Catégories
Cybersécurité Fin Tech Retail

Digitalisation moyens de paiements et Fraude en Agence

 

Digitalisation moyens de paiements & Fraude en Agence de Transfert d’argent

 

Samedi 1er mai 2021 sur la liste de mes courses à effectuer ce jour mis à part pour célébrer le

travail, j’ai mentionné laverie ; prise de carburant et retrait d’argent dans une agence Western Union

(WU). Pour cette dernière course de ma liste il faut noter qu’étant en France dans le cadre d’une

formation post universitaire je vis grâce à mes activités professionnelles basées dans mon pays

natal. Aussi, Je reçois mensuellement de l’argent via le réseau WU pour effectuer mes actes de vie

courante à Paris. L’évidence de mon dernier transfert a été reçue le 30 Avril 2021. J’arrive à une de

leur franchise située à dans la neuvième ville la plus importante du département de Seine-Saint-

Denis. Il est 12H05. L’agence franchisée indique sur un écrit qu’elle ferme les jours fériés à 12H et

reprend le service à 13H30. A mon heure d’arrivée, le déclarant gérant est en train de baisser les

stores. Je lui demande à tout hasard s’il est encore possible d’effectuer un retrait. Il me répond par

l’affirmative mais vu qu’il est en train de fermer je devrais rester à l’extérieur. Soit.  Je lui remets

mon téléphone portable où se trouvait mon reçu WU et je l’entends prononcer un numéro qui n’est

pas le mien. Il ressort 2 à 3 minutes plus tard et me dit qu’il y a visiblement un problème avec mon

transfert. Je lui demande s’il peut m’en donner le type de problème et les raisons éventuels ? Sa

réponse est spontanée et directe : « non, il te faut voir cela avec Western Union ». Au passage il me

donne le numéro de leur centre d’appel (0 800 90 01 91). Sur le coup, je ne comprends pas trop ce

que je viens d’attendre.

Compréhension de la situation ?

C’est la toute première fois que j’ai un souci avec un transfert. J’appelle immédiatement le centre

d’appel de l’entreprise mère et après avoir expliqué la situation à une opératrice, elle me demande

mon numéro MTCN (Money Transfer Control Number, seul et unique numéro pour chaque

opération). Sa première réponse tombe : retrait effectué il y a 4 minutes aux Etats Unis- New York.

Je tombe des nues. Je lui fais remarquer que je suis en France et non aux USA et que je souhaite

que le nécessaire soit fait sinon je me verrai dans l’obligation de porter plainte contre Western

Union car pour un retrait devant être effectué à Paris leur système l’a autorisé à New York. Elle me

demande de me calmer et qu’elle va effectuer immédiatement un tracking de mon numéro MTCN. 

Toujours en ligne avec l’opératrice, elle m’informe qu’elle n’arrive pas à suivre mon numéro et qu’il

y a visiblement une autre personne qui est en train d’effectuer des manipulations. Elle me demande

par conséquent de la rappeler dans une quinzaine de minutes. Je profite de ce délai pour informer 

la personne que j’ai mandaté pour me faire le transfert. J’appelle aussi un ami qui est contact un

capitaine de la police Française. Ce dernier après avis de l’officier de police, me revient pour me

demander de poursuivre ma démarche et que WU se doit de me remettre mon argent. Si WU

refuse alors je serai dans mon droit pour déposer une plainte à la police. A peine ai-je fini de

communiquer avec mon ami que je reçois une photo sur mon Numéro WhatsApp. C’est en fait une

capture d’écran où ma personne ressource vivant en Côte d’Ivoire m’informe qu’il a reçu un SMS

du système WU indiquant que je venais de retirer le montant qu’il m’avait fait parvenir. Après avoir

pris connaissance de ce dernier message, je me posais encore et encore des questions. Comment cela

a-t-il été possible ? est-ce un réseau ?  Je ne voudrais point pointer du doigt une nationalité

ou une région donnée de l’Afrique fortement présente en France mais pour ce type de situation ils

sont pour une grande majorité citée dans mon cercle de connaissances. C’est dans ce flow de

réflexions non organisées dans mon esprit que je me décide après plus de vingt minutes à rappeler

le centre d’appels de cette société de transfert d’argent. Je ‘’tombe’’ sur un homme à qui se

réexplique à sa demande la situation que je suis en train de vivre. Il me demande à nouveau mon

numéro de transfert MTCN et Eurêka. Il m’annonce que mon argent est disponible dans le réseau

WU et que je peux le retirer à tout moment. Je lui demande de me confirmer l’information et il me

le redit. Dès que je raccroche, je rappelle de nouveau le CC de cette même entreprise mais cette fois

c’est pour vérifier en ligne la véracité de ce qu’un de leur conseiller venait de me dire. La réponse

du serveur était la même que celle que je venais il y a deux minutes passées d’entendre : Argent

disponible dans le réseau et retrait possible à tout moment selon heure d’ouverture et de fermeture

des agences WU et de leur réseau partenaire. Subitement je me sentis mieux.

