Elle est apparue en premier en Corée du Sud, Singapour et en Chine dès les mois de février et mars. S’inscrivant dans le cadre de la pandémie de Covid-19, l’application StopCovid a été lancée en France le mardi 2 juin 2020.

Le fonctionnement de l’application

Celle-ci s’appuie sur le principe de traçage. C’est-à-dire que l’application mobile est capable d’informer les personnes ayant été en contact pendant un certain temps (ici plus de 15 mn), avec une personne testée positive au virus, qui est donc considérée comme potentiellement contagieuse.

Un contact est défini « comme la présence de deux smartphones dans un rayon de 1 mètre pendant plus de 15 minutes ». Pour chaque identifiant, un codé alphanumérique anonyme est généré pour chaque smartphone utilisant l’application. Un pseudonyme est aussi utilisé et modifié toutes les 15 minutes, construit à partir de l’identifiant.

Elle a notamment pour objectif de prévenir le risque d’un potentiel rebond de l’épidémie.

L’application StopCovid permet donc de détecter les smartphones proches, dotés de cette dernière, et enfin de déterminer s’il y a eu contact avec une personne contagieuse ou non. Ici, c’est à l’utilisateur de l’application, d’indiquer qu’il a été porteur du virus. Et cela, grâce au certificat numérique, qu’il se verra délivré par un médecin ou un laboratoire.

Des débuts très timides

Seulement voilà. Presque 3 semaines après son lancement, les chiffres ne sont pas ceux espérés. En effet, seul 2% de la population française a téléchargé l’application, selon le dernier pointage, c’est-à-dire 1,5 millions d’activation pour l’heure.

Ce scepticisme des utilisateurs n’est pas visible en dehors des frontières. Et c’est notamment le cas en Allemagne. L’application baptisée Corona-Warn-App, a été téléchargée 9,6 millions de fois par les allemands. Contrairement à l’appli française, Corona-Warn-App est basée sur un protocole défini par Apple et Google. Ce protocole est sensé assurer une meilleure confidentialité (des failles de sécurité ont déjà été décelée pour StopCovid), puisque les informations sont stockées dans le smartphone, et non sur serveur centralisé.

Un flop qui coûte cher

Pour couronner le tout, l’application qui au départ a été conçue gratuitement, grâce au soutien d’entreprises privées, a désormais un coût. Ce dernier s’élèverait entre 200 000 à 300 000€ par mois, comprenant les prestations d’hébergement et d’exploitation