En moyenne, 66% des 18-29 ans utilisent leurs outils numériques professionnels le soir, d’après le site de Blog Goal Map.com. En effet, les jeunes et les cadres sont très exposés à l’hyperconnexion.

A cause de leurs horaires de travail, les cadres sont plus flexibles et ont plus de risques d’être hyperconnectés. Généralement, ils sont interrompus toutes les 6 minutes dans leur travail et gèrent leurs mails pendant 30% de la journée.

Avec l’avènement du numérique, les modes de travail ont changé, on parle maintenant de « digital detox », « zen digital » ou de « déconnexion numérique. »

Besoin d’une digital detox ?

Le terme de « digital detox » est apparu dans la Silicon Valley, en réaction à l’utilisation massive d’internet et à l’hyperconnexion.

Depuis plusieurs années, les modes de travail ont changé avec l’arrivée du digital : le temps de travail n’est plus encadré par des horaires fixes. On assiste donc à un réel « décloisonnement entre la vie privée et la vie professionnelle. »

Le manque de déconnexion n’est pas uniquement dû aux outils informatiques mais à l’usage de ces derniers. Même s’ils permettent un gain de temps et d’autonomie, ces outils génèrent plus de stress et plus de dépendance.

Les risques de l’hyperconnexion

L’hyperconnexion ou hyperconnectivité peut avoir un impact important sur la vie professionnelle et personnelle.

En effet, cette dernière peut créer des troubles du sommeil ou des risques psychosociaux.

Les risques psychosociaux englobent l’infobésité aussi appelée « surcharge cognitive » c’est-à-dire avoir un trop grand nombre d’informations à traiter à la fois. Cela entraîne du stress et favorise le burn-out.

Des troubles du sommeil peuvent aussi apparaître si l’on est « en hyperactivité ou en hypervigilance » d’après le site du Blog GoalMap. Si des individus utilisent trop leur smartphone le soir, (et par conséquent que trop de lumière bleue émane de leur appareil), le rythme cardiaque augmentera et la production de mélatonine (hormone du sommeil) diminuera.

Se fixer des objectifs quotidiens réalisables qui n’engendreront pas de stress, est une manière de résister à l’hyperconnexion.

Les initiatives des entreprises

Pour lutter contre l’hyperconnexion digitale, des entreprises ont proposé diverses solutions :

  • Orange encourage ses collaborateurs à activer le mode « Quiet Time » qui consiste à se déconnecter de tous les appareils électroniques 2 heures par jour.
  • Volkswagen propose une digital detox passant par un blocage des serveurs le soir et le week-end pour 1000 collaborateurs de 18h à 7h.
  • Intel encourage la déconnexion grâce à la mise en place du mode silencieux tous les mardis matins. Ainsi, les salariés doivent couper leur messagerie et leur téléphone à ce moment-là.
  • Atos a annoncé la suppression des e-mails dans l’entreprise grâce à son programme « zéro e-mail. »
Résultat d’images pour deconnexion

Quelques astuces pour une digital detox efficace

  1. Bloquer les publicités grâce à des plugs-in comme Adblock
  2. Se désabonner des newsletters
  3. Supprimer des applications mobiles
  4. Désactiver les notifications
  5. Se réapproprier son temps
  6. Ranger son téléphone lorsque l’on est entre amis ou que l’on fait du sport

Bonne déconnexion !

Eva Guarneri