LA MARQUE DU SLIP : Les dessous d'une marque employeur


http://www.mbadmb.com/wp-content/uploads/2020/01/la-marque-du-slip-marque-employeur-300×300.jpg


En ce début d’année 2020, j’ai été interpellé par la polémique qui a touché l’entreprise le slip français au travers ses employés et l’affaire du blackface. On ne peut que constater toujours plus de porosité entre sphère privée et publique.

Au delà de l’aspect controversé, ce fait divers m’a interrogé sur la notion de marque et ce d’autant plus pour une start-up qui a su jouer des codes de la transformation numérique.

le slip français : le terrible ?

Tout ça dans un slip messieurs dames ; une stratégie d’aujourd’hui pour un slip d’antan : Bienvenue dans le Made in France 3.0 !

Le slip français connu pour une communication remarquable et remarquée ; une prise de parole différente, différenciante et « culottée » !!! En effet, toujours décalé, humoristique en rebondissant notamment sur l’actualité, le slip français a su developper un storytelling favorisant la création de sentiment d’appartenance maintenant une complicité avec ses clients pour toujours plus d’expérience.

Bref une créativité travaillée, des émotions clairement définies et ciblées

MARQUE EMPLOYEUR.

La transformation numérique enjeu majeur de nos sociétés, imagée en partie par la montée en puissance des réseaux sociaux ont induit de nouvelles approches.

Elle est loin l’image de la direction des ressources humaines égocentrée, perméable à l‘environnement extérieure ; on assiste au renouvellement de la fonction RH avec la réappropriation de la notion de marque employeur.

A la croisé des aspects internes et externe.

S’il est facile pour une entreprise de définir les marques de ses produits (par exemple tout le monde sait ce qu’est iPhone) ; il est néanmoins plus difficile pour une entreprise d’évoquer sa marque employeur.

En effet, qu’est ce que le nom de la marque en tant que tel signifie ? Quelle est sa perception par le marché et au sein même de l’entreprise ?

Une forte personnalité pour une importance double.

Une identité de marque lisible uniforme occupe aujourd’hui une place déterminante dans la stratégie concurrentielle d’une entreprise, demandez à Apple.

‘Le slip français’ dans son développement est aussi un exemple en la matière. Cette identité est la boussole indiquant le cap et les objectifs à atteindre. Elle porte une ambition avec des valeurs qui lui sont propres et renforce non seulement la notoriété des produits mais facilite également le recrutement, la fidélisation du personnel (respect aux droits et bien être des salariés > notion de symétrie des attentions) tout en contribuant à protéger la réputation d’une entreprise en temps de crise.

Viens on parle de la bande du slip !

Le slip français quant à lui est personnifié par une proposition de valeur marquée par son engagement à fournir de produits de qualité supérieure (Made In France) mais également par le biais d’un mode d’expression qui suscite la légèreté.

Un écho cohérent à la politique interne de l’entreprise dans un marché qui connait un bouleversement et qui ouvre de nouvelles perspectives en matière d’emploi à une génération soucieuse d’allier profession et valeurs personnelles

L’ATOUT DES RESEAUX SOCIAUX : Le Slip français ‘intrépide’

A l’image de son ‘ Redoutable’ ; Guillaume Gibault fondateur du slip a su miser sur les réseaux sociaux avec un accent « Bobo chic » plutôt que « Popu choc » en cohérence avec l’image du slip, propre coute que coute. Stop au politiquement correcte, le slip met le paquet et a connu un développement particulièrement significatif lors de sa prise de parole durant la campagne présidentielle de 2012

http://www.mbadmb.com/wp-content/uploads/2020/01/militants-presidentiels-pour-le-slip-francais-strategie-social-media-300×300.jpg

Stratégie gagnante donc pour écouler l’ex icône à pépé présent aujourd’hui dans les plus grands magasins comme BHV ou les Galeries Lafayettes. On retrouve un discours bref et direct (less is more) en adéquation avec ses valeurs fondamentales, authentiques et intemporelles donc durables (tournées vers l’avenir tout en gardant un ancrage dans le passé afin de résister à l’épreuve du temps)

LE SLIP A GRATTER ?

Fervent défenseur du Made In France qui s’attache à mettre en lumière le vêtement autant que les ouvrières qui les confectionnent ; fer de lance d’une éthique nouvelle, le slip français a généré un déferlement de tensions à la hauteur de sa promesse.

Car même si n’importe quelle marque aurait été mise en en danger par une association à des valeurs morales telle que celles-ci ; l’enjeu est encore plus fort pour le slip français qui prône un lifestyle « à la cool » qui demande encore plus de rigueur dans la maitrise de sa prise de parole (voulue ou induite).

Les collaborateurs au diapason des valeurs de marque :
Vraiment slip ?

