bitcoin et cryptomonnaies livre de Cryptoast

L’auteur

Cryptoast.fr, fondé en 2007 par Thomas Herbst et Robin Berné, est l’un des sites internet francophones consacrés au Bitcoin et cryptomonnaies les plus visités avec plus de 10 millions de visiteurs uniques par an.
Au travers d’articles, vidéos, tutoriels et podcasts, Cryptoast a pour vocation de démocratiser et rendre plus compréhensible l’univers des cryptomonnaies au plus grand nombre.


C’est également l’objectif de leur premier livre “guide” qui apporte les clés de compréhension de cet écosystème en passe de révolutionner l’économie mondiale et la monnaie : le Bitcoin, les cryptomonnaies, la blockchain ou encore les NFT.

paru le 23 mars 2022 aux éditions Larousse



Le livre

Histoire de la monnaie et des cryptomonnaies

Afin de contextualiser l’apparition du Bitcoin et des cryptomonnaies, les auteurs nous immergent dans le sujet en nous expliquant la naissance et l’évolution de la monnaie. 

Après avoir été basée sur l’or avec l’étalon or, la monnaie s’est peu à peu dématérialisée, passant de monnaie fiduciaire (c’est-à-dire des billets et pièces n’ayant pas de valeur intrinsèque mais une valeur liée à la confiance que l’on accorde aux banques) à une monnaie scripturale faites d’écritures (aujourd’hui 90% de la monnaie de la zone euro).

In fine, nous ne sommes pas propriétaires de cet argent. Nous faisons confiance aux banques qui créent de la monnaie ex-nihilo par des écritures sans avoir réellement l’équivalent de ces fonds en réserve.

L’origine des cryptomonnaies remonte à la fin des années 80 avec les cypherpunks (cipher : chiffrement, punk : contestataire). Ils craignaient que les gouvernements ou entreprises privées volent et exploitent leurs données personnelles. Ainsi, ils mettent au point la cryptographie, rendant impossible la lecture d’un document sans sa clé de déchiffrement. 

En complément du courant des cypherpunks se trouve le courant de pensée des économistes de l’école autrichienne. Ces derniers sont contre la gestion de la monnaie par les États. Selon eux, ils utilisent la politique monétaire pour mieux contrôler l’économie de la population. Ils pilotent également les banques centrales et donc la valorisation / dévalorisation de la monnaie. 

Or, depuis la fin de l’étalon or, les crises monétaires se sont rapidement multipliées. Ceci favorisant l’apparition et le développement des cryptomonnaies, actifs numériques s’échangeant de pair à pair sur internet grâce à des protocoles cryptographiques et des technologies comme la blockchain.

Bitcoin

Bitcoin voit le jour début 2009. Au fil des crises monétaires et de confiance envers les institutions il prend progressivement de l’ampleur.

Sur les 1,7 milliards d’adultes dans le monde ne possédant pas de compte bancaire, 1,1 milliard possède un téléphone portable et un accès à internet. Bitcoin leur a permis d’avoir une banque à portée de main et de bancariser les débancarisés.

Cette véritable révolution de la monnaie repose sur plusieurs atouts :

  • la possibilité de s’échanger de la valeur sur internet sans avoir besoin d’un tiers de confiance,
  • une transparence : tout le monde peut consulter les transactions,
  • une décentralisation : n’est la propriété de personne et de tous les utilisateurs en même temps, la rendant incensurable,
  • l’ouverture à tous sans discrimination et avec les mêmes droits,
  • une masse monétaire maîtrisée, capée à 21 millions maximum.

Bitcoin repose sur une succession de transactions inscrites dans la blockchain et protégées par un système cryptographique (clés privées, clés publiques, adresses générées par hachage). Les auteurs nous détaillent dans l’ouvrage le fonctionnement de la cryptographie, de la blockchain, du minage et du protocole Bitcoin. 

Bitcoin continue d’évoluer et de s’améliorer depuis sa création, avec notamment le protocole Lightning Network ou encore la mise à jour Taproot.

Les autres cryptomonnaies

Plusieurs dizaines de milliers de cryptomonnaies ont vu le jour, emboîtant le pas du Bitcoin et tentant d’apporter des réponses alternatives à certaines de ses limites (nombre de transaction / seconde limité à 7, fonctionnement et sécurisation énergivores, lenteur des évolutions et mises à jour). A ce jour, aucune n’est parvenue à résoudre le trilemme des blockchains : scalabilité, sécurité et décentralisation.

