Catégories
Content Marketing Digital Marketing e-marketing E-transformation du monde Non classé Social Media

Interview avec Mayssa Maamer : Découverte du métier d’E-PR


Interview avec Mayssa Maamer : Découverte du métier d’E-PR

Peux-tu te présenter en quelques mots ?

Mayssa Maamer, je dirige une agence d’évènementiel et de relations presse et relations
publiques en Tunisie. L’agence s’appelle M&M. J’y travaille avec mon mari donc M
pour Mayssa et M pour Mohamed Ali.

Quel a été ton parcours ?

J’étais au lycée Pierre Mendes France ou j’ai obtenu mon BAC S. Par la suite je suis parti à
Paris pour faire une licence en Economie et Gestion à la Sorbonne. J’ai ensuite enchainé par un
master 1 spécialisé en information de la communication à l’institut Français de Presse. Pour
compléter ma formation j’ai fini avec un master 2 en évènementiel, relations presse/publiques à
l’ESC Paris.
A la fin de mes études j’ai décidé de rentrer en Tunisie. J’ai commencé par travailler dans une
agence de communication puis ensuite dans un groupe de textile et finalement j’ai décidé de
me lancer et d’ouvrir mon agence.

Que propose ton agence M&M ?

On travaille en collaboration ou pour des entreprises dans la création d’évènements, ce qu’on
appelle dans notre jargon « l’événement corporate » et on travaille aussi sur des événements
qu’on développe par nous-même pour des endroits publics comme des restaurants ou des boites
de nuit partout en Tunisie.
Dans notre agence on a aussi le volet relations presse/publique pour les évènements de type
inaugurations et les ouvertures. On est chargé de relayer l’information à travers les médias et
les réseaux sociaux. Et finalement on a le volet E-PR qui sont les influenceurs et les bloggeurs
à qui on fait appel pour certaines de nos opérations.

Qu’est-ce que l’E-PR ?

Le E-PR n’est pas une science exacte. De ma propre expérience pour moi le métier de manager
d’influenceurs est qu’il va enfaite être le médiateur entre l’influenceur et la marque qui fait
appel à lui c’est à dire que le manager va réceptionner les demandes des différentes marques
que ce soit par email ou par téléphone et il va s’occuper de tout le processus de recherche sur Page | 58
la marque et le ou les produits qu’elle veut promouvoir et ensuite gérer tout le travail qui v
être fait par la suite.
Le manager c’est vraiment un intermédiaire parce qu’il sait autant parler la langue du client, de
la marque et à la fois la langue de l’influenceur qu’il représente. Il est là tout simplement pour
simplifier le dialogue, les échanges et aussi pour faire en sorte que l’influenceur comprenne ce
qu’on attend de lui.

Comment gérer les entreprises proposant un partenariat sur un voyage ?

Déjà ce qu’il faut savoir c’est que on fait de plus en plus appel aux influenceurs pour les voyages
maintenant. Rien qu’en 2019 Raya a été sollicité pour 12 destinations différentes. Il y a une
chose cruciale à vérifier en premier lieu : LA SECURITE
Dans ce genre de situation on ne fait pas la promotion de maquillage ou de vêtements il s’agit
d’un déplacement qui nécessite beaucoup de préparation et surtout beaucoup de procédures
administratives. (Rires) Généralement lorsqu’il s’agit d’une compagnie aérienne, une marque à
l’étranger ou un événement publique la proposition est un aller-retour de 3 jours maximum à
leur frais en condition de posts et de stories sur Instagram. Il s’agit de voyage assez épuisant
mais c’est souvent ce qu’on nous demande le plus souvent.
Dernièrement Raya a été invité au World Influencers Congress en Ouzbékistan du 22 au 27
Aout dernier où j’ai eu la chance de pouvoir l’accompagner et ce voyage a été
Organisé par le Comité d’État de la République d’Ouzbékistan pour le développement du
tourisme, le Ministère de la culture et le Ministère des affaires étrangères de l’Ouzbékistan.
Le but de l’événement était de faire la promotion de leur territoire mais également une sorte de
meeting géant entre des influenceurs du monde entier. Ça été une opportunité pour Raya de
rencontrer de nouvelles personnes qui ont été de belles rencontres autant sur le plan
professionnel que sur le plan personnel.
Ça été pour elle une sorte de Win-Win. Elle a vécu une expérience incroyable et elle a pu
accroitre sa visibilité sur les réseaux à l’échelle internationale en rentrant des gens qui partagent
le même métier et la même passion qu’elle.
Elle a aussi été contacté par des agences de voyages pour faire la promotion de certaines
destinations et activités. Elle a eu l’occasion d’aller aux Philippines, à Bangkok et en Jordanie.
Généralement toute l’organisation du voyage est à la charge du client. Ce type de voyages sont Page | 59
quand même assez éprouvants. Ça fait rêver sur les photos mais en vrai il y a énormément de
travail et d’efforts derrière tout ça.
En acceptant ce genre de contrat on doit se plier à des plannings souvent très chargé en activités,
des shootings photos et en après il reste très peu de temps libre.
Ensuite pour le rendu, on se mets souvent d’accord lors de la signature du contrat le type de
contenu que le client veut. On nous demande de plus en plus de vidéos maintenant et le montage
ça prend beaucoup de temps ! (Rires) On met en place aussi un calendrier de publications.

Quelles sont les difficultés du métier de manager ?

Je pense que la plus grande difficulté c’est qu’en tant que manager tu dois en plus de te gérer
et de gérer ton travail tu dois gérer les autres et aussi leur travail pour pouvoir donner le résultat
qu’on a en tête et surtout qu’on a promis au client. (Rires)
Après voilà comme dans tous métiers ça nous arrive d’avoir des désaccords et des sauts
d’humeur mais au final on prend ça comme des challenges. Par exemple dans l’organisation des
évènements ça nous arrive de pas avoir obtenu les autorisations, les problèmes administratifs et
tout ça dont on a besoin mais on arrive toujours à rebondir et à trouver des solutions.
Et puis de toutes les manières tu dois gérer tu n’as pas le choix.
Un conseil pour les jeunes qui souhaitent devenir manager d’influenceurs ou influenceurs ?
Ce que je conseille c’est de vraiment s’informer sur le métier qu’on veut faire et puis on n’est
pas tous né bon manager c’est quelque chose qui s’apprend. Si je peux donner un conseil c’est
de ne pas peur de vivre de nouvelles expériences parce que c’est comme ça qu’on apprend au
niveau professionnel mais surtout sur le plan personnel. L’important dans ce domaine est
d’avoir un bon réseau et pour ça il ne faut pas avoir peur de l’inconnu car c’est souvent comme
ça qu’on vit nos plus belles expériences. Et puis maintenant la communication s’est développée
en Tunisie on a les salons ou les jeunes peuvent s’informer et se documenter sur les différentes
formations, les différents types de métiers de la communication parce que maintenant on a de
plus en plus de nouveau métiers.

Quelle est la clé du succès d’après toi ?

Dans le monde de la communication il est important d’être persévérant et d’avoir confiance en
soi parce que c’est un milieu où il y a beaucoup de concurrence et le meilleur se différencie par
son authenticité et son originalité mais surtout son efficacité et bien sûr il n’y a rien de tout ça
sans travail je dirai même beaucoup de travail ! (Rires)
Quand tu aimes ce tu fais et que tu n’as pas l’impression que se lever tous les matins en voyant
le travail comme une corvée alors pour moi tu as tout gagné.

Laisser un commentaire