Suite à la publication de sa vidéo sur la Transformation digitale de l’art, Claire Chabod aborde les enjeux inhérents au marché de l’art et des ventes aux enchères.
Dans ce cadre, mon propos visera à étayer les points soulevés au travers de la vidéo.

En 2 minutes, Claire traite du rebond du marché des enchères en 2021 et de l’impact du digital sur cet essor. En effet, les parties prenantes aux ventes aux enchères voient leur expérience évoluer grâce aux nouvelles technologies et notamment l’intelligence artificielle.

Le conseil des ventes a publié en février un article annonçant que pour la première fois de son histoire, le produit des ventes aux enchères publiques en France a atteint la barre des 4 milliards d’euros soit une augmentation de 40%.
Marché en pleine expansion, les prospectives d’avenir sont fascinantes. Claire fait d’ailleurs une ouverture à la fin de sa vidéo:

Et demain ?

Le public s’est véritablement élargi et est entrainé par les nouvelles tendances de consommation et l’innovation digitale. 

Aussi, il y a un véritable regain d’intérêt de la part des médias avec les nouveaux produits vendus. En effet les émissions et reportages comme sur Brut ou France2 se multiplient. 

Les outils marketing sont aussi un facteur qui permet de toucher un public plus large notamment lors de dispositifs d’investissement publicitaire en display ou en paid social. 

La propriété d’œuvre elle-même se réinvente avec la propriété fractionnée. Sur le même principe d’une action en bourse, certaines plateformes proposent de détenir un petit bout de propriété d’œuvres d’art ou d’objets de collection. 
Transformer un tableau à 6 millions de dollars en 284.420 parts à 20 dollars pièce: c’est l’opération qu’a réalisée, sur le papier, la plateforme Masterworks, avec « The Mosque », de Jean-Michel Basquiat, au printemps 2020.  
N’importe qui peut donc désormais profiter directement d’une hausse de la valeur de ces biens, comme un collectionneur fortuné. 

Les monétisations futures 

La maison de ventes aux enchères Sotheby’s admet désormais les offres en ether (ETH) en temps réel pour les enchères depuis le 18 novembre et exposeront des œuvres du street-artist Banksy. 
Sotheby’s avait également prévu la sortie d’une plateforme dédiée aux tokens non fongibles. La célèbre maison de vente aux enchères exposait ainsi les NFT à un nouveau public constitué de collectionneurs connus pour leur goût de luxe. Paris Hilton a d’ailleurs décidé de vendre une partie de sa collection NFT personnelle sur la plateforme. 
La maison de vente concurrente Christie’s a démocratisé en premier l’ETH comme moyen de paiement lors d’une vente aux enchères des NFT CryptoPunks. Christie’s a également vendu aux enchères l’œuvre d’art numérique The First 5000 Days de Beeple pour plus de 69 millions de dollars. La société Phillips a accepté l’ETH et le BTC lors des enchères du Laugh Now Panel A de Banksy, qui s’est vendu pour plus de 3 millions de dollars en juin 2021.

La mutation de l’expérience client 

Historiquement, les collections se composaient de tableaux ou de sculptures. Mais depuis quelques mois, il est désormais possible de collectionner des objets ou des documents virtuels tels que des formats png, mp4 ou même un tweet. Un nouveau marché de collectionneurs s’est développé, pour le plus grand bonheur des entreprises du numérique. Cette révolution dans le marché de l’enchères cumule plusieurs avantages : 

La remise en main propre n’est plus nécessaire. Le processus d’achat sous forme de NFT est suffisamment simple pour réunir une communauté d’acheteurs et de collectionneurs.  

L’aspect unique de l’œuvre contribue nettement à susciter l’intérêt des collectionneurs. 

Les collectionneurs sont surtout intéressés par l’aspect unique de l’œuvre. En principe, les œuvres digitales pourraient être dupliquées mais grâce aux NFT, les collectionneurs peuvent acquérir ces œuvres numériques de manière unique qui deviennent, par cette transaction, des œuvres à part entière.    

L’élimination des coûts d’attente entre vendeur et acheteur permet ainsi de vendre plus rapidement et plus efficacement des produits ou des services. Contrairement aux enchères classiques, les œuvres vendues aux enchères en ligne coûtent dix fois moins chers.  

Les maisons de ventes aux enchères s’adaptent aux nouveaux besoins des participants et mettent également en place des visites virtuelles en 3D et diffusent des contenus vidéos permettant d’accéder aux moindres détails des lots proposés via des images en haute définition. 

Il existe également d’autres mutations émergentes dans la retransmission des ventes en direct de plusieurs pays. En effet, les organisations s’assouplissent visant à gagner du temps et réduire les coûts.