Ces cryptomonnaies utilisent souvent d’autres algorithmes et processus de consensus (proof of work , proof of stake …), elles ont leurs propres règles de protocole cryptographique que tous leurs utilisateurs doivent accepter.

Les auteurs nous détaillent les principaux altcoins (cryptomonnaies alternatives) :

  • Ethereum et ses ethers fonctionnant avec le PoS,
  • Litecoin le premier fork de Bitcoin,
  • Monero et son XMR privilégiant l’anonymat,
  • Ripple et son XRP avec un réseau de paiement très rapide et peu coûteux,
  • ou encore Bitcoin Cash autre fork de Bitcoin.

Popularisés par Ethereum, les smart contracts, sorte de contrats autonomes au sein de la blockchain. Ils s’exécutent automatiquement lorsque ses conditions sont remplies, peuvent être liés à des événements internes ou externes à la blockchain. Dans ce dernier cas, ils sont reliés à des oracles qui leur fournissent les données externes nécessaires (par exemple le retards des trains ou des informations météorologiques). De nombreux projets utilisent les smart contracts, dont notamment la blockchain Tezos, la Binance Chain ou la blockchain Solana.

D’autres types de cryptomonnaies se sont également développé, tels que les stablecoins comme l’USDT, USDC ou BUSD, ou encore des crypto-actifs innovants de part leur technologie ou leur consensus comme Polkadot et son DOT, Avalanche et son AVAX ou Terra et son LUNA construit sur le réseau Cosmos (projet ayant pour objectif de relier les blockchains en elles).

Enfin, après avoir pris conscience du retard considérable qu’elles avaient pris, les banques centrales elles-mêmes déclinent leurs MNBC, version numérique des monnaies fiat. La Chine a un large train d’avance sur l’Europe et les Etats-Unis, testant déjà son yuan numérique depuis début 2021. En parallèle, des projets privés se développent à l’image de Meta et ses stablecoins Diem, adossés à plusieurs monnaies fiat. Bien qu’utilisant la cryptographie et la blockchain ces projets ne sont pas décentralisés et restent aux mains d’acteurs tout-puissants.

Acheter, vendre, stocker, utiliser des cryptomonnaies

Il existe de nombreuses manières d’acheter des cryptomonnaies (bureaux de change, distributeur automatique…). Le moyen le plus répandu est l’utilisation de plateformes d’exchanges telles que Binance, Kraken, Coinbase ou FTX.

Mais comment choisir une plateforme ? Plusieurs critères sont à prendre en compte :

  • l’enregistrement en tant que PSAN (Prestataire de Services sur Actifs Numériques). Ce statut créé par l’Autorité des Marchés Financiers (AMF) dans le cadre de la loi PACTE vise à réglementer les activités liées à l’échange et la conservation de crypto-actifs en France,
  • la disponibilité des cryptomonnaies qui vous intéressent sur la plateforme,
  • les moyens de paiement possibles pour déposer des euros ainsi que les frais appliqués,
  • les frais de tarding et de retrait.

Plusieurs méthodes de trading existent. Pour les débutants, la méthode DCA (Dollar Cost Average)  est recommandée pour sa simplicité et la tranquillité d’esprit qu’elle apporte. Le principe est simple : automatiser un achat récurrent d’une ou plusieurs cryptomonnaies. Cela permet de lisser le point d’entrée et réduire le risque d’entrer lors d’une sur-évaluation.

Sur le choix des cryptomonnaies, les auteurs nous recommandent de bien nous renseigner sur les projets via le whitepaper et la documentation de chacun d’eux.

Le principe de vente des crypto-actifs est similaire à celui de l’achat. Il faut au préalable vérifier les frais qui s’appliqueront et s’assurer que la liquidité sera suffisante afin de vendre sans faire chuter le cours. Il est important de noter que les plus-values réalisées lors d’une vente en monnaie fiat est imposable. Pour le moment ce n’est pas le cas lorsque l’on vend contre des stablecoins.

Comment stocker vos crypto-actifs ? Il est possible de les laisser sur les plateformes d’échange aussi le risque de piratage existe et cela n’est pas recommandé. L’alternative sont les wallet physiques (comme Ledger) ou numériques (comme Exodus ou Metamask). Ils permettent de stocker de manière sécurisée sa clé privée et donc d’être seul à pouvoir disposer de ses cryptomonnaies.

