Le 9 janvier 2007 : Steve Jobs changeait le monde et présentait l’iPhone 1.0

Steve Jobs a présenté la première version de l’iPhone à l’occasion de son Keynote historique le 9 janvier 2007. En réécoutant le discours de Steve Jobs aujourd’hui, on a du mal à croire que son discours a plus de 15 ans, tant il reste pertinent, voire d’autant plus, aujourd’hui. Ce qui frappe le plus dans son discours, c’est l’accent mis, non pas sur les aspects techniques de l’iPhone mais sur sa facilité d’usage.

« If you kind of make a Business School 101 graph of the smart axis and the easy-to-use axis, phones, regular cell phones are right there, they’re not so smart, and they’re not so easy to use. But smartphones are definitely a little smarter, but they actually are harder to use. What we want to do is make a leapfrog product that is way smarter than any mobile device has ever been and super-easy to use. This is what iPhone is. »

Voici le graphique que Steve Jobs présente pour introduire l’iPhone, avec le discours ci-dessus. C’est la première description de l’iPhone au grand public, et pas un seul mot sur les capacités de connectivité, la mémoire ou encore les fonctionnalités. Steve Jobs décrit l’iPhone comme un appareil avant tout « super facile à utiliser ». Pour donner encore plus de poids à son argumentation, le fondateur d’Apple n’hésite pas à utiliser ses compétiteurs en exemples à ne pas suivre. Il définit les autres smartphones comme assez intuitifs et les place au milieu de l’axe mais à gauche car ils sont « difficiles à utiliser » selon lui.

« We’re going to reinvent the phone. We’re going to start with a revolutionary user interface, is the result of years of research and development and of course it’s an interplay of hardware and software. »

Avec l’utilisation de termes comme facile d’utilisation et interface utilisateur révolutionnaire, le message et la motivation du créateur de l’iPhone est claire : le produit est pensé pour les utilisateurs. La première brique de cette révolution est donc l’interface utilisateur (revolutionary UI) La technologie multi-touch, la possibilité de naviguer sur l’appareil sans clavier physique, simplement avec le toucher va permettre de concrétiser cette ambition. La deuxième est le logiciel (software) utilisé sur l’appareil. OS, le système déjà utilisé sur les Macs d’Apple, n’est pas nouveau mais la nouveauté est d’utiliser un système opératoire préalablement conçu pour un ordinateur sur un smartphone. “We’re bringing breakthrough software to a mobile device for the first time.”

Steve Jobs évoque également l’importance du design et de l’esthétique. Parmi les rares données chiffrés qu’il présente, il mentionne la taille (3,5 pouces) – un écran qu’il décrit comme « très grand », la résolution de l’écran (160 pixels par pouces) ainsi que la largeur du téléphone (11,6 millimètres). L’accent est mis sur l’expérience : lors de la démonstration, Steve Jobs montre en temps réel comment naviguer entre les différentes applications intégrées de l’iPhone, notamment iTunes, « Vous pouvez toucher votre musique. », affirme-t-il fièrement en faisant défiler les albums disponibles sur iTunes, ce qui va provoquer des applaudissements de la foule. L’introduction de la technologie multi-touch a finalement inventé le “scroll”, si naturel aujourd’hui mais révolutionnaire il y a 15 ans.

“The iPod in 2001 changed everything about music, and we’re going to do it again with the iPhone in 2007. We’re very excited about this.”

Sans nécessairement utiliser le terme UX à proprement parlé, ce sont plutôt ses partenaires de Google et Yahoo qui vont le faire pour lui en abordant des termes comme « seamless user experience » ou « internet experience ». Le discours et la démonstration de Steve Jobs montrent que la motivation d’Apple en créant l’iPhone était de révolutionner l’expérience utilisateur en proposant un produit dont les fonctionnalités dépassent celle d’un seul téléphone avec les applications intégrées.

Les principes mis en avant par Steve Jobs sont applicables à d’innombrables produits ou services. En laissant de côté un discours technique et en ayant un raisonnement centré vers les bénéfices que l’utilisateur retire en utilisant son produit, il évoque plus le pourquoi que le comment, et c’est la raison pour laquelle l’audience est si captivée par ses arguments. En l’écoutant, il paraît tout simplement indispensable de se procurer l’iPhone : il a réussi à créer un nouveau besoin, ce qui rend sa stratégie marketing très puissante dès le début. L’iPhone est un produit puissant, certes, mais Steve Jobs a permis de le vendre avec une aisance déconcertante. A la suite de la sortie de l’iPhone, le succès était bien évidemment immédiat et les concurrents ont vite compris qu’ils étaient maintenant en retard.

Aujourd’hui, Apple est le troisième vendeur de smartphones dans le monde en termes de parts de marché mais le premier en termes de valeur, grâce à son positionnement premium : il représente à lui seul 46 % des revenus générés par les ventes de smartphones dans le monde.

Sarah Mezidi

<script src= »https://platform.linkedin.com/badges/js/profile.js » async defer type= »text/javascript »></script>