ne sont à destination que de la presse, tandis que les relations avec les influenceurs est davantage informelle et personnalisée.

Y a t-il une rupture entre Relations Presse classiques et les Relations Presse 2.0 ?

Ces deux métiers sont deux choses distinctes, une retombée presse dans un magazine ça a beaucoup de valeur, le papier c’est prestigieux, ça se garde, c’est beau et puis c’est honorable.

Quel est l’intérêt pour les marques de travailler avec des blogueuses ?

La société évolue et les gens ont besoin de s’identifier à des personnes lambda comme les blogueuses. Elles créent une réelle relation et une réelle proximité avec leur communauté. Il y a une force d’identification car on s’identifie à elle.

Une blogueuse c’est la bonne copine qui a LE bon conseil ou LE bon plan à communiquer, c’est comme du bouche à oreille mais officialisé et le grand intérêt c’est que toutes les marques sont sur les réseaux sociaux et ont une présence numérique car c’est indispensable de nos jours.

Admettons que la marque X paye une publicité sur les abribus avec un produit mis en avant, combien de personnes vont voir cet abribus ? Alors qu’une blogueuse influente qui est très importante, si elle met une photo de ce produit on est sûr que ses X millions d’abonnés vont voir le produit. Le reach est plus important pour des coûts qui sont moindre parce que les blogueuses coûtent beaucoup moins chers (même si tout dépend de leur nombre d’abonnés). De plus, les blogueuses se professionnalisent beaucoup et peuvent livrer du contenu hyper qualitatif et hyper pro, du contenu clé en main pour des marques qui bénéficient donc du contenu ET de la diffusion de façon très accessible.

Pour vous est-il indispensable que les marques de mode par exemple soient sur les réseaux sociaux ?

Oui car la mode c’est du paraitre, de l’image et c’est exactement ce que sont les réseaux sociaux. Par exemple le réseau social de l’image par excellence c’est Instagram et du coup si on veut exister et accélérer sa notoriété c’est une obligation d’être sur les réseaux sociaux quel que soit l’objectif. Tout le monde peut être au courant en un rien de temps donc ils auraient tort de se priver de cet outil qui est à portée de main de tout le monde. Et les marques ont tout intérêt à se former un réseau de blogueuses, même si c’est juste pour les inviter à des évènements ou leur faire de la dotation de produit.

Pour vous, pourquoi et comment des blogueuses lambda ont réussi à avoir autant d’abonnés ?

Je pense que tout le monde ne peut pas être blogueuse, influenceur, il faut quand même avoir le matériel nécessaire que ce soit pour leur blog ou pour les photos Instagram. Il y a tout d’abord un investissement humain car elles font ça 24/24 7/7. Il n’y a pas de démarcation entre vie privée et professionnelle car elles travaillent tout le temps et ça c’est important de s’en rendre compte. Il y a des savoir-faire, il faut que ça soit beau, net, bien cadré et je pense que n’importe qui ne peut pas le faire. En effet il faut savoir être photographe, infographiste, DA, rédacteur, webmaster, commercial et modèle. C’est un réel réseau, c’est comme un vrai travail ! Bien sur il y a pleins d’outils pour se faire connaître comme Instagress ou sponsoriser ses articles sur Instagram mais c’est un travail de longue haleine, au début il faut faire sa promotion et après ça peut rouler tout seul ou pas.

Que représentent pour vous Instagram et Facebook ?

Pour moi Instagram c’est de l’image à 700 %, ce qu’on écrit ce n’est pas forcément important pourvu que l’image est belle. C’est presque comme un album photo, faut que ça inspire, que ça soit beau.                                                                                              Facebook a beaucoup plus d’utilisateurs qu’Instagram (Facebook a une communauté 10 fois plus grande qu’Instagram mais Instagram a un taux d’engagement 60 fois plus grand que Facebook). Facebook c’est généraliste, par exemple pour mettre des informations sur un magasin ou pour mettre le nouvel article à shopper sur le site.

Pour moi une marque sur Facebook va délivrer un message alors qu’Instagram ça sert à donner envie.