Est-ce que le digital déshumanise notre façon de socialiser ?

Amour et digital: les applications de rencontre miroir de l’évolution de notre société ? 

Pour mon troisième, article au sein du MBA DMB j’ai décidé d’aborder le sujet de mon mémoire. Pour celui-ci, je vais parler des applications de rencontre et du digital et de l’impact qu’ils ont sur notre façon de socialiser. 

Mais comme on dit jamais 2 sans 3… Alors c’est parti pour écrire un deuxième article sur ce sujet !

Aujourd’hui, j’aimerais parler de comment avec le digital, nous avons changés notre façon de socialiser. Mais plus précisément, de comment les applications de rencontre et le digital ont déshumanisés notre façon de faire des rencontres.  Avant ou quand nous étions petits, pour parler avec une personne, pour nous faire des amis ou encore pour draguer, on allait vers la personne. On allait lui parler face à face sans passer pas par un écran. On devait aborder l’individu. Chose que de nos jours nous ne faisons plus du tout ! Et je trouve cela perturbant, de me dire que nous trouvons ça bizarre d’aller aborder un inconnu dans la rue, mais pas étrange de parler avec un inconnu sur internet. Pourquoi nous nous sentons plus en sécurité sur internet que dans un espace public ? 

C’est étrange, mais, si vous demandez à vos parents ou même à vos grands-parents. Ils vont tous vous dire la même chose sur comment ils se sont rencontrés. Dans un bar, lors d’une soirée ou même dans la rue (eh oui…) pour cela, il suffisait juste de prendre son courage à deux mains et d’aborder la personne. Alors pourquoi de nos jours, c’est si difficile de faire la même ? Et pourquoi on ressent le besoin de passer par une application pour rencontrer des personnes ?

Pour moi le digital et les applications d’une certaine façon apporte de bonnes choses. Il est sûr que pour les personnes introverties ou timides, les applications ont changé la donne.  Elles nous aident à socialiser sans avoir peur ou même angoisser à l’avance de devoir interagir avec un inconnu. Plus simple de trouver quelqu’un grâce à la géolocalisation, plus simple de trouver une personne qui nous plaît grâce aux algorithmes, etc… En fait tout devient plus simple avec le digital ! 

Mais tout ne pas être positif. Pour moi, il parait évident que cela est venu aussi biaiser notre façon de rencontrer et d’interagir avec les gens. Le digital déshumanise, notre façon d’interagir d’une certaine façon. On a plus de contact humain, on ne parle plus de vive voix, on interagi plus. On fait tout derrière un écran et le pire c’est qu’on trouve ça normal. Et on en devient même accro.

Et l’émergence des applications de rencontre ne vient pas arranger ça. Certains sociologues, disent que les applications de rencontre, c’est un effet du temps. Que c’est comme un miroir et que cet effet miroir nous montre comment la société a évolué. Les relations se sont transformées. Et quand on regarde de plus près, on se rend compte que les applications ont fait apparaître un nouveau marché économique qui s’immisce dans les relations amoureuses. Ce nouveau marché, c’est l’amour… 

D’ailleurs, Lucie Pondant a fait une superbe infographie pour montrer l’impact des applications de rencontre en France ! 

Le problème avec l’avènement de ce nouveau marché et l’alliance qu’il y a eu avec le digital. C’est qu’on s’aperçoit que cela en a fait découler une hypersexualisation avec l’avènement d’Internet. Et qu’au final les gens n’ont plus la volonté de tomber amoureux.

L’hypersexualisation, le féminisme ou encore la psychologie qui émergent avec le digital va finalement créer une peur. Une peur de l’engagement et les applications de rencontre renforcent cette peur. On ne veut plus se mettre en couple, on ne veut plus tomber amoureux et on ne veut plus s’engager auprès d’une personne. De nos jours, certains chercheurs affirment que la population a peur de l’évolution de notre société et de notre façon d’avoir des relations.

Et au final quand vous sondez votre entourage la plupart des gens sont nostalgique des anciennes époques. L’époque de nos parents et de nos grands-parents avec des rencontres dans la vie réelle et quotidienne. Avant pour faire des rencontres, c’était en lien avec notre vie sociale, c’est-à-dire nos sorties, le voisinage, les amis, en fait les anciennes rencontres reposées sur le hasard et notre cercle social. Alors que nos jours avec les applications plus rien ne repose sur le hasard ou sur notre socialisation.

