Dépoussiérons la formation professionnelle, un levier stratégique

Comme le dit si bien Michel Serres dans son ouvrage « petite poucette », le monde a changé et il faut se ré-inventer. Avec la 4ème révolution industrielle et l’émergence des nouvelles technologies, nous entrons dans une ère où tout évolue vite. Dans ce nouveau monde, la formation professionnelle devient un enjeu stratégique, économique et sociétal…La pédagogie évolue pour répondre aux nouveaux besoins des entreprises, elles-mêmes en pleine mutation. Le facteur clef de succès : faire le marketing de la formation, au plus proche des enjeux business.  Nous ne sommes encore qu’aux prémices de la formations X.0. Dépoussiérons ce secteur ou tant d’initiatives passionnantes restent à prendre.

I- Les nouveaux besoins des entreprises

a ) Pour subsister, les entreprises doivent se transformer 

Les entreprises doivent faire évoluer leur proposition de valeur : elles ne vendent plus simplement des produits mais des usages et doivent faire face à une concurrence internationale. Pour s’adapter aux besoins des utilisateurs, elles doivent travailler l’« open innovation » et fonctionner en écosystème. Les clients, quant à eux, souhaitent une relation omnicanale nécessitant des relations transverses entre les différents services de l’entreprise. Cette nouvelle relation a pour conséquence la fin des silos et incite à développer le mode collaboratif et à s’organiser différemment.

b) Pour subsister, les entreprises doivent acquérir de nouvelles compétences 

Les métiers changent et évoluent très vite. Selon une étude de Roland Berger, 42% des emplois seraient menacés d’ici 20 ans. D’autres métiers, que nous ne connaissons pas encore, vont être crées. Il faudra donc acquérir de nouvelles compétentes métier.

A l’ère du numérique, nous devons, bien sûr, intégrer la maîtrise des nouveaux outils digitaux.   Toutefois, nous devrons aussi et avant tout acquérir la culture du changement. Les « soft skills » sont alors mises à l’honneur, à ce titre, l’OCDE a créé un nouveau référentiel. Pour les « learning skills », il est question des 4C :

Créativité, Critical Thinking, Communication, Coopération.

Plus d’info ici : https://www.lab-rh.com/les-competences-du-21eme-siecle-vous-connaissez/

Dans ce contexte de mutation, la formation est une vraie nécessité et non plus un besoin.  

II- Face aux enjeux, de nouveaux modes d’apprentissage

La connaissance étant partout, sans espace métrique ou temporel, les méthodes pédagogiques aussi se ré-inventent ; et impliquent de nouvelles manières d’apprendre. C’est le concept ATAWADAC (any time, anywhere, any device, any content). A cet égard, les entreprises innovantes, issues du numériques, doivent inspirer. Elles investissent massivement dans la formation pour faire face à l’obsolescence rapide des compétences. Ecoutez la keynote de Mounir Mahjoubi

De nouvelles méthodes pédagogiques se développent afin d’obtenir une performance accrue :

http://www.mbadmb.com/wp-content/uploads/2018/05/Différentes-pédagogies-naiShema-pédagogie-1024×791.png

La formation n’est d’ailleurs pas toujours là où on on l’attend au sens « traditionnel » du terme. Toute forme d’apprentissage et d’expérimentation peut devenir « formation ». La frontière entre la « formation » et le « travail » devient poreuse. Ainsi, par exemple :

1 – Le programme CONNECT de TF1 co-construit avec Caroline Loisel de BE BIRDS et le HUB INSTITUTE. Sur-mesure et dédié à l’innovation et au digital, ce programme intègre du décryptage, des expériences et des immersions au sein d’entreprises de leur écosystème.

2-  le programme CERCLES MASTERMIND, créée par Beate Booloo, fondatrice de CG CIRCLES.Des groupes de dirigeants et entrepreneurs d’horizon divers travaillent ensemble sur leurs problématiques business. L’intelligence collective et la culture du partage sont mises à l’honneur. Résultat :  l’élaboration d’un plan d’action concret. Le regard extérieur, la confrontation de points de vue, la co-construction de solution «out of the box » …Finalement, n’est-ce pas aussi une forme d’apprentissage ? N’est ce pas cela l’avenir de la « formation » ?

III- Le marketing de la formation : une manière efficace pour obtenir du résultat

Le facteur clef de succès est de construire le parcours de formation au bon format en utilisant les outils adaptés à la bonne personne. Bref, il s’agit de faire le marketing de la formation.

  • Bien connaitre les individus de son entreprise et leurs besoins.
  • Bâtir une stratégie et définir les KPI
  • Construire 1 parcours adapté et personnalisé avec les managers et collaborateurs
  • Co-construire les programmes
  • Tester & recueillir les feedbacks des participants en vu de l’améliorer
  • Susciter l’intérêt par du teasing
  • Faire vivre une « expérience apprenants » (un travail de contenu et de forme)
  • Mesurer l’apprentissage et le ROI

Susciter l’attention, engager et fidéliser pour réussir l’objectif fixé => il s’agit là de s’inspirer des méthodes marketing pour mettre en place une stratégie de formation efficace.

La formation professionnelle se ré-invente. Son blason doit être re-doré et devrait faire partie des 1er leviers à développer au sein des entreprises. Elle n’en est d’ailleurs pas à sa 1ère (r)évolution. La pédagogie (paideia) a été inventée par les grecs au moment de la naissance de l’Ecriture et a été de nouveau chahutée à la renaissance avec l’arrivée de l’imprimerie. Aujourd’hui, les nouvelles technologies nécessitent une remise en question complète :  il faut ré-apprendre à apprendre, acquérir de nouvelles manières d’être et de connaître. Quel sujet passionnant !