Walkman, CD, cassettes, MP3, Ipod… nous avons plus ou moins tous connus ces objets qui ont rythmés notre jeunesse musicale. Aujourd’hui notre téléphone à lui tout seul suffit pour écouter la musique qui nous plait. Le Covid y est pour beaucoup certes, mais c’est aussi et surtout avec l’évolution de la consommation musicale. Le marché est certes déjà en progression continue depuis 2017, mais il n’avait pas connu une croissance à deux chiffres depuis 20 ans : +14,3%, avec 861 millions d’euros de chiffre d’affaires (contre 753 millions d’euros en 2020).

L’arrivée du streaming

Cela commence des les années 90, le CD se vend énormément. Comme nous pouvons le voir avec le graphique ci-dessous la chute des ventes de CD coïncide bizarrement avec… l’arrivée d’Internet !

Dans un premier temps, les maisons de disques ne croient pas au potentiel de la « musique dématérialisée ». Le modèle économique du CD est bien en place, chacun y trouve sa part. En effet, le format « album » permettait de vendre 15 musiques à celui qui voulait en écouter une seule !


La musique en ligne c’est le trou noir, personne ne connait ce nouveau mode de consommation. A l’époque, personne ne parle encore de streaming mais plutôt de « téléchargements légal ». C’est à partir des années 2000 que les maisons de disques ont pleinement pris conscience du phénomène. La musique a donc été un des premiers domaines à être révolutionnée par l’arrivée d’Internet. Les maisons de disques ont dû apprendre à distribuer et promouvoir la musique en ligne.


En 2002, l’arrivée de la plateforme américaine « Rhapsody » et de « Deezer » confirme cette transition du physique vers le digital. Puis en 2006, c’est le suédois « Spotify » qui voit le jour. Au début de « l’ère digitale », certains pensaient que l’immense catalogue proposé allait augmenter la curiosité des auditeurs et donc bénéficier à de petits artistes.

En 2021, le streaming n’est plus une mode mais un vrai phénomène. Ce dernier a même surpassé l’industrie physique en termes de revenue.

Le marché du streaming

Le marché de la musique enregistrée voit le numérique prendre toujours plus de place. Il représente désormais 70% du total des ventes contre seulement 20% en 2011.

Une situation qui n’a rien de surprenante, le marché numérique « continue à progresser au rythme attendu » reconnaît Alexandre Lasch.
Les abonnements payants aux services de streaming, d’ailleurs, représentent aujourd’hui plus de la moitié des revenus des ventes de musique. Un marché porté par les plus jeunes, mais qui touche progressivement les tranches d’âge supérieures, suivant ainsi l’ordre naturel des choses.

On dénombre dix millions d’abonnements payants en France, ce qui correspond, avec les offres d’abonnements duo ou famille, à 14 millions d’utilisateurs dits premium. En comptant les utilisateurs sans abonnements (qui contribuent au chiffre d’affaires par la publicité), on arrive à 22 millions d’utilisateurs, ce qui signifie dans tous les cas que les marges de progrès de ce marché sont encore importantes.

La place du consommateur
Pour le consommateur, le streaming est une vraie opportunité. En effet, un abonnement coûte moins de dix euros par mois et permet d’avoir accès à un large catalogue musical. Du coté des artistes, on estime que ces derniers gagnent environ 0,0034 dollar par écoute. Par ailleurs, les plates-formes de streaming sont très inégalitaires et les sommes reçues varient évidemment sur le nombre d’écoutes. Mieux que cela, 1% des artistes se partage 90% des écoutes (et donc des recettes). En 2020, plusieurs artistes se sont soulevés contre la plate-forme afin d’augmenter les sommes générées par les écoutes.
Conclusion
Cette implantation du streaming dans le milieu de la musique a donc littéralement eu un impact conséquent sur le marché musical, ainsi que pour les artistes et évidemment a permis de faire apparaître un nouveau mode de consommation. Si ce sujet vous intéresse je vous invite à lire mon mémoire que vous retrouverez dans quelques semaines, qui portera sur la problématique suivante : Comment les plateformes de streaming ont-elles révolutionné le milieu de l’industrie musicale ?