Types d’arnaques répertoriés

Après quelques instants, je commençai à me poser encore des questions. J’ai entendu et je connais

un peu le périmètre de certaines formes d’arnaques

  • Escroquerie aux dons ou de legs ou fraude 419 : La victime est souvent contactée par e-mail,

    courrier ou téléphone par une personne qui demande un don par transfert d’argent dans le but

    d’aider les victimes d’une catastrophe récente (inondation, cyclone ou tremblement de terre). Les

    organisations caritatives légitimes ne vous demanderont jamais d’envoyer de l’argent par

    transfert bancaire.  Ce type de fraude est connu sous le nom de fraude 419 en référence à

    l’article du code pénal nigérian qui traite de ce genre d’affaires.

  • Escroquerie invoquant une situation d’urgence : La victime est manipulée afin d’envoyer de

    l’argent pour venir en aide à un ami ou un proche en situation d’urgence. La victime envoie de

    l’argent de toute urgence du fait de l’exploitation de son sentiment d’inquiétude.

  • Escroquerie à l’embauche : La victime répond à une offre d’emploi fictive pour laquelle elle sera

    embauchée et recevra un faux chèque concernant des dépenses professionnelles connexes. Le

    montant de ce chèque dépassant les dépenses de la victime, cette dernière rembourse la

    différence par transfert bancaire. Le chèque est refusé et la victime est responsable du montant

    total.

  •  Arnaque liée à l’immigration : La victime reçoit un appel d’une personne se présentant comme

    un agent de l’immigration évoquant un problème avec son dossier d’immigration. Des

    informations personnelles et des détails sensibles concernant le statut d’immigration de la

    victime peuvent être communiqués pour donner plus de crédit à l’arnaque. Un paiement

    immédiat est exigé pour résoudre les problèmes de dossiers et la victime peut être menacée

    d’une arrestation ou d’une expulsion si elle ne procède pas immédiatement à un transfert

    bancaire.

  • Escroquerie lors d’achats sur Internet : La victime envoie de l’argent pour l’achat d’un article

    commandé en ligne (animal de compagnie, véhicule). Les articles sont souvent proposés sur

    Craigslist, eBay, Alibaba, etc. Une fois l’argent envoyé, la victime ne reçoit jamais sa marchandise.

  • Escroquerie à la loterie: La victime est informée qu’elle a gagné à la loterie, un prix ou à un

    concours publicitaire et qu’elle doit envoyer de l’argent afin de couvrir les taxes ou frais

    concernant les gains. Une fois l’argent envoyé, la victime peut recevoir un chèque correspondant

    à une partie des gains que la banque refusera.

  • Escroquerie au gain d’argent facile : Les réseaux sociaux sont utilisés pour attirer de nouvelles

    victimes avec une vieille arnaque à la richesse rapide, les utilisateurs recevant des publicités leur

    expliquant comment gagner 1000 dollars avec 100 dollars. L’argumentaire suggère aux

    investisseurs qu’ils peuvent profiter d’aberrations du système monétaire qui permettent

    d’exploiter des liquidités supplémentaires et de transformer des centaines de dollars en milliers

    de dollars. Une fois que les escrocs ont reçu l’argent, ils bloquent généralement la victime sur les

    réseaux sociaux ou leur téléphone afin qu’elle ne puisse plus les contacter.

  • Escroquerie par évaluation mystère : L’escroc contacte la victime par l’intermédiaire d’un site

    Web d’emploi où la victime répond à une offre d’emploi sur l’évaluation d’un service de

    transfert bancaire. L’escroc envoie généralement un chèque à la victime et des instructions de

    transfert bancaire, la victime devant conserver une partie de la somme reçue par chèque en

    paiement. La victime envoie l’argent à l’escroc et est responsable du montant total lorsque le

    chèque est refusé.

  • Escroquerie sentimentale : Un escroc rencontré en ligne, généralement sur les réseaux sociaux,

    un forum ou un site Web de rencontre, trompe sa victime en lui faisant croire en l’existence

    d’une relation personnelle. La victime est souvent impliquée sur le plan émotionnel de sorte

    qu’elle présente son correspondant comme son petit ami ou sa fiancée.

