D’abord soucieuse, puis intriguée, curieuse, et optimiste. C’est un véritable arc-en-ciel de sentiment que m’a procuré la lecture du livre « Le Bug humain ». Dans cette ouvrage, Sébastien Bohler nous explique avec beaucoup de pédagogie « pourquoi notre cerveau nous pousse à détruire la planète et comment l’en empêcher ? ». Il nous offre un nouveau regard sur la progression de la catastrophe écologique que nous vivons et nous invite, d’une façon, à reprogrammer nos cerveaux.

Avec un humour subtile, quelques termes savants et beaucoup d’expériences scientifiques, l’auteur dresse un bilan lourd de conséquence : l’Homme est programmé pour courir à sa perte. Tout cela s’explique par un élément bien plus puissant qu’il n’y paraît : notre striatum.

C’est sur cette partie de notre cerveau que se concentre la première partie du livre. Sébastien Bohler décortique alors avec nous le fonctionnement de cette structure nerveuse, notre « centre de la motivation ». En effet, dans cette petite partie de notre tête est crée la dopamine, notre molécule du plaisir. Pourquoi, alors que nous savons que l’industrie textile est l’un des plus polluant, nous prenons toujours autant de plaisir à faire du shopping ? Pourquoi sommes-nous attirés par les objets de luxure ? Pourquoi, bien qu’on sache qu’ils ne sont pas bon pour notre corps, nous nous obstinons à manger des aliments trop gras, trop sucré ou trop salé ? Pourquoi les hommes sont-ils plus attirés que les femmes par les sites pornographiques ? Pourquoi les femmes ont une tendance à être attiré par les hommes de pouvoir ? Pourquoi les vidéos de chats sont parmi les plus regardées sur le web ? Pourquoi voulons-nous toujours nous procurer les derniers nés des objets connectés ? L’essayiste répond à toutes ces questions et bien plus encore. La réponse est la même pour toute et elle est simple: notre striatum réagit à cinq objectifs fondamentaux: se nourrir, se reproduire, s’élever socialement, s’informer, et minimiser ses efforts pour cela.

Cliquer ici pour découvrir l’article dans son intégralité