Maintenant, on remet notre vie sociale ou encore notre vie amoureuse à des algorithmes qui à l’aide de nos données et de notre lieu de vie, vont nous mettre en relation avec des personnes qui peuvent nous plaire. Certains sociologues parlent de « l’économie intime » qui se transforme en des marchés de niche qui sont rentables pour nos bonne vieilles applications de rencontre. 

Des chercheurs, avaient prédit la fin des interactions sociales et l’effondrement de notre société à cause du digital. Mais, en fait ce n’est pas le cas, les repas de famille ou encore les sorties ont augmenté. Et comme dirait Marie Bergström l’écrivaine de « Les nouvelles lois de l’amour: Sexualité, couple et rencontres au temps du numérique », elle dit « La sociabilité n’est pas en déclin, elle se transforme »

Mais au final la question qu’on se pose vraiment quand on parle de rencontre en ligne et sur les applications. C’est est-ce que ça fonctionne ?  Est-ce que ça fonctionne de rencontrer quelqu’un en ligne, dans le monde virtuel et pas dans le monde réel ? On se demande si une rencontre virtuelle peut fonctionner dans le réel et aussi est-ce que les algorithmes fonctionnent vraiment ?

 

Peut-on trouver l’amour sur Internet ?

La vraie question ce n’est pas « est-ce que les plateformes donnent lieu à de vraies rencontres » parce que finalement, toutes nos perceptions ont changé avec le digital. Notre vison de l’espace change avec les GPS, notre perception de la pertinence avec Google et de notre amitié change avec Facebook. Donc ça veut dire que notre perception de l’amour change aussi avec le numérique. Il faut donc se demander comment l’amour est perçu à travers le digital.

Au final, les plateformes sont souvent développées avec des buts différents, comme rencontrer l’amour, un plan cul ou une personne qui a la même religion. Mais, généralement ce qu’elles veulent mettre en avant, c’est qu’elles veulent nous faire rencontrer l’amour. Et elles jouent sur leur algorithme qui va convaincre même les plus récalcitrants.

Concrètement, les applications ont toutes la même façon de fonctionner. Un algorithme prend en compte les différents aspects des profils. Et nous met en relation avec ceux qui nous correspondent le mieux. « Mais alors sur quelle idée de l’amour se basent les règles qui constituent les algorithmes ? » 

Depuis le début des temps, l’homme met en avant le fait que l’amour est lié au destin et à l’inattendu. Et qu’on rencontre la bonne personne quand on ne s’y attend pas… Le problème, c’est comment on peut concilier le hasard et le pouvoir que nous donne les applications ? Car on sélectionne et on provoque nos rencontres… Où est le hasard dans tout ça ?

Pour ce qui est de la destinée, des sociologues expliquent que finalement, c’est l’algorithme qui joue le rôle du destin. Parce que c’est lui, qui cherche parmi les millions de profils pour trouver le bon. 

Pour le côté magique, on laisse jouer le côté mystique qui entoure les algorithmes. Le fait qu’on ne sache pas vraiment comment ils fonctionnent ou comment ils sélectionnent les profils. Ça donne un sentiment de « magie », l’algorithme magique quoi…

La rationalité du calcul est associée à la magie romantique et on a l’impression que notre destinée est en train de s’accomplir grâce à une application. En fait ce qu’on peut mettre en avant, c’est que finalement on associe l’amour souvent aux poèmes, à la littérature ou encore aux classiques hollywoodiens. Ce qui fait que pour l’homme l’amour ce n’est qu’une question de hasard, de fatalité et de destin. Et si on creuse, on peut retrouver se sens dans les algorithmes des applications. On peut y retrouver une notion de destin, de hasard et d’amour si on y croit vraiment.

Donc on se rend compte que le virtuel crée un décalage avec la réalité. Et que tout le monde peut être, n’importe qui avec le digital. Que l’algorithme joue le rôle d’une agence matrimoniale et du hasard pour nous aider à rencontrer quelqu’un. Mais surtout que d’une certaine façon les applications sont un reflet du changement de notre société et de notre façon d’interagir. De nos jours interagir, c’est passer par une application et c’est être derrière un écran. 

C’est pour cela que je veux en faire mon sujet de mémoire. Même si le digital est fascinant et que quotidiennement, il nous permet de faire des choses nouvelles. Il peut parfois aussi être malsain, parce qu’il nous fait évoluer, mais aussi régresser…