Les territoires doivent faire en sorte d’attirer de plus en plus d’habitants, d’entreprises… et d’être de plus en plus attractifs auprès d’eux. Un territoire doit donc « se vendre ». Il est donc important de construire des stratégies marketing différentes en fonction du public visé. Et c’est là, que les technologies du marketing digital interviennent et se développent de plus en plus dans les collectivités territoriales.

Le digital gagne du terrain dans les collectivités territoriales :

La montée des médias sociaux ne laissent pas les collectivités territoriales indifférentes. D’après le baromètre Ideose (répertoriant la présence des collectivités territoriales sur les réseaux sociaux étude réalisée en décembre 2015 ) :

  • 55% des villes ont aujourd’hui un compte Facebook et elles sont 50% à être présentes sur Twitter.
  • 89% des conseils régionaux ont un compte Facebook et 81% un compte Twitter.

D’après, Franck Confino, Directeur de l’agence Adverbia, consultant en stratégie digitale : « Les collectivités ont donc intérêt à maîtriser leur présence en ayant leur propre page et en l’animant ».  Cette présence est importante puisque les villes préfectures ont en général 25 000 fans en moyenne. Paris, la capitale française, compte elle, près de plus de 3 millions de fans sur sa page, soit plus que la population de la ville ! En moyenne, les villes préfectures publient 1,63 posts par jour. De plus, les collectivités ont bien compris l’impact des images, si bien que les posts de texte pur sur Facebook ne représentent plus que 11% des posts publiés par les grandes villes, l’image (dessin, photo) gagnant du terrain (89% des posts) tandis que la vidéo, toujours marginale (4%), progresse.

Toujours selon Franck Confino « Il ne faut pas aller sur les réseaux sociaux parce que tout le monde le fait, mais avec une vraie stratégie. Ainsi, ouvrir une page Facebook pour faire comme tout le monde mais s’en servir uniquement comme d’un agenda culturel et politique en restant enfermé dans sa citadelle est totalement contre-productif. La pire réaction à avoir est de censurer les critiques ou de ne pas répondre ». La règle d’or pour les collectivités est de se fixer des objectifs précis et de les mesurer clairement. Comme dans le marketing « classique », les KPI ont donc toute leur place ! Bien entendu les outils digitaux ne sont pas les moyens « exclusifs » pour une réussite dans le marketing territorial mais sont désormais INCONTOURNABLES ! Un territoire qui ne serait pas présent sur le social média et sur le WEB deviendrait invisible dans l’environnement du 2.0.

Le poste de demain: Community Manager !

Les territoires qui s’engagent dans le marketing territorial prennent clairement de plus en plus conscience du rôle stratégique que joue le community manager. «Ce métier nécessite un regard critique et une capacité à trouver rapidement des informations et à répondre de manière satisfaisante en s’adaptant à chaque public » , remarque Christophe Alaux, Directeur du groupe Vacalians, il juge «légitime d’exiger un master pour ces postes réellement stratégiques. Des compétences qui sont de plus en plus amenées à suivre des formations afin de maîtriser les outils digitaux qui peuvent s’avérer de formidables vecteurs de notoriété mais aussi de puissants destructeurs d’image s’ils sont mal maîtrisés. Malheureusement dans certaines communes le poste de Community Manager a encore du mal à trouver sa place. Beaucoup de communes restent ancrées dans la communication descendante vers les « administrés-électeurs ».

Les collectivités territoriales ont donc un bel avenir avec les outils digitaux.

 

collectivités territoriales réseaux sociaux