Amour, gloire et algorithme ?

Amour, gloire et algorithme ? 

Si dans les années 90 les mots « tendance » étaient « Amour, gloire et beauté » grâce à la célèbre série qui est ENCORE diffusée sur TF1 ; En 2021, ça serait plutôt « amour, gloire et algorithme » 

Et oui ! Quoi de plus simple pour rencontrer quelqu’un que de se munir de son téléphone et de choisir parmi le panel d’application de rencontre sur l’AppStore. Tinder, Fruitz, Bumble et j’en passe. Il y’en a pour tous les gouts. 

Une fois votre application de prédilection sélectionnée, il y’a plus qu’à laisser opérer la magie de votre charme et aussi celle des algorithmes (oupssss…)

Pour mon article j’ai décidé de me baser sur celui de Tiphaine Gaillard ancienne élève du MBA DMB, qui a écrit son article en 2019 sur « Et après Tinder… ? »

Bumble c’est quoi ?

Et comment vous dire que… Bah après Tinder, il y a Tinder ! 

Et oui l’application est toujours leader du marché en France et dans le monde. Il semblerait que ça matche toujours autant avec les utilisateurs. Avec plus de 6,6 millions d’utilisateurs et 55 milliards de matchs. 

Je vous vois venir ! Vous êtes en train de vous dire : « Mais Anne-Sophie, il y a forcément eu du changement ? ». Et oui vous avez raison ! D’autres applications ont émergé comme Bubble par exemple. 

Alors on va essayer de faire simple et rapide. Bubble, c’est la petite nouvelle. Enfin pas si nouvelle que ça parce qu’elle a été créée en 2014 par Whitney Wolfe Herd qui est l’une des co-fondatrice de Tinder (eh oui les chiens ne font pas des chats…). À la différence de sa « grande soeur », Bubble donne le pouvoir aux femmes. Eh oui mesdames ! Il suffit aux utilisatrices ou utilisateurs de swipper à gauche ou à droite. Et si il y a affinité, l’application vous met en relation.

Cependant, c’est à vous mesdames de faire le premier pas et d’engager la conversation. Et vous avez 24h pour ça ! Alors plus de temps à perdre. 

Fin 2020, l’application comptait 42 millions d’usagers actifs mensuels et environ 2,4 millions profils premium. Bon, même si l’application compte beaucoup d’utilisateurs à son actif, elle se classe seulement 10ème dans le Top des applications de rencontres des Français… 

Si en 2019, Tiphaine imaginait qu’il y aurait un changement ou de nouvelles applications émergentes ou que l’amour n’est pas un sujet à prendre à la légère et que tout le monde devrait avoir le droit à une recherche précise ; ce qu’il en ressort en 2021, c’est que le fond des applications de rencontre n’a pas changé. Les applications gardent la même dynamique : créer un profil, rentrer ses critères et c’est parti ! 

Cependant, les mœurs ont changé, les femmes qui étaient dépeintes comme étant désespérément à la recherche de l’amour sont maintenant au pouvoir. Elles peuvent à présent choisir si, oui ou non, elles veulent engager la conversation et ne ressentent plus l’obligation de répondre à tout le monde par peur de se faire spammer. 

Bien sûr, on a encore le droit de rêver et d’imaginer que demain une application miracle sera sur la marché. On peut faire le parallèle avec cette série coréenne qui est basé sur un Webtoon qui est sortie en 2019 sur Netflix. Je parle bien sûr de Love Alarm. 

Dans cette série, les protagonistes ont tous sur leur mobile une application qui s’appelle Love Alarm. Celle-ci vous informe si une personne autour de vous, dans un rayon de 10 mètres a des sentiments pour vous. À la différence d’une application comme Tinder ou Bubble, l’application connait vos émotions grâce à son IA. Et finalement elle devient presque une extension de vous-même. Si bien qu’on ne sait plus ce qu’on ressent sans elle… 

Bon bien-sûr sans vouloir faire la rabat-joie, cela amène à se poser des questions. Comme par exemple, est-ce que les applications de rencontres ne changent pas notre façon d’interagir avec les autres ? 

Vous ne trouvez pas ça bizarre de ne pas vouloir parler avec un inconnu dans la rue qui vous aborde, mais de bien vouloir parler avec un inconnu sur une application qui peut potentiellement faire du catfishing ? (Ndltr : catfishing, je parle pas du poisson chat… je parle des personnes qui se font passer pour quelqu’un d’autre sur internet). 

Est-ce que finalement ce n’est pas notre addiction aux écrans et aux applications qui nous rend de plus en plus solitaire ? 

Gardez espoir mes petites et petits Bridget Jones ! Si l’amour ne se trouve pas sur Tinder, il est sûrement au coin de votre rue… Enfin j’espère parce que ça devient long là.