  • Escroquerie sur les réseaux sociaux : Si un cybercriminel accède à vos comptes de réseaux

    sociaux, ils accèdent également à vos proches (amis et famille). Les criminels et les escrocs

    peuvent tirer profit des nombreuses informations personnelles que vous partagez en ligne, en les

    utilisant notamment pour rédiger des messages habiles et ciblés à l’attention de vos amis et des

    membres de votre famille, dans le but généralement de demander de l’argent.

  • SMS/hameçonnage par SMS : Méfiez-vous des messages qui suscitent un sentiment d’urgence,

    vous invitant à cliquer sur un lien renvoyant vers un site compromis ou à divulguer

    involontairement des informations personnelles qui pourraient être utilisées contre vous.

  • Hameçonnage ou le phishing : Message se faisant passer pour une entité digne de confiance,

    comme une banque ou une société de prêts hypothécaires, dans le but de pousser la victime à

    fournir des informations personnelles ou des mots de passe. L’hameçonnage est une tentative

    frauduleuse de vol de vos informations personnelles ou de propagation d’un code ou d’un

    logiciel malveillant sur votre ordinateur. Cette technique est généralement utilisée par e-mail

    bien qu’elle puisse également être pratiquée par téléphone ou par SMS.

Nouvelle forme d’arnaque ?

Loin d’être exhaustive, la liste des types d’arnaques présentée plus haut intègre les arnaques les plus

courantes. Toutefois, ce dont j’ai failli être victime ne semble pas être encore bien répertoriée et

surtout conceptualisée.  Comment se fait-il que WU valide un paiement dans un autre pays ? ; dans

un autre continent et permet l’utilisation de l’identité d’une personne ayant déjà effectuée des

retraits sur son réseau ? Est-ce à dire que sans se présenter physiquement à une agence, des

retraits peuvent-être effectués par un tiers se faisant passer pour le ou la véritable bénéficiaire. Au

vu de ce que je viens de vivre, la réponse à cette dernière interrogation peut être répondue par

l’affirmative. Tout processus mérite d’être éprouvé ; tancée afin qu’il soit le plus efficace possible. La

digitalisation des moyens de paiement se doit aussi de respecter scrupuleusement cette approche. Il

y va de la confiance qu’elle se doit sans cesse de donner aux utilisateurs actuels mais aussi à ceux

qui continuent d’hésiter. Ayons toujours en mémoire qu’à date, tous les flux financiers n’empruntent

pas nécessairement les voies « officielles ». Oui, il est possible de recevoir et ou d’envoyer de

l’argent en France et hors de France en passant par des systèmes à traçabilité moindre ou quasi

nulles. Je peux vouloir envoyer un montant X en Côte d’Ivoire par exemple et je demande au

bénéficiaire de se rendre à une adresse donnée. Une fois à l’adresse indiquée, je remets à une

personne qui est en France le montant que je souhaite que le bénéficiaire doit recevoir dans le cas

d’espèces en Franc CFA plus les ‘‘Frais de transfert’’. C’est tout aussi instantané. Si pour une raison

ou pour une autre, le ou la bénéficiaire ne peut être disponible au moment de l’envoi, il recevra un

‘’code verbal’’, avec lequel il ou elle ira se faire payer.

 Que retenir ?

Ce mode de transfert existe et est usité dans plusieurs pays/continents. Certes il présente des failles

surtout le volet risque de vol mais s’il est toujours d’actualité, c’est qu’il arrive à bien satisfaire une

certaine clientèle ou un certain marché. Dans la durée, vouloir permettre à cette partie de la

population qui utilise ce type de flux financier à opter pour un mode beaucoup plus officiel et plus

sécurisé mérite de la part des parties prenantes mais surtout des entreprises ayant pour domaine

d’activité stratégique le transfert des fonds de manière sécurisée entre un expéditeur et un

bénéficiaire comme Western Union, Money Gram, Ria, etc une sécurisation plus corsée, plus solide,

de bout en bout de leur processus et des coûts de transfert plus compétitifs. Ils devraient aussi

permettre que l’argent reçu puissent être transféré sur une carte bleue ou sur un compte bancaire

sans avoir à effectuer des retraits en présentiel. C’est à prix et en faisant évoluer leur domaine

d’activité stratégique avec un processus d’identification corsé qu’ils continueront à non seulement

satisfaire leur clientèle actuelle mais aussi celle encore réticente à les rejoindre. 

  

‘EFAPEMENT’’ VÔTRE

Laisser un commentaire