Fake news, addiction, courses aux likes, faux comptes,… Depuis quelques temps déjà, le réseau social Facebook enchaîne les critiques de plus en plus acerbes. Après plusieurs semaines de rumeurs et une mise à jour de l’algorithme (engagement bait) en  décembre dernier, la nouvelle est tombée jeudi 11 janvier.

« BRINGING PEOPLE CLOSER TOGETHER » 

Par un post sur son compte (et un article d’Adam Mosseri dans la NewsFeed du réseau social), Mark Zuckerberg annonce officiellement que Facebook va redevenir un réseau social. Les publications des amis et de la famille seront privilégiées au détriment des marques.

 

Dans son post, le fondateur de Facebook nous dit : « Nous nous sentons responsables de veiller à ce que nos services ne soient pas seulement amusants à utiliser, mais aussi bons pour le bien-être des gens » (…) « Avec cette mise à jour, nous prioriserons également les messages qui suscitent des conversations et des interactions significatives entre les gens ». 

En clair, le reach des pages, le temps passé à regarder des vidéos et le trafic vont considérablement baisser.  Dans les pays où la fonctionnalité a été testée depuis le mois d’octobre, comme la Slovaquie, le Guatemala ou la Bolivie, les médias ont observé une chute importante de visites de leurs sites web en provenance du réseau social Facebook. 

Une bien mauvaise nouvelle pour la communauté des Social Media managers…

Face à cela, il ne reste plus qu’à investir fortement en achat media ou bien à adapter sa stratégie de contenus…

Dans tout les cas…

LE CHANGEMENT SUR FACEBOOK C’EST MAINTENANT !

Pour exister sur Facebook, les marques n’auront donc plus le choix : ENGAGER !  Recruter massivement n’a aujourd’hui plus aucun sens. Vous pouvez avoir une page de plus de 200K abonnés mais si vous suscitez seulement 10 interactions/publications…Vous n’existez pas socialement. Aujourd’hui, la priorité est donc à l’engagement – et encore plus depuis l’annonce de Mark Zuckerberg.

Mais attention, engagement doit rimer avec   « sens » (vs vote/react/share/tag/comment baiting).  Faire des posts « fun » pour obtenir de l’interaction, est-ce générer de l’engagement ayant du sens ? Non.  C’est tout l’enjeu des marques : obtenir plus de commentaires… que de likes.

En 2018, voici 3 axes à suivre… ou pas 🙂 

Qualité vs Quantité tu privilégieras 

Dans les semaines à venir, l’algorithme va  “favoriser les posts, photos et vidéos qui seront partagés et commentés par les utilisateurs et leurs amis au détriment de ceux proposés par les entreprises et les éditeurs de presse” explique le Wall Street Journal.  Publier moins mais mieux devra être un impératif !

En terme de contenus, il conviendra – par exemple – de privilégier les formats vidéos permettant d’allonger la durée de vie du contenu, de créer des teasers pour capter l’attention de la communauté, de favoriser la conversion en systématisant les call to action, de développer le live, de s’appuyer sur des producteurs de contenus (Brut, Explicite, Melty, Topito, Marmiton, Demotivateur,…)

En clair… s’il fallait dorénavant aborder les contenus sociaux comme des concepts ?  Des mini- happenings ? Des mini-expériences sociales à faire vivre à sa communauté ?  Et dire au revoir au bon vieux traditionnel calendrier de publications quotidiennes ? 

En mode test & learn tu seras 

Rester en veille permanente sur ce qui se fait en France comme à l’étranger, tester et apprendre,… Une approche disruptive est essentielle pour pouvoir rebondir, affiner sa stratégie digitale, proposer du contenu adapté.  Les sites d’informations – par exemple – pour rebondir à l’annonce faite, explorent le potentiel des Groupes de la plateforme. Une priorité en 2018 pour les sites d’informations français.  Aux Etats-Unis, le Washington Post, Bloomberg ou encore le Financial Times ont ouvert des groupes très spécialisés. Rejoindre ces groupes peut se faire de plusieurs manières. « Soit les journalistes d’un média infiltrent ces communautés, les alimentent en infos, poussent leurs articles et participent à la conversation, explique un éditeur. Soit un média crée son groupe sur un thème légitime pour lui et anime une communauté intéressée. »

(Source : LesEchos.fr  14/01/2018)

Sur la publicité tu miseras

C’était déjà le cas, cela le sera encore plus.

En 2018, la publicité digitale aura le vent en poupe ! Pour être visible sur Facebook, il faudra continuer à alterner publications organiques et publications sponsorisées.. Et à augmenter le budget media.

Mais… 

Qu’en sera t-il pour les « petites » pages ? Celles de marque/entreprise/artiste encore peu connues, de lieux de proximité (restaurant, bars, espace culturel), de prestataires de services…

Qu’en sera t-il de tous ceux qui n’ont pas le budget media / contenu pour suivre ?

Facebook deviendra t-il le réseau social de quelques marques privilégiées qui investissent déjà en masse et continueront à investir ?