http://www.mbadmb.com/wp-content/uploads/2018/02/Rester-connectés-avec-nos-aînés-par-a-billac.jpg

Je mesure chaque jour la chance que j’ai d’avoir toujours ma grand-mère. Je n’habite pas près de chez elle, elle entend mal, c’est encore pire au téléphone et sa mobilité est très réduite.

Cependant j’ai toujours eu une relation plutôt privilégiée avec elle. Jusqu’à mes 20 ans, je la voyais chaque jour. Puis mes études m’ont amenée à m’éloigner et nous avons instauré « l’appel du vendredi soir », pour patienter entre 2 visites trimestrielles.

Désormais, même si nous la maintenons, la conversation téléphonique est devenue difficile, et nous raccrochons frustrées (elle, de ne pouvoir comprendre tout ce que je lui dis, moi d’avoir l’impression d’avoir hurlé sur le Pr. Tournessol de Tintin au bout du fil).

Pour ne pas perdre le lien, et pour partager avec elle les dernières prouesses des enfants (et les miennes), j’ai cherché une solution.

Les gazettes familiales

Korian Générations

Quand l’arrière-grand-père des enfants est entré en maison de retraite, j’ai découvert l’application Korian Générations. Une solution simple, gratuite et efficace pour lui envoyer des « nouvelles fraîches ».

Très simple, il m’a suffi de m’inscrire puis d’entrer le code famille (associé au proche résident). Ensuite, comme je le faisais déjà sur WhatsApp avec les membres « connectés » de la famille, j’ai envoyé photos et messages sur l’application afin de partager notre quotidien.

Je pouvais paramétrer la visibilité de mes publications, elles pouvaient être visibles ou non par les autres membres du groupe (pour les petits secrets, les confidences).

Régulièrement, tous les messages sont mis en page et imprimés par la maison de retraite sur une gazette personnalisée. L’arrière-grand-père des enfants pouvait ainsi lire les nouvelles illustrées de la famille.

L’autre avantage de cette application est la possibilité de retrouver sur l’espace personnel les actualités de la maison de retraite (les activités, les animations…), permettant ainsi de mieux connaitre le quotidien de votre proche.

Neveo

Si vos grands-parents ne résident pas en maison de retraite qui propose ce genre de service ou s’ils ont la chance de vivre à leur domicile, vous pouvez faire appel aux services de Neveo.

Sur le même principe d’utilisation que Korian Générations, cette société belge vous propose d’imprimer mensuellement un journal qui sera envoyé par La Poste à vos grands-parents.

Ces deux solutions sont un bon moyen pour vos aînés de rester « dans l’actualité familiale ». La réception du journal devient un rituel, attendu avec impatience et l’occasion pour la famille de dire « nous pensons à toi / à vous ».

Les cartes postales avec Fizzer

http://www.mbadmb.com/wp-content/uploads/2018/02/carte-postale-blog-mbadmb-a-billac.jpg

Avec ma grand-mère, j’ai opté pour Fizzer.

Initialement je cherchais une solution pour envoyer des cartes postales qui ressemblaient vraiment aux vacances que je vivais, aux paysages que je voyais…

L’idée est simple : envoyer des cartes postales depuis son smartphone à partir des plus belles photos stockées dans son téléphone. Cette application me permet de choisir une ou plusieurs images, mettre des cadres, des filtres… J’écris mon texte et j’appuie sur « Envoyer ».

Je ne cherche pas d’enveloppe, ni de timbre et je ne cours pas à La Poste.
Cela me coûte en moyenne 1,80 € (je prends des packs de 25 cartes, mais il y a régulièrement des promos).

De son côté, ma grand-mère reçoit de nos nouvelles et des photos qu’elle peut exposer ou mettre dans ses albums. Cela répond également à sa frustration de nous voir prendre des centaines de photos et de n’en développer que très peu… Bref, tout le monde est content !

Pour conclure

L’éloignement géographique, l’accélération de notre quotidien, la non-connexion de nos aînés ne doivent pas nous servir de prétexte pour ne plus communiquer avec eux et les exclure de notre quotidien. Des solutions simples, peu coûteuses voire gratuites, permettent aujourd’hui de maintenir le lien. Ces échanges sont des trésors, chérissons-les !