Comment se porte le bien-être en télétravail ?

Dessin coloré de personnages en télétravail afin d'illustrer "Comment se porte le bien-être en télétravail ?"
Comment se porte le bien-être en télétravail ?

Le télétravail a concerné 34% des salariés lors du premier confinement, comme l’explique le gouvernement français sur son site economie.gouv.fr « En théorie le télétravail s’applique à toutes les catégories professionnelles. ». Un bouleversement à tous les niveaux, qui passe par la transformation du lieu et du cadre de travail, par son impact sur la productivité, et notamment par la transformation du management des entreprises françaises.

Le bien-être au travail, bien que sur toutes les bouches, demeurait au second plan avant la crise sanitaire, la réussite économique restant la priorité. Cette crise nous a montré et nous montre que sans l’humain et la quête de sens, l’économie est au ralentie. Cette constatation remet ainsi les idées des plus sceptiques en place et légitimise la nécessité de se sentir bien au travail. Triste constat ou avancée colossale cela reste une question de point de vue mais l’avenir penche en faveur de l’humain. 

Cependant le rôle de l’entreprise n’en reste pas moins de faire du profit, impliquant une vision ROIste. On a donc vu émerger le classement des entreprises où il fait bon vivre notamment le Great Place to work. Une manière pour l’entreprise de capitaliser sur son plan d’action « bien-être ».

Le rôle du cadre de travail : Préserver son bien-être

Clé 1 : Faire place à son imagination, un espace de travail dédié 

En télétravail l’espace de travail est aussi un espace de vie, il est donc primordial d’arriver à faire une distinction entre son métier et sa personne. Pour ce faire, il est conseillé de mettre en place un espace dédié. 

Que l’on dispose d’une pièce bureau, d’une table à manger ou encore d’une table basse, il est possible de mettre cela en place. L’important est de conscientiser un espace de travail et de ne pas se limiter à la taille de son logement. Pourquoi lorsque l’on travaille ne pas mettre une nappe particulière/spécifique sur sa table à manger ou encore pourquoi ne pas positionner un mug et une photo de son animal préféré sur sa table basse. Par la suite, en fin de journée, il suffit d’enlever cet accessoire et l’on retrouve son espace de vie habituel. La clé du succès réside dans sa capacité à faire place à son imagination !

Dessin d'une représentation d'un aménagement en télétravail
Imaginer votre espace de travail en télétravail

Clé 2 : Une journée de travail ne dure pas 24h 

Une journée de travail doit avoir un début et une fin. Non, non nous ne parlons pas du monde des bisounours. Il faut fixer des limites ! Tout d’abord, déterminer à quelle heure une journée de travail commence et quand elle se termine afin de ne pas perdre le fil et la dynamique. En parallèle, s’écouter afin d’adapter son rythme de travail en faisant des pauses si l’on en ressent le besoin ou au contraire, travailler en continu. A la fin d’une journée, éteindre son ordinateur et déconnecter sa boite mail comme en présentiel. Tout le monde a le droit à la déconnexion. 

La fin d’une journée doit être synonyme de détente : retrouver sa petite famille, se dépenser à l’occasion d’un cours de sport ou encore mijoter un bon repas. La vie ne manque pas de plaisir ! 

Clé 3 : Se rendre compte du travail accompli

Ce sentiment de ne rien avoir accompli culpabilise plus d’une personne et pourtant ce n’est qu’une question de perception. Évidemment tout ne peut pas être maîtrisé et beaucoup de choses resteront indépendantes de la volonté. En revanche il est possible d’user de techniques pour se rendre compte du travail accompli : 

Dessin contenant une to do list et des exemples d'applications pour réaliser des listes d'objectifs.
Déterminer ses objectifs grâce à une application
  • Déterminer deux à trois objectifs atteignables chaque jour. Cela permet de commencer une journée sur de bonnes bases et de la terminer pleinement satisfait. 
  • Faire une liste de ses objectifs journaliers. Coucher sur le papier ou sur une application rend concret ceux-ci. Alors pourquoi s’en priver ?
  • En fin de semaine, visualiser tout ce qui a été accompli. Cela s’avère être une démarche très satisfaisante. 