Les levées de fonds en cryptomonnaies

Afin de poursuivre leur développement, les projets de cryptomonnaies cherchent à lever des fonds auprès d’investisseurs. Cela peut prendre plusieurs formes parmi lesquelles :

  • l’ICO (Initial Coin Offering) : majoritairement réalisées via des smart contracts. Ces levées de fonds s’apparentent à une introduction en bourse (IPO, Initial Public Offering). Les investisseurs perçoivent un pourcentage des coins ou tokens selon leur mise en cryptomonnaie.
  • la STO (Security Token Offering) : les coins ou tokens émis sont assimilables à des actions. Ils représentent une part de la société (avec des actifs, dividendes etc). Les STO sont beaucoup plus réglementés que les ICO, donc plus sûrs.
  • l’IEO (Initial Exchange Offering) : la levée de fond se fait via une plateforme d’échange de cryptomonnaies, après analyse et audit du projet par celle-ci. Le projet n’est accessible qu’aux personnes inscrites sur l’exchange.

La finance décentralisée (DeFi)

La DeFi, basée sur la blockchain, sans intermédiaire, se veut une alternative plus transparente et efficiente à la finance traditionnelle.

Elle se compose de quatre types d’acteurs :

  • les DEX ou exchanges décentralisés : les utilisateurs s’échangent leurs actifs contre d’autres sans passer par une plateforme centralisée. Les DEX interagissent directement avec les portefeuilles des utilisateurs.
  • les cryptomonnaies et notamment les stablecoins,
  • les plateformes de prêts : les emprunteurs se voient prêter des actifs en échange d’un taux d’intérêt et d’un dépôt d’un autre actif en collatéral comme garantie.
  • les oracles (comme Chainlink).

La finance décentralisée permet ainsi l’échange d’actifs sans intermédiaire grâce au DEX ou encore la génération d’intérêts en déposant ses cryptomonnaies sur une plateforme de prêts.

Les protocoles travaillent aujourd’hui à la tokenisation d’actifs de la vie réelle pour les rendre plus efficients et les désimmobilisant. Ainsi, un actif tokenisé pourra par exemple être déposé en collatéral lors d’un emprunt sur un DEX.

Les jetons non fongibles (NFT)

Un NFT est la propriété d’un actif numérique unique. Composé de l’URI (Uniform Ressource Identifier > son identifiant, certificat d’authenticité) et de métadonnées (image, texte…) étant la représentation du NFT. L’authenticité et l’historique de la propriété d’un NFT sont vérifiables par tous sur la blockchain. 

Au-delà de l’univers de l’Art, les cas d’usage des NFT sont nombreux et continueront à se développer : possession d’assets dans les jeux vidéo, reconnaissances de dette dans la DeFi, preuve de propriété dans l’immobilier, preuve d’authenticité pour les diplômes stockés sur la blockchain sous forme de NFT etc.

Autres usages des cryptomonnaies et prospective

En ouverture, les auteurs nous livrent leurs pistes prospectives liées aux crypto-actifs :

  • la tokenisation d’actifs et les nombreux usages possibles,
  • l’émergence du Web 3.0 décentralisé s’appuyant sur les technologies blockchain et crypto-actifs, 
  • les organisations autonomes décentralisées (DAO) qui redonnent le pouvoir aux utilisateurs,
  • l’identité décentralisée (DID) rendue possible par la cryptographie,
  • la potentielle interdiction / plus grand régulation des cryptomonnaies,
  • l’adoption des cryptomonnaies partout,
  • les risques de centralisation et de piratage du Bitcoin.

Mon avis sur le livre

Ce livres est un must-read pour tous les novices ou experts qui veulent connaître les bases de l’univers des cryptomonnaies. Les explications sont claires et synthétiques. Les concepts bien illustrés et les QR codes nous recommandent des lectures pour approfondir des sujets.

Comme internet a révolutionné la communication et l’information, les cryptomonnaies et les technologies qui y sont liées sont en train de révolutionner les univers économique et financier. Ce livre permet de prendre conscience de la révolution en marche et du champs des possibles que ces nouvelles technologies nous ouvrent.

Découvrez également mon infographie sur le WEB3.0
et ma vidéo pour comprendre la blockchain en 2 minutes chrono