Selon une étude de Deloitte seulement deux tiers des PME françaises possèdent un site internet contre trois sur quatre en Europe… et seulement une sur huit possède un site marchand ! Les PME françaises sont à la traîne comparé à leurs voisins du nord de l’Europe.
Désormais leurs dirigeants n’ont désormais plus le choix : la transformation digitale des PME passera par eux, il s’agit d’une question de survie face à des start-up avec de nouveaux usages et prêtes à disrupter le marché.
Analyse des freins rencontrés par les petites et moyennes entreprises à leur transformation digitale.

freins PME transfo digitale

Le coût pour les PME

Les PME doivent aborder le numérique comme un investissement et non comme un coût.

Certes celui-ci n’est pas négligeable mais il est souvent mal appréhendé. Aujourd’hui ce sont moins les outils de production que le coût de fonctionnement qui nécessitent du budget.

Un site web, marchand ou pas – peut facilement être développé sur un CMS gratuit comme WordPress, Joomla, Drupal ou Prestashop pour le e-commerce pour les plus connus. Les coûts à engager concerneront certes un développement mais surtout la mise à jour des contenus ou encore sur le référencement naturel (SEO).

Car que vaut un site marchand dont les stocks et les fiches produits ne sont pas à jour ? Ou un site qui n’apparaît pas dans les résultats des moteurs de recherche sur les produits qu’ils proposent ? Quel impact pour l’image de la marque ? Vous connaissez la réponse…

Le facteur « temps »

Les dirigeants des PME sont sur tous les fronts ! Commerce, gestion de budget, bilans, resources humaines, développement du business… Ils manquent cruellement de temps.

Ce facteur « temps » est un élément indispensable pour repenser la stratégie de l’entreprise par le prisme du digital. 

Mettre en place une nouvelle approche nécessite de réorganiser les process de l’entreprise, la manière de travailler, de vendre ses produits… et cela prend beaucoup, beaucoup de temps.

Les PME évoquent aussi la crainte de « rater » leur digitalisation et de perdre du temps et de l’argent. Elles observent bien l’investissement et les moyens mis en œuvre par les grands groupes et elles craignent de ne pas être à la hauteur.

Les compétences 

Les PME connaissent les outils à leur disposition mais elles manquent souvent de compétences digitales pour mettre en oeuvre leurs projets numériques.

La gestion de projets, la maîtrise d’ouvrage, le recettage de projets digitaux sont des compétences qui se font rare au sein des PME et tout particulièrement au sein des TPE comme les commerçants.

Comment récupérer ses données propriétaire ? Comment gérer une reprise de données ? Avec quelles fonctionnalités, pour quels usages et avec quel outil ?

Les compétences humaines en gestion de data se paient chers et les PME n’ont pas toujours les moyens de se payer ce type de profil à demeure.

La sécurité

La crainte de perdre le contrôle est un frein important pour les PME : le vol de données ou le hacking du site web.
La peur d’être critiqué sur les réseaux sociaux est aussi exprimée… Quand bien même, ne pas être présent n’empêche pas les consommateurs mécontents de s’exprimer sur le web. Etre présent sur les réseaux sociaux permet d’avoir une meilleure visibilité de ce qui se dit grâce aux notifications et pouvoir répondre rapidement aux détracteurs : le nerf de la guerre !

La compréhension des nouveaux usages

Il existe aussi parfois un manque de dynamisme de la part de la direction pour se entamer leur révolution digitale. Il ne faut pas négliger la méconnaissance des nouveaux usages. Cela est un réel frein qui est le plus souvent porté par des dirigeants  qui n’ont tout simplement jamais été formés à ces nouveaux usages et enjeux porteurs de croissance.

Au sein d’une PME, une nouvelle orientation aussi forte que celle de la transformation digitale ne peut être impulsée et portée que par la direction générale.

Seulement 33% des entreprises pensent que leur activité cessera si elles n’ont pas opérées leur transformation digitale dans les cinq ans à venir.

Le changement

Qui dit transformation digitale dit changement profond d’organisation. Toutes les fonctions de l’entreprise se voient impactées.

Une nouvelle approche marketing avec par exemple une présence online et off line nécessite d’adapter voir même de repenser le back office, les modes de facturations, de règlement, la politique de coût qui peut intégrer des frais de livraison…

Des solutions existent… à découvrir dans le prochain article !