A l’heure où l’entreprise se positionne comme une entreprise éthique, responsable, symbole de renouveau du secteur au travers le « slow fashion » et le repositionnement du produit « vêtement » plutôt que la notion de mode consommable ; on peut légitiment se poser la question de comment des cadres d’une telle entreprise qui a connu une croissance fulgurante grâce à sa maîtrise des réseaux sociaux a pu tomber dans le piège de ces mêmes outils ?

De la naïveté…

PGJsb2NrcXVvdGUgY2xhc3M9InR3aXR0ZXItdHdlZXQiIGFsaWduPSJjZW50ZXIiPjxwIGxhbmc9ImZyIiBkaXI9Imx0ciI+TGEgcmVudHLDqWUgZGVzIFNsaXBzIGEgc29ubsOpLCBldCBvbiBlc3QgcGx1cyBxdWUgcGFyw6lzIHBvdXIgY2hhbmdlciBsZSBtb25kZSBlbiBTbGlwICEg4pyPIEJvbm5lIDxhIGhyZWY9Imh0dHBzOi8vdHdpdHRlci5jb20vaGFzaHRhZy9yZW50cmVlMjAxOT9zcmM9aGFzaCZyZWZfc3JjPXR3c3JjJTVFdGZ3Ij4jcmVudHJlZTIwMTk8L2E+ICEgPGEgaHJlZj0iaHR0cHM6Ly90d2l0dGVyLmNvbS9oYXNodGFnL3JlbnRyZWVkZXNjbGFzc2VzP3NyYz1oYXNoJnJlZl9zcmM9dHdzcmMlNUV0ZnciPiNyZW50cmVlZGVzY2xhc3NlczwvYT4gPGEgaHJlZj0iaHR0cHM6Ly90LmNvL3VuVHh6Zlc1bHAiPnBpYy50d2l0dGVyLmNvbS91blR4emZXNWxwPC9hPjwvcD4mbWRhc2g7IExlIFNsaXAgRnJhbsOnYWlzIChATGVTbGlwRnJhbmNhaXMpIDxhIGhyZWY9Imh0dHBzOi8vdHdpdHRlci5jb20vTGVTbGlwRnJhbmNhaXMvc3RhdHVzLzExNjg0OTcyOTAzODgxNjg3MDQ/cmVmX3NyYz10d3NyYyU1RXRmdyI+U2VwdGVtYmVyIDIsIDIwMTk8L2E+PC9ibG9ja3F1b3RlPiA8c2NyaXB0IGFzeW5jIHNyYz0iaHR0cHM6Ly9wbGF0Zm9ybS50d2l0dGVyLmNvbS93aWRnZXRzLmpzIiBjaGFyc2V0PSJ1dGYtOCI+PC9zY3JpcHQ+

Cette polémique est d’autant plus forte qu’un précédent a déjà mis à mal l’entreprise dans sa politique RH et donc dans la remise en cause des valeurs véhiculées par sa marque employeur. On perçoit donc aisément la nécessité de prise de parole du dirigeant pour la sauvegarde de ce qui a fait son succès.

PGJsb2NrcXVvdGUgY2xhc3M9InR3aXR0ZXItdHdlZXQiIGFsaWduPSJjZW50ZXIiPjxwIGxhbmc9ImZyIiBkaXI9Imx0ciI+Q2UgcXVlIG5vdXMgdm91bG9ucyB2b3VzIGRpcmUuIDxhIGhyZWY9Imh0dHBzOi8vdC5jby9TdnprMHJFV1lJIj5waWMudHdpdHRlci5jb20vU3Z6azByRVdZSTwvYT48L3A+Jm1kYXNoOyBMZSBTbGlwIEZyYW7Dp2FpcyAoQExlU2xpcEZyYW5jYWlzKSA8YSBocmVmPSJodHRwczovL3R3aXR0ZXIuY29tL0xlU2xpcEZyYW5jYWlzL3N0YXR1cy8xMjE2NDI5MjI4MzE4NzY1MDU3P3JlZl9zcmM9dHdzcmMlNUV0ZnciPkphbnVhcnkgMTIsIDIwMjA8L2E+PC9ibG9ja3F1b3RlPiA8c2NyaXB0IGFzeW5jIHNyYz0iaHR0cHM6Ly9wbGF0Zm9ybS50d2l0dGVyLmNvbS93aWRnZXRzLmpzIiBjaGFyc2V0PSJ1dGYtOCI+PC9zY3JpcHQ+

Club des néfastes interdits.

Le temps de la fête du slip qui pouvait passer inaperçue est terminé. On a tous entendu parler de ces salariés qui ont été licenciés après avoir insultés leur patron sur les réseaux sociaux. Néanmoins, cet exemple est légèrement différent et met en avant l’influence que peut avoir l’émotion.

Contrôle moral à l’heure des réseaux sociaux, hors du cadre législative ou des procès se tiennent via Twitter, l’info en continu et la vox populi.

La question n’est donc pas tant de savoir s’il est nécessaire de résister ou non à la pression externe mais plutôt de s’interroger sur la façon pour une entreprise de se prémunir des actions de ses collaborateurs, car à pisser contre le vent on mouille sa chemise.