Nous expliquons dans cet article,  les 7P qui composent le  marketing mix des cliniques privées, ils représentent les éléments sur lesquels un établissement peut agir pour atteindre les objectifs voulus:

P1. Produit (service de soins en clinique): le produit hospitalier est la prise en charge médicale, mais pas que , également la prise en charge soignante et hôtelière avec une gestion de la pré-admission, de l’admission, et de la sortie.« En marketing un bon service est celui qui donne satisfaction au patient et au médecin ou à la structure qui adresse le patient, c’est-à-dire le médecin prescripteur » Mahmoudou Kabore  dans  son ouvrage « la fonction marketing à l’hôpital »

P2. Prix : un élément important, qui a une incidence forte sur le patient et sur la clinique, il procure des revenus, il influence la demande et la concurrence, il est fixé selon, le coût, la demande et la concurrence. Cependant dans les cliniques privées la manœuvre sur cet élément  est limitée, car il est cadré, fixer par le top management le plus souvent.

P3. Place :  On entend par place dans ce secteur, l’emplacement de l’établissement, qui se doit d’apporter ses services, au plus près possible de la population, avec respect de la qualité en permanence, un élément lourd en investissement, et, en procédure administrative (décision prise par le top management comme le prix, laissant peu de marge de manœuvre, pour le marketing).

P4. Promotion : C’est la communication de la clinique, cette dernière relève, d’une communication adressée aux professionnels de la santé, en « BtoB », au grand public , en « BtoC », pour ce qui concerne la communication externe; Cependant les établissements de santé ont également une troisième communication à tenir, aussi importante que les deux premières, comme tout autre établissement,  une communication interne,  visant à faire des éléments de l’établissement,  les premiers ambassadeurs de l’entité.

P5. personnes: l’ensemble du personnel de l’établissement, qui est en contact avec le patient, ainsi que toutes les entreprises, prestataire exerçant  au sein de la clinique, ou en  contact d’externalisation  (restaurant, nettoyage); avoir un personnel qualifié, compétent, formé, avec les compétences interpersonnelles appropriées, la connaissance de service, et, le savoir-faire que le patient attend, face à ce que celui-ci paye, afin de fournir un service, qui  permet de se différencier, de la concurrence.

P6. Preuve matérielle : ou (preuve à l’appui), ce sont les éléments, qui font que le patient porte un jugement sur l’établissement, exemple, salle d’attente convivial et propre, signalétique claire et mise en avant.

P7. Processus : c’est le système, qui aide la clinique à accomplir sa prestation (la partie cachée de l’iceberg) , ça concerne ce qui est en interaction avec le patient (exemple l’organisation administrative).

Enseignement:

Il  est fondamental, si nous souhaitons faire évoluer un établissement hospitalier, privé ou public, entité composée de multiples éléments synergiques entre eux, d’analyser, chaque élément à part, de déterminer, forces et faiblesses, face aux différentes attentes  du (patient, autres professionnels de santé , ainsi qu’aux attentes de l’établissement hospitalier) dans un premier temps, pour arriver par la suite,  à proposer, des actions d’amélioration, efficaces, en adéquation avec les objectifs tracés dans un second lieu.

Il est capital que nous comprenions que, le  marketing mix , permet de structurer la stratégie, mettant en cohérence les éléments entre eux, afin d’aboutir aux objectifs tracés.

Remarque: le  marketing mix a évolué, des 4P classiques, aux 7P des services, aujourd’hui nous parlons de 10P, ce dernier, s’adapte à l’évolution de la technologie, des usages et des besoins  afin de garantir l’efficacité.