Depuis cinq ans, je m’intéresse fortement au secteur du textile, et plus particulièrement d’un mode de consommation qui fait son grand retour sur ce marché : la seconde main.  Dans le cadre de ma formation en MBA Spécialisé Digital Marketing & Business à l’EFAP – École des nouveaux métiers de la communication, j’ai réalisé une thèse sur ce sujet afin de voir comment le digital peut aider à étendre ce marché. On m’a alors fortement recommandé de lire l’ouvrage Le Retail face aux nouveaux modes de consommation : S’adapter ou disparaître, de Estefania Larranaga et de Lucie Soulard. Je souhaite donc vous partager dans cet article ma fiche de lecture reprends les grandes lignes de ce livre, qui pour moi est un indispensable aux marques qui souhaitent « survivre » et/ou prôner un mode de consommation plus responsable.

Le retail face aux nouveaux modes de consommations

Face aux nouvelles technologies et à la prise de conscience écologique des consommateurs, de nouveaux modes de consommation plus responsables ont vu le jour. En effet, le prix d’un produit n’est plus le seul facteur qui pousse à l’acte d’achat. Les consommateurs souhaitent désormais plus de transparence, moins d’impact sur l’environnement ainsi que sur l’humain. Si les marques souhaitent acquérir de nouveaux clients et fidéliser ceux déjà existants, ils doivent impérativement s’adapter en prenant en compte toutes ces nouvelles attentes. L’une d’entre elles est justement l’explosion du marché de l’occasion, et par conséquence de la seconde main dans le textile. Cet ouvrage a justement pour vocation d’accompagner les entreprises qui souhaitent participer à cette transformation du marché, en leur exposant les évolutions et solutions qui se présentent à elles. 

Derrière ce travail de recherche, on retrouve deux femmes,  Estefania Larranaga et Lucie Soulard. Anciennes efapiennes, elles ont décidé d’aller plus loin que leur thèse en publiant cet ouvrage et en fondant Place2Swap. Il s’agit de la première marketplace d’économie circulaire intégrée aux marques. Elle leur permet de revendre des invendus ou des produits d’occasion sur la même plateforme. 

Ce livre se compose de trois parties  se basant chacune sur des recherches menées, des interviews et des outils. 

Une première partie de l’ouvrage est consacré à l’évolution des rapports entre les marques et les consommateurs. Même si on peut observer deux ruptures  (Apparition des Grands magasins et la Seconde Guerre Mondiale) bouleversant ces rapports, l’arrivée d’Internet fut celle qui marque une énorme bascule.  Ce travail de recherche revient donc sur l’émergence des pure players, du mobile first et des réseaux sociaux ayant pour conséquence de créer des communautés, de la mobilité et d’intégrer un modèle d’omnicanalité. Auparavant, les relations étaient purement transactionnelles. Désormais, c’est le consommateur qui a pris le pouvoir. Comme on le dit si bien, le client est roi.

Naissance de nouveaux modes de consommations

Dans la deuxième partie, il est exposé les nouvelles attentes des consommateurs afin de répondre à des valeurs éthiques, qui relèvent de l’écologie. On observe de nouveaux modèles de consommation dit plus responsables. Les autrices reviennent donc sur ces différents modèles : économie « on demand », économie collaborative, marché de l’occasion et économie circulaire.  

La dernière partie est consacrée aux solutions qui se présentent aux entreprises pour les aider à s’adapter. Dans le cas contraire, elles seront amenées à disparaître. Estefania Larranaga et de Lucie Soulard ont décidé de se pencher sur deux modèles économiques en particulier qui est l’économie collaborative et l’économie circulaire. Le but étant pour elles de proposer une stratégie de marque responsable tout en restant rentable. 

Ayant réalisé un mémoire sur la seconde main également, j’ai eu la chance d’observer une réelle progression des consommateurs vers des modèles plus responsables. D’autant plus que j’avais rencontré des difficultés à trouver de la documentation sur ce mode de consommation. Il est de moins en moins difficile aujourd’hui de lire des travaux sur le sujet. Cependant, il reste encore beaucoup de lacunes et de méconnaissances. Cet ouvrage est donc pour moi une véritable mine d’or qui a su me guider tout au long de ma thèse. Si vous travaillez dans le retail ou dans un autre secteur en changement, je vous invite à lire cet ouvrage. Évidemment, les curieux sont fortement encouragés à le lire également.