Le rugby est entré dans l’ère du Big Data. Une avancée cruciale pour optimiser les performances des équipes. Au-delà de l’optimisation des performances, la data offre un avantage concurrentiel sur le terrain grâce aux technologies mises en place. Elles permettent de récolter un grand nombre de données précieuses. Toutes les statistiques sont analysées par les équipes d’analyses tel que les Sport Scientist aujourd’hui indispensable au sein des équipes de rugby professionnelles.

Le Sport Scientist, un nom qui vous ai peut-être familier. Si vous n’avez jamais entendu parler de ce métier, nous allons le découvrir ensemble : Quel est son rôle ? Comment travaille-t-il ? Toutes les réponses vont suivre dans cette interview accordée par Quentin Rinaldi, le Sport Scientist de l’équipe du XV de France de Rugby masculin.

| Pouvez-vous vous présenter ? 

 
Je m’appelle Quentin Rinaldi, mon métier c’est sport scientist avec la Fédération Française de Rugby et plus spécifiquement avec le XV de France masculin. C’est la 3ème année où je travaille au sein de cette fédération et de cette équipe. Je suis arrivé en 2019 avec Fabien Galthié et Thibault Giroud.

 | Quelles sont vos missions ? 

De manière générale, c’est de quantifier et d’analyser les données de performance des joueurs. Notamment en lien avec les données de déplacement, les données GPS des joueurs aux entraînements et en match pendant les rassemblements de l’équipe. En dehors des rassemblements, c’est faire un suivi des joueurs, leur charge et leur performance quand ils sont en club. 

| Pendant le match, que faites-vous ? Comment vous gérez les données ? 

En match c’est un peu différent, je vais être au bord du terrain avec l’ordinateur et l’antenne. . En live, on interprète pas beaucoup de données. Par contre, je crée des périodes pour les séquences, je prends les temps de jeu, les joueurs présents ou pas sur le terrain. A la mi-temps, je vais faire des retours très simples sur les temps de jeu, les séquences, le temps de jeu effectif, toutes ces choses là mais pas sur la performance individuelle des joueurs. Par contre, après le match, une fois que j’ai téléchargé les données des balises, là je peux faire des retours sur le match et la performance de l’équipe et des joueurs.

| Comment se passe votre journée lors des entraînements ? 

Le matin on s’occupe surtout du monitoring, de récupérer le maximum de données sur les joueurs. Savoir s’ils sont en forme, s’ ils sont prêts à s’entraîner, s’ ils n’ont pas des blessures. Quand c’est fait, on prépare la matinée soit ils vont à la musculation soit ils vont sur le terrain. On prépare tout pour qu’ils soient dans les meilleures conditions. Au niveau des données, on va prendre un peu de données en musculation, par exemple des données de vitesse de mouvement avec le Gymaware, ou des vitesses sur 10m avec résistance.

Pour l’entraînement terrain, je suis au bord de celui-ci et j’installe tout le matériel avec les 42 GPS, les brassières, l’antenne pour le live, l’ordinateur. J’organise un peu l’espace bureau pour capter les données comme il faut. Quand l’entraînement est lancé, je m’occupe aussi du timing. Un gros chronomètre qui sonne dès que les séquences sont finies. J’essaye de fluidifier au maximum l’entraînement et donner des infos concernant l’entraînement, où est-ce qu’on en est au niveau des objectifs, est-ce-que le volume est atteint etc. 

Quentin Rinaldi

Après, il y a tout le traitement des données. Faire un rapport assez précis et simple de l’entraînement par rapport aux objectifs. C’est assez individualisé aux joueurs pour qu’ils aient un retour avec toutes les données sur leur performance. Tout cela est ensuite envoyé aux joueurs et au staff. 

Pour terminer, je complète les bases de données et je les mets à jour.

Comme vous l’aurez compris, un Sport Scientist sait faire parler les chiffres ! Il joue un rôle important dans l’aide à la prise de décision du coach et du staff. Il permet aux joueurs d’évoluer dans les meilleurs conditions, mieux connaître le jeu ainsi que les adversaires lors des rencontres. Un avantage considérable quand on sait que le XV de France est vainqueur du Tournoi des Six Nation 2022 en mars dernier et que la Coupe du Monde de Rugby 2023 arrive à grand pas!

Je tiens à remercier Quentin Rinaldi pour le temps accordé à notre échange.