Qu’il est bon de vous retrouver même si cela signifie que les vacances sont désormais derrière moi .

Ma découverte de la sphère digitale m’a littéralement plongée dans ce monde parallèle jusqu’à finalement, être submergée par les applications à télécharger, les thématiques à aborder et la masse d’informations véhiculées au travers des conférences, des tweets, des blogs, des alertes mails . Mais alors comment dompter ce tsunami d’informations pour concevoir une veille numérique ?

Head 2 Art 6 - BJ compose sa veille digitalePour commencer, qu’appelle t-on une veille ? Et à quoi sert-elle?  . Honnêtement, je ne savais pas à quoi je m’attendais : qu’il me suffisait de m’inscrire à des newletters ? de patienter gentiment que les informations viennent engorger ma messagerie ? Que j’avais une mémoire ultra visuelle pour tout mémoriser ?? . Bon, alors comment conserver et retrouver un article qui suscite un intérêt ?

Faire une veille digitale, d’accord, mais sur quoi et comment ?? Maintenant il est temps d’organiser ma veille et surtout de la structurer. Bref reprendre le contrôle de l’information !

Les intervenants du MBA sont friands d’outils de curation, d’extensions Google ou encore d’applications pour gérer la veille. Head 3 Art 6 - BJ outils de curationLe curateur est incontournable pour construire sa veille. Il identifie pour nous des sources de contenus (sites, blogs, médias sociaux) et en trie les contenus les plus pertinents. Ces outils facilitent en effet la découverte d’articles sur un sujet donné sans avoir à se perdre dans les méandres de la toile  . Lessentiel est de trouver les outils clés qui conviennent, finalement seuls 2 ou 3 suffisent .

Choisir les bons outils ne se relèvent toutefois pas si simple. Au démarrage, j’ai fait le choix de me connecter à plusieurs sites ou blogs en communiquant mon adresse mail . Ce choix ne me semble finalement pas si pertinent à la vue du raz de marée de mails reçus quotidiennement. Aussi je conseille de créer un compte Google spécifique avec une adresse mail dédiée à la veille .

Puis je me suis intéressée à Scoop.it qui semble être The Best One des outils de curation, même si pour ma part, je n’ai toujours pas assimilé son fonctionnement. Cela étant, une chose est sûre il faut se lancer ! J’ai donc décidé d’utiliser les outils suivants :

– Tweetdesk pour visualiser l’ensemble des tweets #myfavoritesubjects,

–  Feedly pour organiser ma veille par thème avec des articles que je peux librement décider de lire plus tard,

– Google actualités/alertes pour être informée des articles selon les thématiques attendues,

– En parallèle, ne pas oublier néanmoins de garder un œil ouvert sur la presse traditionnelle, le réseau Facebook ou encore LinkedIn .

Et si des articles semblent pertinents ….. Hop ! In the « Pocket » (extension Google).

Pour autant, une fois les outils choisis, la sélection des thèmes et des # se révèle là aussi plus coton que cela n’y parait au premier abord ! Il faut en effet s’assurer d’avoir choisi les bons mots, le bon #, etc  …. sans compter qu’il faut assurer une veille pour la thèse, pour la masterclass, pour sa culture pro et perso …. Aller on va y arriver !!

So Test & Learn !!!!

Sources :

http://www.commentcamarche.net/faq/31107-choisir-un-outil-de-curation-de-contenus-web

http://www.lachaineweb.com/curation-introduction-presentation-et-outils