Instagram, plus un jeu d’enfants !

Vous avez tous du apercevoir une photo ‘ déglamourisé ’ de Guillaume Canet ou de Marion Cotillard sur votre fil d’actualité Instagram. Simple jeu de couple ‘ cap ou pas ’ou gros coup de buzz ? Dans une société médiatique ou la vanne est la reine, ils auraient tort de priver la sortie prochaine de leur film en commun d’une communication presque gratuite, d’autant plus que les journaux et sites d’information relaient leur ‘ battle ’ on et off line et que les fans apprécient. Chaque photo a recueilli des dizaines de milliers de ‘ J’aime ’ et plus de 1000 commentaires.

En ayant un deuxième regard sur les photos les poses présentées semblent être préméditées. Toute cette ‘ guéguerre ’ est vraiment très contrôlé par les hashtags qui accompagnent les photos et qui mettent sur la piste d’une guerre de star.

Les medias jouent le jeu aussi et viennent souligner ‘les photos ringardes’, mais au fur et a mesure les titres un peu plus ‘posés’ se transforment en article dénonçant avec gentillesse la publicité du film à venir, de Guillaume Canet, avec Guillaume Canet et Marion Cotillard, à savoir Rock’n Roll.

Au delà de cette pseudo guerre, drôle ou pas, selon que l’on adhère à l’esthétique de la vanne comme mode de communication comme le font Marion et Guillaume, prenant le risque de descendre de leur piédestal en s’affichant dans des positions moins glamour que celles qu’on a l’habitude de voir. La publicité est très vivace et a de beaux jours devant elle.

Les marques et autres objets de communication d’influence, livres films etc. ont reconnu et vu le potentiel publicitaire des réseaux sociaux, Celle qui n’est pas sur Facebook, Pinterest, Twitter ou Instagram risquerait de rater le train d’une communication qui se présente comme directe, transparente, en relation direct avec les consommateurs ou publics. La publicité que permettent les réseaux sociaux, comme dans le cas qui nous intéresse ici, joue le floutage des limites entre information et communication, notamment sur l’idée que sur leurs compte personnels puisqu’ils sont à leur nom, les acteurs donnent accès à leur vrai vie et non à une vie jouée. Cela rendu possible par le fort imaginaire de transparence lié à ce type de dispositif. Les deux acteurs dispensent à leur public, pour leur film, de petits spectacles publicitaires quotidiens sur les réseaux sociaux, fournissant des récepteurs consentants l’idée d’une prise directe et la rassurante certitude que tout n’est pas parfait dans le monde des stars.