Clé 4 : Échanger avec ses collègues, source de bien être

Le rythme est induit par une dynamique de Groupe. Il est pour beaucoup plus facile de trouver du sens à ce que l’on vit et ce que l’on fait en échangeant avec ses collègues. 

  • Organiser des pauses café ou encore des afterwork en visio
  • Penser à l’anniversaire de Marie, envoyer ses vœux à Antoine ou tout simplement prendre des nouvelles de Nadège ! 

Des petites attentions du quotidien qui font du bien et qui remettent les pieds sur terre. 

La productivité en télétravail 

Dessin sur lequel est inscrit "today is a new day" afin d'illustrer le bien-être au travail.
Le bien-être au travail permet la productivité

D’après un rapport sur le télétravail dans les entreprises françaises produit à l’intention du ministre chargé de l’industrie, de l’énergie et de l’économie numérique, le télétravail accroit en moyenne la productivité entre 5% et 30%.  Il permet une meilleure concentration car le salarié est soumis à moins de distraction et moins de perturbations sonores. De plus le syndrome de la réunionite en prend pour son grade et il est lui aussi en baisse en distanciel, un soulagement pour les collaborateurs et une très bonne nouvelle pour l’efficacité. Enfin, un sentiment de confiance nait chez les collaborateurs. Le constat est celui de la productivité mais l’analyse montre des changements bénéfiques influant positivement sur la vie professionnelle du salarié et sur son état d’esprit.

Repenser le rôle du manager 

Le télétravail réinvente les systèmes managériaux existants, il impose de nouveaux codes, de nouveaux usages. Continuer à fonctionner comme auparavant, en souhaitant contrôler, surveiller les collaborateurs est une hérésie, car le télétravail est hors du temps et des bureaux. En ce sens, le management à distance fait évoluer le rôle du manager et les stratégies managériales. Désormais faire confiance à ses collaborateurs et savoir déléguer sont au centre du métier de manager. Sa fonction est aussi de savoir garder la bonne distance et de choisir les bons moyens digitaux pour communiquer et échanger avec ses équipes. Cependant soutenir, souligner les succès, rassurer sont indispensables. Il devient le garant, le référant de la bonne poursuite de la stratégie de l’entreprise hors les murs et aussi et surtout le gardien de la santé mentale des salariés. 

Le CHO, interlocuteur clé du bien-être en télétravail

Ce nom ne vous dit peut-être rien et pourtant c’est l’atout du bien-être au travail en entreprise. Souvent réduit à celui qui a instauré le tournois de babyfoot du mardi et le déjeuner d’équipe du jeudi, Le Chief Happiness Officer est beaucoup plus que cela, il possède un véritable rôle social.

Concernant les origines de la naissance du CHO, il y a deux écoles, l’une pense qu’il serait apparu dans les années 2000 au sein des start-up de la Silicon Valley, l’autre raconte qu’il aurait vu le jour le jour en 1984 au sein de l’entreprise Boiron. 

Le CHO doit détecter les signaux faibles et l’état psychologique du salarié. A mi-chemin entre la communication interne, les ressources humaine et l’évènementiel le CHO est le véritable couteau suisse du bien-être.

« Mais au fond, il n’y a pas de CHO type. C’est un poste qui se construit autour d’un profil, et pas l’inverse. ».

Sophie Magnillat Responsable communication Interne & convivialité chez Boiron 

Une mission dans un contexte de télétravail et de crise qui demande plus que jamais adaptation et positivité. 

Télétravailler, maintenir le lien avec l’entreprise nécessite un cadre de travail bien défini. Il est vrai que la productivité a été supérieure cependant la situation est loin du bien-être.  Le manager doit savoir encadrer et déléguer, mais avant tout faire confiance aux collaborateurs en acceptant de perdre le contrôle. Cela implique de revoir complétement le modèle du management hexagonal, c’est l’un des défis majeurs du télétravail.