L’expérience utilisateur a-t-elle un rôle à jouer dans la sobriété numérique ? 

Et si l’expérience utilisateur avait son mot à dire dans la réduction de la pollution des usages numériques ? Et si un produit, dès sa réflexion, intègre l’impact qu’il peut avoir sur le climat pourrait changer les choses ? Ce sont des questions qui en plus d’être d’actualité, pourrait être une réalité. 

C’est en se posant toutes ces questions que nous avons interviewé une experte UX/UI travaillant dans un grand groupe français.

interview

L’UX design est-il aujourd’hui utilisé pour favoriser des comportements numériquement sobres, ou au contraire pour favoriser une addiction au digital ?

L’UX design est utilisé pour favoriser une addiction aujourd’hui. Les compétences UX sont utilisées pour faire revenir un utilisateur le plus possible sur un site/appli. 

Tristan Harris, cofondateur du Center for Humane Technology, travaillait chez Google en tant qu’éthicien du design chez Google. Il a été écoeuré de son expérience et il a décidé de quitter son job. 

Il voulait revenir aux fondamentaux du métier d’UX designer. Il a donc créé son courant : le courant design éthique, par lequel il souhaite créer du bien être chez l’utilisateur final. Il souhaite que le produit ait un impact positif sur son expérience.

« La solution de facilité est de faire revenir et de créer de l’addiction. »

L’UX design est-il aujourd’hui utilisé pour favoriser des comportements numériquement sobres, ou au contraire pour favoriser une addiction au digital ?

La solution de facilité est de faire revenir et de créer de l’addiction. Finalement ce n’est pas une bonne expérience utilisateur car il n’y a pas de réel intérêt pour l’utilisateur. Selon l’utilisateur, il y a un intérêt mais c’est parce qu’on lui fait penser.
Mais créer de l’addiction n’est pas le but d’un UX designer, normalement. 

L’UX designer, son métier c’est de prendre soin du bien être utilisateur, en prenant en compte toutes les externalités négatives lors de la création d’un produit/service. Y compris la pollution à la conception.

La sobriété numérique est-il un sujet d’actualité pour les entreprises ?

La sobriété numérique n’est pas encore complètement intégrée dans les entreprises, voire pas du tout. L’aspect business est très souvent privilégié. Il faut qu’un produit soit rentable, s’il crée de l’addiction tant pis.

Attention,  créer moins d’addiction ne revient pas forcément à faire moins de profit. 
Mieux dépenser son temps et ne pas le polluer. Ce n’est pas antipodes du business
L’UX designer son métier c’est de prendre soin du bien être utilisateur, en prenant en compte la pollution à la conception aussi. 

Et donc cela a un meilleur impact sur la vie de l’utilisateur.

A votre avis, pourquoi ce n’est pas davantage pris en compte aujourd’hui ?

Il faut se projeter sur le long terme pour voir des effets positifs, ça évolue quand même. 

Je pense aussi que le besoin d’un déploiement rapide d’une solution prend le dessus sur la sobriété. On mise sur une mise en production rapidement quitte à oublier les éléments de réflexion de la sobriété.

Réfléchir sur la sobriété d’un produit demande du temps et des réflexions supplémentaires.  Cela demande de se projeter sur l’avenir du produit, comment il va évoluer. 

Je pense aussi qu’il y a un manque de compétences et de sensibilisation sur ce sujet.

Et plus largement, faire de l’UX design “éthique”, est-ce ancré dans les mentalités ? 

Il faut plusieurs années pour qu’un courant puisse être intégré, investit dans une entreprise.

Finalement le design éthique est assez émergent, pas à un niveau de maturité élevé. Nous en sommes seulement aux premières marches. Mais quelques entreprises essayent de se lancer.

Aujourd’hui, je considère plus le design éthique comme une utopie et non une réalité. Notamment parce qu’il y a une grosse pression sur les objectifs de croissance. 

De plus, il faut se projeter sur le long terme pour voir les effets positifs d’un tel courant.

Quel serait votre mot de la fin sur ce sujet ?

Mon mot de la fin, serait qu’il est important de se concentrer sur tous les impacts que notre produit peut avoir.
De l’usage jusqu’à la conception. Lors du design thinking il est important de prendre en compte tout ce que peut engendrer notre produit. 

Ce qu’il peut engendrer sur la vie au quotidien des utilisateurs, mais aussi son impact sur l’environnement.

Je voudrais aussi ajouter qu’on oublie très souvent que travailler sur l’expérience utilisateur c’est se concentrer sur donner l’expérience utilisateur la plus positive. Ne pas créer d’addiction mais répondre au besoin réel de l’utilisateur.